Vendredi 9 mai 2014 5 09 /05 /Mai /2014 17:17

 

On va dans sa chambre. Quel foutoir! Les draps sont par terre. Il y a des tas de vêtements sales, des assiettes avec un reste de bouffe,  des cendriers qui débordent de mégots! Ah oui, elle a besoin d'une bonne.

Elle sort une robe noire chiffonnée d'un placard et me la tend. Elle a manifestement été portée, car elle sent la transpiration... Elle me donne aussi une culotte, des chaussures plates, un petit tablier blanc... et cerise sur le gâteau, une petite coiffe ridicule en dentelle à mettre dans les cheveux!! Une soubrette de Vaudeville, mais pas très fraîche... je parle des vêtements, pas de moi!

Elle m'examine, "Voilà exactement la tenue qui vous convient."

Si ça lui fait plaisir!

img233-copie-1.jpg

 

Elle continue, "Vous allez commencer par ranger et nettoyer ma chambre. Vous ferez la lessive cet après-midi.".

Contrairement à ce que mon accoutrement laisse supposer, le ménage, j'aime pas ça! Mais, bon...

Je range, prends les poussières, balaie, fais le lit, mets les vêtements sales d'un côté, la vaisselle à la cuisine...

Après plus de 2 heures, la chambre est propre. Je l'appelle...

Elle vient contrôler mon travail... Passe son doigt sur les surfaces... Elle ne peut qu'être satisfaite.

Après avoir tout examiné, elle se baisse pour regarder sous le lit. Comme il est très bas, je n'ai pas pensé à aller voir dessous. Elle en ressort deux culottes et un chemisier en boule...

Elle me les montre, "Et ça?"

"... euh... je n'ai pas pen... pensé à regarder sous le lit... Je vous prie de m'excuser, Mademoiselle."

"Vous n'aviez sans doute, pas envie de vous baisser?"

"Mais si... mais..."

"Allez chercher le martinet dans la cuisine!"

Aah merde!!! Moi qui ai si bien nettoyé!

Je vais le chercher et lui tend le plus humblement possible.

Je sais qu'il ne sert sans doute à rien d'argumenter, mais j'essaie quand même,

"Je vous assure, Mademoiselle, que..."

Elle me coupe sèchement, "Je veux que vous m'obéissiez au doigt et à l'œil. Vous comprenez cette formule?"

"Oouiii Maitresse... pardon, oui, Mademoiselle..."

Elle me montre un vieux fauteuil dans un coin.

"Relevez votre jupe, baissez votre culotte et penchez-vous sur cet accoudoir, les fesses en l'air!"

Pfff... Je me mets dans la position qu'elle demande et elle m'envoie un bon coup de martinet sur les fesses... je fais, "aaaaiiiiee!!! ça fait maaaaal!!".

"C'est le but, ma fille!"

Elle ajoute, "Celui-là ne compte pas, c'est juste un petit apéritif. Vous allez en recevoir 10. Vous allez les compter et me remercier..."

"Claac", une volée de lanières, sur mes fesses. "Aaaiiiii!!! 1 merci."

"Claac", "aaaaiii 2 merciii"

"Claac", "aaaaiii 3 ooohh ça fait mal!!!"

"Vous n'avez pas le droit de faire un commentaire." Elle me donne, un bon coup sur les fesses, "Aaaaaiiie".

"On recommence à zéro, ça vous apprendra à faire strictement ce que je dis!"

Ooohhh non, quelle sale garce.

"Claaac" "aaaaiiie, 1 merci!"

"Claac" "ooouuchh, 2 mmerciii!"

"Claac" "3 aiiieee, merci!"

Et comme çà jusqu'à 10...

"Alors, vous regrettez de ne pas avoir regardé sous mon lit."

"Oooohhh ouiiii, Maî... Mademoiselle, je regrette tellement! Je ferai attention, je vous jure..."

Elle passe la main sur mes fesses, je me contracte de trouille!

"J'avais dis, 10??"

"Ouiii Madamoiselle, vous aviez dit 10 et c'est même 11, ça fait trop mal... Je vous supplie, pardoon..."

Elle continue à me caresser les fesses, "10 c'est pas beaucoup... Allez 10 de plus qu'est-ce-que vous en pensez??"

Surtout dire ce qu'il faut, "Si vous pensez que je le mérite, Maî... Mademoiselle."

"Allez je vais être gentille avec vous."

"Aaahhhh, c'est fini?  Merciiii..."

"Non, vous allez en avoir dix de plus... mais puisque, ça a l'air de vous faire plaisir, vous pouvez m'appeler Maîtresse."

Je pense, sale garce, mais je dis, "Merci, Maîtresse..."

Je reste sur mon accoudoir les fesses en feu et en l'air, aussi vulnérables que les fesses d'un crabe qui vient de changer de carapace...

Sauf qu'un crabe ne pleure pas et n'a pas de fesses!!

Je geins lamentablement... J'ai vraiment mal, mais c'est aussi nerveux tellement, je m'attendais peu à être traitée, si durement par une gamine.

Elle me dit, "A t'on idée de pleurnicher autant, pour une dizaine de coups de martinet, vous voulez une bonne raison de pleurer?"

Je me tais instantanément, "Non Maîtresse, pardon, c'est nerveux."

"Eh bien tâchez de maîtriser vos nerfs à l'avenir, ma fille."

"Oui, Maîtresse."

"Prête??"

"Ouiii... Maîtresse."

"Claaac", "Aiiiee 1 merci."

"Non, c'est 11 qu'il faut dire. Je recommence."

Ooooh noooonnnn... "Oui, Maîtresse."

C'est reparti, "Claaac" "Aaiiii 11 merci..."

Les lanières tombent sur des endroits déjà frappés. Mes fesses dansent! Elles montent, puis descendent, vont de gauche à droite, dans l'espoir vain d'échapper aux lanières...

Enfin, le 20eme coup arrive... "Cllaaac!!!" "Aaiiiiee!! 20 merciiiii..."

Elle pose la main sur mes fesses brûlantes... Je fais un petit bond...

"Vous pensez que ce sera suffisant??"

"Oui... Maîtresse..."

"Bon... alors rajustez-vous! Vous êtes ridicule avec vos grosses fesses toutes rouges!"

Je me rhabille et lui fais face, en essuyant mes yeux et mon nez qui coule.

Elle me dit, "Vous êtes vraiment, douillette."

Douillette!!!

Je lui dis, "Ça fait vraiment mal, je vous jure, Maîtresse."

"Je connais..."

Aahh??

"Maintenant, remerciez-moi pour la correction."

Je me mets à genoux devant elle et pleurniche... "Pardon de ne pas avoir bien rangé et merci de m'avoir donné une leçon, Maîtresse..."

Je me penche et pose le front entre ses pieds. D'accord, difficile de faire plus en matière de soumission!

"Relevez-vous et venez avec moi."

 

On va à la cuisine.

Alix s'assied sur une chaise et m'explique où tout se trouve, pour mettre la table dans la pièce d'à côté...

Il faut aussi mettre du pain, de la margarine... de la charcuterie et du camembert, ben oui, en France!

Son frère arrive,  il est la copie conforme d'Alix en homme. Il l'embrasse ... sur la bouche!

Je dis, "Bonjour, Monsieur."

"Bonjour, tu es la nouvelle bonne?"

"Oui, Monsieur."

"Comment t'appelles-tu?"

"mia, Monsieur."

"Tu as pleuré?"

Je jette un coup d'œil craintif à Alix, qui lui dit, "Elle a fait connaissance avec le martinet!"

Il pose la main sur mes fesses... "Tu avais fait quelque chose de mal?"

Rien que sa question et sa main sur mes fesses me font venir les larmes aux yeux.

"J'avais mal rangé la chambre de Mademoiselle, Monsieur."

Alix, intervient, "Ne lui parle pas comme ça, sinon elle va pleurer dans les assiettes!"

Elle a raison...

Il va se mettre derrière sa sœur qui est assise et plonge la main dans son décolleté! Oh! elle va pas aimer ça! Aaah si!! Elle lève la tête vers lui en souriant, "Remy! Devant la bonne!"

Il lui sourit aussi, tout en continuant à lui caresser les seins, "Tu veux que j'arrête?"

"Non, mais si tu m'allumes, il faudra m'éteindre."

Il se penche à nouveau vers elle, "Ça peut se faire." Il l'embrasse... En voilà deux qui s'entendent très, très bien.

Leurs lèvres se séparent lentement, réunies un court instant encore, par un fil de salive...

 

img234.jpg

Elle lui dit, "Tout à l'heure... Maintenant, je dois lui dire ce qu'il y a faire, sinon elle reste plantée là, à regarder ses pieds comme une gourde!"

Il me demande, "Tu es un peu gourde?"

"Hélas, oui, Monsieur."

En plus, c'est vrai que je suis gourde, sinon je me retrouverais pas ici!

 

Elle continue à me dire ce que je dois faire.

Mettre la table pour 10 personnes, eux deux, leur mère et les sept filles qui travaillent dans le bordel. Dont une, Hani qui est la demi soeur d'Alix. Oui, c'est un peu compliqué.

À midi, elles arrivent toutes ensemble. Elles peuvent parler, c'est déjà, ça. Je reconnais aussi Angélique, la petite Black.

Alix leur dit, "mia est la bonne, traitez la comme telle."

Ils font la prière! Ben oui, en 1944. "Seigneur, nous vous remercions pour ce repas..."

 

Elles commencent à manger, moi je les sers...

À un moment Alix m'attrape rudement par le bras, "Vous ne voyez pas que ma serviette est tombée? Ramassez là!"

Je me précipite, "Pardon, Maîtresse..."

Les filles rigolent. L'une d'elles, lui dit, "Elle a l'air d'avoir peur de vous, Mademoiselle Alix..."

"Elle a déjà fait connaissance avec le martinet!"

"On peut voir, Mademoiselle Alix?"

"Bien sûr!". À moi, "Montrez vos fesses, ma fille!"

Pppfff... Je me retourne, lève ma jupe et baisse ma culotte...

Tout le monde me plaint? Non, elles trouvent qu'elle a très bien fait, c'est comme ça qu'il faut traiter les domestiques.  

"Exactement", dit Alix et elle ajoute en s'adressant aux filles, "C'est ce qui vous arrivera aussi, si un client se plaint."

Bien fait!! Du coup, elles replongent le nez dans leur assiette!

Elles ont quand même l'air surpris, que ce soit une fille aussi jeune qui va les punir.

 

Quand tout le monde a fini, Alix dit, "Mettez vos restes dans une assiette pour la bonne."

Ben oui, c'est la guerre, le rationnement tout ça. Dans "mon" assiette atterrissent  des croûtes de fromage, du gras de jambons, des trognons de pommes...

Une des filles dit, "Plus besoin de poubelle!" Ça fait rire tout le monde... sauf  moi... parfois je n'ai pas le sens de l'humour!

Alix ajoute des aliments un peu plus comestibles : pain, jambon, fromage...

Elle dépose l'assiette par terre...

Quand on a faim, même des restes et même à quatre pattes, c'est bon...

Je finis mon assiette.

img235    

 

 

À suivre.

 

Un tout grand merci à Bruce Morgan, pour les dessins... d'époque!

 

pub pur erog

 

 

Par miasansdessous - Publié dans : BDSM - Communauté : blog sexe des amis
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Septembre 2017
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  
<< < > >>
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés