Vendredi 23 janvier 2015 5 23 /01 /Jan /2015 09:41

 

Malik arrive sur le toit, suivi d'Ashia portant un plateau avec du thé et des gateaux. Normalement, c'est moi, qui fais ça, mais je n'ai pas eu le temps. Il vient toujours plus tard dans la matinée.

Je me mets vite à genoux en bredouillant, "Bonjour, Maître, bonjour, Maîtresse."

"Bonjour mia. Donne-moi tes feuilles!"

Je ne bouge pas.

"Et alors? Tu es devenue sourde?"

"Je n'ai pas encore vraiment commencé, Maître."

"DONNE-MOI TES FEUILLES!!"

Je me dépêche de prendre les feuilles et de lui donner.

 

MIA-151-A.jpg

 

Il regarde, puis lève la tête, "Il est 9 h 30' et tu as écrit 3 lignes. Par contre, tu as fais plein de petits dessins idiots! Tu te fous de moi?"

"Non! Pardon, Maître, mais... euh... ce n'est pas crédible, cette histoire de putain avec une ceinture de chasteté et puis... la Princesse... j'en ai assez! J'ai envie de faire autre chose..."

C'est vrai, quoi! Il faut un minimum d'envie. Je sais bien qu'ils m'ont fait faire la pute avec une ceinture de chasteté, mais je n'imagine pas qu'on fasse ça au 17ème siècle à une esclave.

"D'accord.", dit Malik. "Tu vas écrire quoi??"

Merde!! Je vais écrire quoi????

Il attend et je sais que sa qualité dominante n'est pas la patience.

Je bafouille, "...euh... je... Rome, en 65 après Jésus-Christ. Un belle Gauloise... qui... euh... est amoureuse de..."

Il me regarde perdre pied...

"Ou alors, c'est une Magdalénienne. Ça se passe, il y a 18.000 ans... et... elle tombe amoureuse d'un membre d'un autre clan... mais..."

Il continue ma phrase, "... mais lui, est déjà en couple avec une  femelle mammouth, c'est ça?"

"Mais... non, Maître..."

"Bon... tu vas aller faire un petit séjour dans la mine, ça te donnera des idées."

Oooh non!! Pas la mine!!

Je dis à toute vitesse, "Londres en 1860. Cyntia est la fille d'un Lord. C'est une jeune fille gâtée et tyrannique. À la suite d'un complot visant à renverser la reine Victoria, son père est envoyé au bagne. La gestion de ses affaires est confiée à un oncle que Cynthia déteste. Il devient son tuteur et il la traite comme une servante. Elle devient le jouet de..."

Malik lève la main, "Stop! Ça ne me plait pas!"

Ah bon et c'est lui qui décide de tout???

Oui!!

Il s'adresse à Ashia, "Tu vas aller dans la mine avec elle. Tu devais la surveiller, veiller à ce qu'elle écrive."

Je ne sais pas si Ashia connaît la mine, mais elle semble en avoir plus peur que moi. Elle pleurniche, "C'est la première fois qu'elle fait ça, je ne pouvais pas prévoir."

Malik hausse les épaules, "Bah ça vous fera du bien de faire de l'exercice, vous avez toutes les deux pris du poids. Dans trois mois, vous serez en forme."

Alpha se jette à ses pieds, "Pas trois mois, pour une seule erreur! Pité, Maître!!"

De la voir dans cet état, ça me fout encore plus la trouille.

Alors, je vais me mettre devant lui, debout, pas à genoux.

C'est quand je suis... acculée, que je donne le meilleur de moi-même!

Je ferme les yeux, "De nos jours. Dans le sud des États-Unis, Mila est une étudiante boursière. Elle a intégré une prestigieuse Université grâce aux quotas d'étudiants boursiers. Il faut un minimum de pauvres, de Blacks et de Chicanos. Mila a du mal a boucler ses fins de mois avec l'argent de la bourse. Elle est obligée de chercher des petits boulots. La plupart des étudiants sont des descendants de riches propriétaires de plantations et d'esclaves. Ils méprisent les Noirs, les Chicanos et bien sûr les étudiants pauvres qui ont obtenu une bourse. Certains ont formé des fraternités, toutes politiquement à la droite du KKK. En défendant une petite Black, Mila entre en conflit avec un de ces groupes. Alors, elle va se faire piéger et..."

"Stop!", dit Malik à nouveau.

J'ai débité tout ça sans m'arrêter. Bon, j'aurai essayé...

Pour une fois, je lui dis ce que je pense, "Vous n'avez pas de coeur, Maître. Vous nous envoyez à la mine, comme..."

Il dit, "Tais-toi!"

Malik réfléchi... Puis il lâche, "Il y a des possibilités dans ton histoire..."

Alléluia!!!

Ashia pousse un énorme soupir de soulagement.

Il me regarde, "Tu as un avertissement, mia, je ne t'en donnerai pas un deuxième. Tu sais, que je n'ai pas de coeur!"

J'essaye de m'expliquer, au sujet de ce que j'ai dit, "Pardon Maître, ce que j'ai voulu dire, c'est...."

Malik me coupe et s'adresse à Ashia, "Enlève-lui sa ceinture."

Elle va vite chercher la clé.

Elle fait profil bas, très bas. Elle lui dit, "Vous m'auriez vraiment envoyée à la mine, Maître?"

Elle me délivre... Aaaaaahhhh... ma chatte respire enfin...

Elle aspire goulûment un peu d'air frais! C'est une image!

Malik pose une main sur les fesses d'Ashia, "Peut-être pas toi, mais mia sûrement! Je savais que ta trouille à toi, allait la pousser à trouver quelque chose!"

Ben, voyons!

Ashia remue ses fesses contre la main... de son maître, qui a tout pouvoir sur elle... euh... enfin c'est pas la main qui a tout pouvoir!

J'écris un peu n'importe quoi, mais j'ai été très stressée ce matin... et en plus après avoir passé tout ce temps avec cette ceinture de chasteté, j'ai... comment dire? 

*** Le feu au cul?

Oui, merci, la Voix, c'est exactement ça!

*** Je m'en rends compte!! 

Malik me dit, "Je reviens après-demain, mia. Si tu n'as que des petits dessins idiots à me montrer, ça va chauffer pour tes fesses! Tu sais qu'il y pire que la mine?"

"... je ne vous décevrai pas, Maître... mais... il faut que la jeune fille... Carmen sache que je dois écrire le matin."

"Oui, elle le sait."

Je lui prends la main, "... euh... Maître..."

Il soupire, "Tu veux qu'elle te ménage, c'est ça?"

"Oui, Maître."

Il est un peu surpris de mon culot, moi aussi.

 

Je crois que ça va être la fête au cul d'Ashia, mais dans le bon sens!

En partant avec Malik, elle se retourne et me dit, "Bravo pour ta franchise, mia. Je n'oserais jamais faire ce genre de réflexion à mon Maître!"

Malik ajoute, "mia ose tout pour le moment!"

Mais, non! Je voudrais ajouter, "Mais vous l'avez bien pris Maître..." Trop tard...

Ce que j'ai dit n'est pas grave et puis il aime mon idée, c'est le principal.

 

J'ai autre chose à faire...

Pour appeler un chat, un chat, je n'ai qu'une idée pour le moment, caresser ma chatte qui est libre à nouveau. Je crois d'ailleurs qu'elle vient d'éternuer, normal qu'elle se soit enrhumée, elle est toute mouillée!! 

Je vais peut être demander à Justine un coup de main ou mieux, un coup de langue. Après tout, c'est la bonne à tout faire ici.

Dans l'état où je suis, un moucheron atterrirait sur mon clito :  je jouis!!

Je n'ai pas le temps de décider entre la langue de Justine, mon médius ou un moucheron, qu'on sonne.

Justine se précipite. Elle fait une profonde révérence en disant, "Bonjour, Madame."

"Casse-toi", répond Carmen.

Moi, je me mets à genoux en disant, "Bonjour Maîtresse",

Aie! Elle a les cordes en main.

Elle s'approche de moi, relève mon menton pour que je la regarde dans les yeux, "Alors, tu te plains de moi??"

"Non! C'est que..."

"Il paraît que je dois te ménager?"

"Mais..."

"Où tu as vu qu'une esclave faisait la loi??"

"Mais pas du tout, je..."

"J'ai un message de Monsieur Malik, pour toi! Tu veux savoir ce que c'est?"

Je hausse les épaules... "Oui, Maîtresse."

"Va sur la terrasse, relève ton tee-shirt et attrape la barre du haut. Tu sais pourquoi?"

"Oui, Maîtresse."

Pourquoi, le poisson s'est-il fait attraper? Parce qu'il a ouvert la bouche!

Pourquoi mia va-t-elle se faire corriger? Pour la même raison!!

Ah la la! mia ferme-la!!!

Je me mets dans la position, bien agrippée et je me cambre pour bien présenter mes fesses. N'importe quoi pour amadouer cette garce!!

Elle me caresse les fesses en disant, "Ce sera 5 coups sur les fesses et les cuisses, pour t'apprendre à te plaindre. Ça te semble juste?"

"Oui, Maîtresse."

"Prête??"

"...oouiiii, Maîtresse."

 FLOCCC! Les cordes  percutent mes fesses. Je crie, "Ouchh!!"

Elle me dit, "Tu ne comptes pas?"

"Pardon, Maîtresse! Un, merci, Maîtresse."

"Celui-là ne compte pas!"

FLOCCC!

"OUUUCH! Un, merci, Maîtresse."

FLOCCC!

"AAAIIIEEE! Deux, merci, Maîtresse."

FLOCCC!

"AAAAIIIIE! Trois, merci, Maîtresse."

FLOCCC!

"AAAAIIIIE! Quatre, merci, Maîtresse."

FLOCCC!

"AAAAIIIIE! Cinq, merci, Maîtresse."

J'ai les fesses en feu! Carmen sait frapper, de bien haut et le bon angle...

Je continue à remuer les fesses... mais je n'ose pas bouger.

Elle me demander, "Tu crois que tu vas encore te plaindre?"

"Oh, non, Maîtresse!"

"Tu peux bouger."

"Merci, Maîtresse." 

Elle se dirige vers la porte, "Ah oui, le message de Monsieur Malik, c'est : n'oublie pas d'écrire."

Elle s'en va. 

Il faut être lucide, 5 ou 6 coups sur les fesses, c'est... symbolique. J'ai vu Justine prendre beaucoup plus que ça et sans raison.

N'empêche, j'ai vraiment mal aux fesses et je les frotte doucement...

Ça a un peu calmé mes envies... Enfin pas tout à fait, alors, je crie," Justine."

Elle arrive immédiatement, elle sait que Carmen est partie, elle me dit, "Ça va, Mademoiselle?"

Je fais la grimace, "Je me suis un peu plaint de Carmen".

"Vous vous en sortez bien."

Elle ajoute, "Ça doit faire du bien, Mademoiselle, de ne plus avoir cette ceinture."

Tu parles! 48 h sans me caresser, l'horreur! D'accord, j'exagère un peu là!

Je devrais me laver, d'abord, mais bon les bonnes à tout faire, faut pas les chouchouter.

Je lui dis, "Alors, tu attends quoi??"

Elle se met à genoux entre mes jambes. Je ferme les yeux...

 

MIA-151-B.jpg   

 

Ses lèvres sont douces, sa langue agile... C'est quand même beaucoup plus agréable pour se laver qu'un gant de toilette et du savon et beaucoup plus efficace pour prendre son pied, qu'un moucheron! 

 

A suivre. 

 

1000 mercis à Bruce Morgan, pour les super dessins.

 

pub pur erog 

Par miasansdessous - Publié dans : soumission - Communauté : blog sexe des amis
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Novembre 2017
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30      
<< < > >>
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés