Vendredi 11 avril 2014 5 11 /04 /Avr /2014 10:24

zzjenDSC_0330.jpg 

Hani récupère vite... heureusement pour elle.

Le surlendemain, on s'attend à se faire harnacher après le petit déjeuner, mais Zaia vient nous dire, "Allez à l'entrée du camp et attendez devant la porte."

J'ai envie de demander, "En courant??", mais bon les pouliches, ça na parle pas. Je fais juste ma tête, je poserais bien une question, mais j'ose pas. Zaia le remarque et pousse un soupir, "Quoi, mia?"

"En courant, Maîtresse?"

"Ben, oui... Tu préfères y aller à quatre pattes??"

"Non, Maîtresse..."

Elle réfléchit, "Dans le fond prenez une voiture, il en faut toujours à l'entrée..."

Hani et moi on se jette un coup d'œil, qui signifie, "en voiture? nous? cool..."

Bon, on ne pose plus de question, on sort et on choisit une voiture avec une jolie pony à la longue crinière brune.

On s'installe "dans" la voiture, pour une fois. Hani lui dit, "A la réception, allure normale." La fille s'attend à recevoir un coup de fouet... mais entre pony-girls, il faut s'entraider.

La fille est bien faite et j'admire ces fesses qui bougent au rythme de la course...

C'est très indécent une fille qui galope à poils...

Hani me murmure,  "J'en ai plein le cul de ce camp..."

L'image est hardie, mais bien choisie, étant donné qu'on peut se faire sodomiser par n'importe qui ici, gardes ou visiteurs. Sans compter une queue dans le cul, quand on sera vraiment pony girl.

Elle ajoute, "Si je pars, tu viens avec moi, ou tu restes ici?"

"Je viens avec vous, bien sûr..."

Bon, on arrête de parler, d'abord parce qu'on ne peut pas et ensuite parce que si on avale une guêpe... vous connaissez la suite...

En dix minutes, on arrive à l'entrée du camp et on va se présenter à un garde.

Il nous dit, "Vous êtes miani?"

"Oui, chef." On est devenue "miani", c'est mignon et mieux que "animia", qui ressemble un peu trop au titre d'un film de Lars von Trier!

Il nous dit, "Mettez-vous à genoux dehors et quand vos visiteurs arrivent, le front sur le sol."

Des visiteurs? Aîe!!

On attend... J'aime pas attendre... surtout à poils, à genoux et au soleil... Les visiteurs qui entrent nous reluquent, certains viennent nous caresser et demandent au garde si on est libre.

Après quelques demandes, il en a marre. Il vient avec deux panneaux où il est écrit "RESERVE". C'est ce qu'on met aussi sur les voitures qui ne sont pas libres. Il nous dit, "Vous tenez ça au-dessus de vos têtes!"

Pfff, c'est pénible! Il nous montre le fouet qui pend à sa ceinture et gueule, "BRAS TENDUS, ANDOUILLES!!!"

 

a.jpg

Là, on ne tiendra pas des heures... Au bout d'un petit moment, mes bras commencent à trembler!

Après un très long quart d'heure, il vient nous dire, "Vos visiteurs sont là, déposez les panneaux et saluez-les."

Un groupe de jeunes gens se dirigent vers nous... On pose le font par terre.

Une fille dit, "Salut." On se redresse et je la reconnais :  c'est la fille qui m'a envoyée ici!

Sans m'en rendre compte, je fais la grimace en disant, "Bonjour, Maîtresse."

Hani dit la même chose.

"Tu n'as pas l'air contente de me voir, mia?"

Je bredouille, "Pardon, Maîtresse, j'ai... peur... que vous..."

Elle regarde Hani, "C'est toi la petite qui s'est fait dépuceler?"

"Oui, Maîtresse."

Elle est avec des jeunes de son âge qui nous regardent comme des bêtes curieuses, c'est ce qu'on est après tout : des pouliches!

Il y a aussi deux filles, qui ont les poignets attachés dans le dos.

 

Elle nous dit, "Suivez-moi." On va vers la grande terrasse d'un établissement pour les visiteurs. Il y a pas mal de gens attablés.

J'ai appris qu'elle s'appelait Havva, un prénom turc. Elle est la fille, d'un des patrons de la Société.

"On va prendre un verre, ici.", dit-elle, "Je crève de soif."

Ouais! Hani et moi aussi!

Une fille nue vient prendre la commande... des bières pour tout le monde... enfin, presque tout le monde...

Havva et ses amis sont habillés très sport : jeans troués, bottes ou baskets...  tee-shirt  ACDC et même le visage de Joan Jett et en dessous "bad reputation." Ce sont des rockers... du dimanche... Il y a un jeune homme qui a une flamme tricolore sur son tee-shirt.

Les deux filles qui ont les mains attachées dans le dos par des menottes ont l'air fatiguées... et anxieuses.

Il y a une jolie femme d'une trentaine d'années. Elle est brune et basanée. Je la verrais bien Libanaise. Elle porte un tailleur élégant, genre Chanel, froissé et taché.

L'autre est une toute jeune Black. Elle a un joli visage et un petit nez. Sa bouche est épaisse et elle a de grands yeux... affolés. Elle a une robe légère blanche chiffonnée aussi et une veste en jeans.

Les jeunes boivent en discutant du camp... J'entends qu'ils reviennent d'un concert et qu'ils vont passer la journée et la nuit, ici.

Je les regarde boire à la bouteille, la bouche sèche!

Hava appelle une serveuse, "Apporte une écuelle d'eau."

Elle vient la déposer près de nous. On attend la permission pour boire.

"À quatre pattes", dit Havva. Pas de problèmes, les pouliches qui ont soif, ne font pas les difficiles. Hani et moi on lape à deux. Notre position intéresse les garçons!!

"Vous aussi.", dit Havva à la Black et à la brune classe.

 

b

La Black vient tout de suite. Elle a du mal à boire avec les mains attachées dans le dos, mais elle y arrive. Elle est vraiment mignonne et je regarde sa langue rose laper l'eau... Le garçon avec le drôle de tee-shirt se met derrière elle, il la pousse du bout du pied et elle se retrouve avec son visage dans l'eau, "Laisses-en pour l'autre, petite négresse." Ça fait rire tout le monde, sauf nous, bien sûr.

Je l'aide à se relever, même si je dois le payer. elle a le visage trempé. La brune refuse de boire.

 

Un homme se dirige vers nous. C'est le gars qui a puni la jolie rousse au saloon...

Je dis à Havva "Maîtresse, je dois le saluer, je peux?"

Elle me regarde... "mais,oui, allez aplatis-toi!".

Ben oui, j'ai intérêt! Il me fait peur ce mec! Je me mets à genoux et quand il est près de la table, le front par terre.

Il connaît Havva, ils s'embrassent! "Bonjour ma belle,"

"Bonjour Baran". Ils ont tous les deux des prénoms turcs.

Il me regarde par terre devant lui et pose la large semelle de sa chaussure sur mon dos, appuie un peu et dit, "Comment ça va, mia???"

Je réponds la bouche dans la poussière, "Aiiieee!! Bonjour, Maître, pas trop bien... pour le moment... aaaiiie!"

Il enlève son pied, "Relève toi,"

Il salue les jeunes, puis demande à Havva, "Alors, qu'est-ce que je peux faire pour toi??"

"Celle-ci", elle montre la jolie Black, "Il faut lui donner une leçon... mais l'autre",  elle montre la brune élégante, "Lundi, elle a un travail important à faire.

Il faut qu'elle obéisse comme...", elle me regarde, "elle."

Il soupire."Tu as vu, qu'on essuie ses semelles sur mia... C'est une vraie carpette, un exemple de soumission!!"

Ben oui, on essuie ses semelles sur moi! C'est facile pour eux... Et puis je ne suis pas plus soumise, que les autres filles... enfin, pas beaucoup plus...

Il demande à la brune, "Pourquoi, ne veux-tu pas faire ce travail?"

Alors, on voit tout de suite que le tutoiement, ça ne lui plaît qu'à moitié.

Elle répond."J'ai rendez-vous avec un... client important... mais... il a... la dernière fois. il a plongé la main dans mon décolleté et... je l'ai giflé... Et le père de Mademoiselle Havva..."

"En bref, " la coupe Havva, "mon père veut qu'elle réussisse à conclure cette affaire, en suçant la bite du mec, s'il le faut!"

La brune n'apprécie pas du tout, "Vous êtes folle!! Ce type est répugnant! Sans moi, c'est plusieurs projets qui..."

Baran s'approche d'elle et la gifle. Comme elle a les mains attachées dans le dos, elle perd l'équilibre et il la rattrape... "Je sens que tu vas en chier ici, toi! Pour commencer, tu viens d'être insolente avec Mademoiselle. On va régler ça tout de suite..."

Il la couche sur ses genoux...

À mon avis, elle va se prendre une king size fessée!

Son avis, à elle, c'est que, "C'est un scandale!!!" Elle est avocate et elle va déposer une plainte pour attentat à la pudeur et coups et...

"Une plainte, au tribunal international de La Haye?", ironise Baran

Tout le monde se marre!

Il tient ses poignets attachés dans le creux de ses reins.

C'est une position pénible, qui l'immobilise complètement. Elle a beau menacer, crier... personne n'y fait attention.

Baran remonte la jupe du tailleur, jusque sous ses poignets... Elle a une petite culotte bleu nuit, qui lui rentre bien dans les fesses... Il les caresse en connaisseur, "T'es mal embouchée, mais t'as un beau cul, toi." C'est vrai... bien rebondi, les hanches un peu larges, mais la taille mince... Il baisse la culotte. On regarde tous.

La brune, elle a jamais imaginé qu'on pourrait la déculotter en public! Elle hurle des trucs, genre "droits de l'homme." On a jamais entendu parler de ça, ici!

"Elle nous casse les oreilles!" dit Havva.

C'est vrai et qu'est-ce que ça va être quand elle va prendre des claques. Il lui enlève sa culotte. Elle essaye bien de lui envoyer des coups de pied, ce qui nous permet d'admirer ses fesses qui dansent et sa chatte épilée!

Baran a sans doute l'habitude des avocates qui gueulent. Il lui envoie une bonne claque sur les fesses. Elle pousse un cri de douleur et d'indignation et il en profite pour lui mettre sa culotte en boule dans la bouche.

Ça fait du bien!

Baran siffle un garde et lui montre la fille sur ses genoux. Il a compris. Il vient en courant et lui tend une large bande de cuir, plus mince là où on la prend en main.

La brune fait, "mmmfff mmmfff". Traduction : "Salaud! Vous n'avez pas le droit! Je me plaindrai! Vous irez en prison. Peine de mort! mmmfff mmmfff!"

"Calme toi et garde ton souffle, tu vas en avoir besoin!"

Il regarde Havva, "On y va??" Elle a les yeux brillants et passe la langue sur ses lèvres, "Oui, corrige-la bien!"

Il lève le bras bien haut et abat la bande de cuir en plein milieu des fesses.

Ça fait un bruit style, "WAAACK!", les fesses s'aplatissent complètement sous l'impact, ensuite elles ont l'air de bondir quand il relève l'instrument... C'est beau!!

Il a l'habitude, ça se voit. Il attend quelques secondes, le temps que la douleur se propage bien, avant de recommencer. La bande de cuir laisse une marque rouge, comme un long rectangle.

Il frappe régulièrement. Quand la bande de cuir est en haut, elle monte les fesses, le plus haut possible, ensuite elle s'aplatit.

Baran la gronde :

"A-t-on  jamais vu...", "WAAAK", "MMMMFFF!!"

"une employée", "WAAAK", " MMMMFFF!!"

"aussi mal élevée", "WAAAK", " MMMMFFF!!"

"tu vas apprendre", "WAAAK", "MMMMFFF!!"

"à obéir", "WAAAK", "MMMMFFF!!"

"Si tu dois sucer des bites", "WAAAK",  "MMMMFFF!!"

"ou te faire prendre en levrette", "WAAAK",  "MMMMFFF!!"

"pour faire...

Et puis il gueule, "BORDEL DE PUTAIN DE MERDE, ELLE M'A PISSE DESSUS!!!!"

Aïe!! Ça m'est déjà arrivé aussi! Quand la fessée est vraiment douloureuse, on se met à pisser.

Il n'est pas content du tout, mais reste assis, la brune sur ses cuisses. La mal est fait!!!

Simplement, la fessée passe à un rythme supérieur. Il tape encore une vingtaine de fois beaucoup plus rapidement. Les fesses de la brune deviennent bien écarlates!

Je dis sèchement à ce sale type, "Ce n'est pas de sa faute si elle a pissé, Maître, ça arrive, on n'en peut rien."

 

mia!!!

--- Oui, la Voix, je n'ai pas l'autorisation de parler, alors je la ferme!

 

À suivre

 

Un grand merci à Bruce Morgan pour les supers dessins.

 

pub pur erog

Par miasansdessous - Publié dans : BDSM - Communauté : blog sexe des amis
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Septembre 2017
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  
<< < > >>
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés