Vendredi 5 septembre 2014 5 05 /09 /Sep /2014 10:27

 

De nos jours.

***********

Je suis sur la terrasse et je regarde le ciel en rêvassant... genre, je suis en vacances sur une plage, il fait beau et...

Soudain, quelqu'un arrive sur la terrasse! C'est Malik...

Je fais un bond et me mets précipitement à genoux devant lui.

Je me sens toujours en faute, ici.

"Bonjour, Maître. J'allais commencer... euh..."

"Bonjour mia, donne-moi tes feuilles, d'hier..."

Je lui tends le petit paquet de feuilles...

"Va faire du thé." me dit-il...

Je vais dans la cuisine. Imelda dort encore...

Je lui apporte un plateau, avec la théière, une tasse, des biscuits...

Il lit, relève la tête et dit, "Tu peux aller chercher une tasse pour toi..."

Cool! S'il n'aimait pas ce que j'ai écrit, il ne me laisserait pas boire avec lui... enfin j'espère qu'il aime.

Quand il a fini, il me demande, "Où est la fille?"

"Je crois qu'elle est dans la chambre, Maître."

Il attend... Je rougis, parce que je ne lui dis pas tout à fait la vérité. J'ajoute, "Je crois qu'elle dort, Maître."

Il me demande, "Tu couches avec elle?"

"...euh... non,  Maître..."

"Tu n'as pas envie d'elle?"

"Si... mais..."

"Il fait triste, ici! Je vais la remplacer... Tu vois la rousse qui tient le saloon?? Elle te plait?"

"... euh... oui, Maître, mais..." Je me touche les fesses, "Elle a la main leste, et moi je dois pouvoir m'asseoir pour écrire!"

Il rigole, "Je lui dirai de taper ailleurs que sur ton cul..."

"Oui, et si elle pouvait ne pas frapper du tout, Maître..."

"Si tu continues à écrire... des choses intéressantes, oui... mais il faut des gens autour de toi et que tu t'envoies en l'air..."

Il me montre les feuilles, "C'est une bonne idée la République des pirates... Je vais t'envoyer... comment elle s'appelle, encore?"

"Molly, Maître."

"Ouais, Molly, sans son fouet... et une Black... Il faut que tu t'amuses!"

Je lui dis, "J'aimerais bien pouvoir un peu sortir d'ici... aller à la piscine, aller boire un verre, le soir..."

"Si tu continues à bien travailler le matin d'accord."

Je lui dis "merci" avec beaucoup de dignité ou alors j'embrasse sa main en lui dit, "Oh merci, Maître."

Il secoue la tête en souriant, pendant que j'embrasse sa main.

"Bon,  je prends Imelda, toi tu écris et je t'envoie Molly..." Il ajoute, "Il faudra lui obéir, sinon ce ne sera pas le fouet mais autre chose, comme sa sandale sur tes fesses."

"J'obéirai, merci Maître."

 

  zP1410145.jpg 

      

République de Salé - Anno1667

**************************

Lécher Murphy, c'était... ça m'a laissé un sale goût en bouche, au propre comme au figuré!

J'ai commencé à aimer, ça avec Foxy... et puis à aimer beaucoup avec Souad.

J'aime son sexe lisse et mouillé, son odeur, son goût et je la fais jouir en la lapant comme une chienne... Elle geint, se tortille, moi qui n'aie aucun pouvoir ici, je me rends compte que ma langue en a... un peu...

Elle reste la maîtresse des lieux et je me doute qu'elle est loin d'être facile!

Quand, elle a joui, elle me dit, "Descend du lit!"

Je me mets vite à genoux.

Elle passe une djellaba légère en voile diaphane, puis prend son fouet.

Qu'est-ce que j'ai fait??? Elle voit que j'ai peur.

Elle dit, "Tu lèches bien, tu obéis encore mieux et tu as peur devant le fouet... Tu es une petite chienne, c'est ça??"

Je hoche vigoureusement la tête! Je ne sais pas si je dois parler ou aboyer...

"Fais la belle!"

Je me mets dans la position les avant-bras repliés. Elle me donne sa main à lécher, puis elle me caresse l'oreille, je gémis de plaisir.

Faire le chien et lécher sa longue main brune, j'ai connu pire comme humiliation!!

Elle me donne une de ses vieilles chemises. Très courte et pas lavée, je reconnais son odeur.

"Tout à l'heure, on te transformera en Princesse... mais avant ça, tu es ma chienne."

Elle me met aussi un gros collier en cuir et y attache une corde...

"Pour pas que tu ne te perdes pas." dit-elle en riant...

    Belle comme une chatte.. 1 

On va dans la taverne, il y a déjà quelques clients. Ils mangent et boivent...

Ils ont l'air content de voir Souad arriver.

"Alors, elle est où est ta Princesse?"

"Au bout de la laisse. Pour le moment, c'est ma petite chienne!"

 Rires des clients.

Elle me donne une série d'ordres, "Assise!!" "Fais la belle!!" "Aboie!"

Oh, pas de problème du moment,  que ça ne fait pas mal. Je prends la pose, les oreilles dressées!! Ouaf Ouaf!

Le chien de la taverne a l'air surpris de me voir faire la belle et aboyer.

Il vient me renifler les fesses!

"Une femelle pour toi, Pero," dit un des hommes...

Il a l'air plus gentil que les hommes, Pero.

"On peut la voir nue, Souad?" demande un des hommes.

"En fin d'après-midi, on la transformera en Princesse et vous pourrez la faire se déshabiller et vous sucer... On attend aussi des Françaises, la mère et ses filles."

Elle en a vite assez de jouer avec moi, elle enlève la corde de mon collier et me dit, "Va aider les filles à servir."

 

Belle-comme-une-chatte--2.jpg

 

Une des servantes m'explique, comment saluer respectueusement les clients, toujours dire Monsieur, Madame ou Mademoiselle. Sourire. Obéir à tout ce qu'ils demandent...

Les hommes m'appellent, me demande du thé, du vin...

Je leur apporte, ils me caressent sous la chemise...

Souad dit à une servante, "Va donner à boire aux filles dehors et montre à la Princesse comme faire."

"Oui, Maîtresse."

Dehors dans un enclos, il y a les filles avec qui j'ai dormi.

On leur apporte du pain, quelques fruits, de l'eau...

Elles mangent et boivent goulûment...

Elles ont des chemises courtes comme moi, mais nettement moins propres.

Elles ont toutes des colliers en fer et des anneaux aux poignets et aux chevilles.

Le Noir les surveille, il est armé d'un grand fouet.

Quand elles ont fini, la servante me dit, "Je vais te montrer, ce qu'il faut faire."

Elle va chercher deux colliers avec des pointes de fer au bout desquels il y a une clochette. "Ce sont les deux filles qui ont essayé de s'enfuir et qui sont attachées pour la nuit. Avec les clochettes, on sait toujours où elles sont."

Ça doit être pénible! De plus il est impossible de se coucher pour se reposer un peu...

Elle met ces colliers aux filles qui se mettent aussitôt à tinter!

Il y a pire, elle prend trois armatures de fer, sortes de cages qu'elle place sur la tête des trois filles. "Elles ont parlé ou répondu à l'homme qui les loue.", me dit la servante.

Ces armatures sont dotées d'une pièce que rentre dans la bouche! Plus moyen de parler! Ça doit être très désagréable. Les filles font la grimace!

Des hommes et des femmes arrivent. Ils viennent chercher des filles. Ils les louent à la journée, pour des travaux divers ou pour des tavernes moins importantes. Ils ont tous les droits sur les filles, mais ils ne doivent pas les abîmer. Les fouetter, oui bien sur, mais il ne faut pas de blessures. C'est normal, c'est comme si on allait louer un cheval ou une mule, il faut les rendre en bon état, aussi.

Quand toutes les filles ont été louées, on retourne dans la taverne.

Je prends les fermes résolutions de ne pas m'enfuir, les clochettes, non merci.

Je continue à servir les clients.

Souad attend les Françaises.

J'ai entendu le capitaine et Wilson en parler hier. Il s'agit d'aristocrates Françaises, qui revenaient des Caraïbes où leur famille a des plantations de canne à sucre. Le capitaine les a achetées pour la taverne. Une Princesse et des aristocrates, la taverne, va devenir l'endroit le plus classe de la petite république... d'après Souad. 

En fin de matinée, on voit arriver des hommes avec les trois femmes. Elles sont reliées entre elles par une chaîne qui va d'un collier en fer à l'autre.

Elles ont de belles robes, mais déchirées et sales. Les trois femmes se ressemblent, surtout les deux sœurs. Elles peuvent avoir 18, 20 ans. La mère sans doute dans la fin de la trentaine. Elle a dû les avoir, jeune.

Je me souviens l'état dans lequel j'étais, au début de ma captivité et je comprends leurs larmes et leur désarroi.

Une des sœurs se blottit contre sa mère, l'autre reste un peu en retrait.

Un des hommes dit quelque chose d'incompréhensible, pour moi, qui fait rire tous les autres.

Ici, ils parlent différentes langues dont la "lingua franca", mélange d'espagnol,  d'arabe, de français...

"Détache-les", dit Souad...

Quand on leur enlève leur collier de fer, elles ont une belle marque rouge sur le cou. Je suis contente de n'avoir qu'un collier de cuir.

Souad, leur dit, "Déshabillez-vous..."

Elles hésitent. Souad prend le fouet qui pend à sa ceinture...

Là, elles n'hésitent plus. Elles enlèvent leurs belles robes, enfin qui ont été belles et les trois jupons qui sont en dessous.

Elles se retrouvent en chemise... comme moi.

Souad tend son fouet... elles l'enlèvent.

Les hommes poussent des crid de joies...

 

Belle-comme-une-chatte--3.jpg

 

Bien sûr, les servantes sont peu vêtues et on peut leur dire de se déshabiller, mais voir ces aristocrates quitter leurs dessous de luxe, pour être nues au milieu des hommes comme des esclaves... ça leur plait.

Les femmes prennent  la position de la vénus pudica, un bras replié sur les seins une main sur le sexe.

Le fouet de Souad claque et elles reçoivent un bon coup de fouet sur les fesses, elles poussent un cri... "Mains derrière la nuque!!" dit Souad.

Elles le font immédiatement, les yeux pleins de larmes.

Elles sont franchement belles... La mère et ses filles ont les cheveux châtains. Elles sont jolies, malgré les yeux rouges.

La mère a des seins lourds mais fermes, les filles des petits seins,  qui regardent vers le ciel... Elles ont des jambes fines et leur pubis n'est pas épilé, bien que la mode  des sexes épilés se répande en France dans la haute société.

"Belles recrues." dit un homme. "Elles et la Princesse, ce sera bientôt les putains les plus célèbres de la région!"

Comme ça, elles sont fixées sur leur sort : prostituées pour des pirates...

Avant d'être vendues.

Souad me dit, "Déshabille-toi et montre-toi"

"Oui, Maîtresse."

J'enlève ma chemise... Je croise les mains derrière ma nuque pour faire saillir mes seins, enfin le plus possible.

Souad me dit, "Tourne."

Je me mets de dos, jambes écartées et je me penche en avant, pour que tout le monde puisse voir que... je suis une fille. Ensuite, je reprends la pose de face. Foxy m'a appris à faire ça.

"Voilà comme il faut se montrer!" dit Souad, "Allez-y!"

Je pense qu'elles ne vont pas le faire. Malgré tout ce qu'elle vienne de subir ces derniers jours, elles ne sont pas dressées comme moi!

Aah, si elles obéissent!

Et Souad joue avec elles... Elle est belle comme une chatte au soleil, jouant avec trois souris captives...

À suivre

Un tout grand merci à Bruce Morgan, pour les super dessins.

 

pub pur erog 

Par miasansdessous - Publié dans : BDSM - Communauté : blog sexe des amis
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Septembre 2017
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  
<< < > >>
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés