Vendredi 30 janvier 2015 5 30 /01 /Jan /2015 11:09

Le lendemain matin Carmen déjeune sur la terrasse. De la façon que vous savez, c'est à dire très pénible pour Justine et moi qui devons lui présenter les plateaux de son déjeuner, nues, à genoux, les bras tendus... Justine commence à avoir l'habitude, mais moi, j'ai rapidement les bras qui se mettent à trembler...  

Heureusement, elle expédie son petit déjeuner en vitesse. Elle envoie Justine à la cuisine et me fais signe de l'accompagner. Je marche derrière elle en me frottant les épaules.

On va sous un Eucalyptus. J'aime la nature, les animaux, les plantes, les arbres... Je communique avec eux, oui comme la Princesse parlait aux chevaux.

Je lui dis, "Salut copain, l'Australie ne te manque pas trop?". Il soupire, "Un peu quand même... En tout cas, bienvenue, je suis ravi de te protéger du soleil". "C'est gentil et..."

"ET ALORS, TE REVES?"

Je me retourne vers Carmen, "Pardon, Maîtresse, je regardais l'arbre."

Elle secoue la tête, "Non, tu lui parlais!"

"... euh... c'est à dire..."

"Tu es complètement cinglée, ma pauvre fille!"

"Oui, Maîtresse!"

Pas besoin qu'elle m'explique pourquoi elle m'amène ici. En dessous de l'arbre, il y a une table, une chaise, une bouteille d'eau, des feuilles de papier et "mon" bic quatre couleurs.

Elle me dit, "Tu as compris??"

"Oui, Maîtresse."

"Tu as aussi compris que si tu fais des dessins idiots au lieu d'écrire, ça allait chauffer pour tes fesses?"

"Oui, Maîtresse."

"C'est pas six coups avec les cordes c'est 36, le carré de 6. Mais, tu parles peut être aux chiffres aussi??"

Je lui dirais bien, "Oui, mais les chiffres ne sont pas très polis, ils répondent rarement..." Mais bon je la boucle pour une fois.

Je dis juste, "Non, Maîtresse."

"... bon... je viendrai voir de temps en temps..."

Elle s'en va... Bon débarras! "Quelle salope!" me dit l'eucalyptus.

"Ça oui. Dis tu m'aides pour mon histoire?"

"Oui avec plaisir."

Vous ai-je dit que les eucalyptus en plus de déboucher lez nez ils ont une grande culture... euh...

*** MIA!!!!

Ouiiiiii.... la Voix.... j'écris!

*** Non, tu n'écris pas, tu parles à un Eucalyptus!

Oui, oui, voilà : 

Époque actuelle - Sud des États-Unis.

******************************

Sans une bourse, je n'aurais pas eu la possibilité de faire des études supérieures.

Je l'ai obtenue grâce à mes bons résultats et, aussi, parce que je suis dans l'équipe de basket. Je ne suis pas grande, mais je cours vite!

Aux Etats-Unis, c'est important d'être une bonne sportive, ça aide pour obtenir une bourse.

Je n'avais pas eu le choix en ce qui concerne l'université où j'allais étudier, il y a des quotas. Les Universités doivent accueillir autant de boursiers, de Noirs,  de Chicanos... Il faut un minimum de ces étudiants de second ordre qui, sinon, se verrait refuser l'entrée des Universités les plus importantes.

Grâce à ça, j'ai rejoins l'University of A.... Prestigieuse université accueillant les rejetons des riches familles du Sud, dont les ancêtres ont fait fortune dans le commerce du coton, des esclaves et  pétrole.

Il y a donc des jeunes gens de très bonnes familles et puis, nous, boursiers ou colorés!

Cela fait environ 80% de blancs et 20% de pauvres et de Blacks.

Je veux obtenir un Phd... Je dois donc m'accrocher!  

 

152-c-copie-1.jpg

 

La bourse couvre tous les frais à l'Université et j'ai droit à un repas le midi, sauf le week-end. C'est bien connu que le week-end et le soir,  on ne mange pas!!

Il me reste de quoi louer une petite chambre dans un quartier mal famé de la ville. Les chambres dans le campus n'étant jamais disponibles pour nous.

En ce qui concerne, les autres repas, le dentifrice, les vêtements et les tampons, il faut que je me débrouille.

Il reste les petits boulots à faire le soir et le week-end.

On dit que quelques jolies filles, boursières ou Blacks se prostituent en fin de mois. Ce n'est pas pour me vanter mais j'aurais pu le faire, je suis... disons... séduisante. Tous mes problèmes financiers auraient été réglés, car on gagne nettement mieux sa vie en louant son cul, qu'en nettoyant des bus, le soir!

C'est mon  boulot actuel et j'aime autant vous dire qu'après une journée, un bus c'est sale. Hélas, j'ai des principes! Je suis incapable de faire l'amour avec un homme dont je ne suis pas amoureuse.

Je suis du genre pauvre, mais honnête... Je préférais mendier plutôt que voler ou me prostituer!

Le nettoyage, c'est pas le pire des boulots. Beaucoup de gens dans le monde seraient ravis de le faire.

Cependant, je dois dire que ce n'est pas un boulot agréable. Ramasser des sales kleenex, des restes de nourritures, des vieux chewing-gums, c'est dégoûtant!

Je suis la seule étudiante, les autres sont des Chicanos, Mexicains illégaux! La ville sous-traite avec la société qui m'emploie. Il ya aussi quelques Blacks.

Le contremaître veille sur nous... comme à l'époque des champs de coton!

Gare à celui ou celle qui se repose un instant.

Là aussi, je pourrais pu me la couler douce. Il  me l'a dit, d'une façon directe, "Tu suces?"

"Je... euh..."

"Oui ou non?"

"Non, Monsieur."

Il m'a montré la porte de son petit bureau du doigt. Oui, je vais en baver!

Celles qui "suçaient" sont donc privilégiées!

Et moi, qui ne le fait pas, je suis toujours désignée pour les sales besognes. Un ivrogne a vomi, c'est pour Mila, un lange sale, aussi, une capote usagée (ça arrive!) même chose. Tout ce qui était sale ou pénible c'est pour moi!

 Ça arrange tout le monde... sauf moi!


A l'Université je ne vais pas vous surprendre en disant que je ne suis pas du tout intégrée. Les boursiers chicanos et blacks, nous sommes... les moutons noirs.

Les jeunes gens de bonne famille, nous ignorent, dans le meilleur des cas.

Moi, j'ai encore la chance d'être blanche et blonde, mais les Noirs et les Chicanos sont ostensiblement méprisés!

Je fais profil bas! Ce n'est pas glorieux bien sûr, mais j'essaye de "passer entre les gouttes"!

J'ai des copines Blacks, pour elle c'était encore plus dur. Genre, vous êtes Noir et vous êtes invités à une soirée. Tiens pourquoi y a-t-il une croix en feu? Et pourquoi les gens ont-ils des cagoules pointues???

Et puis un jour... je me suis mêlée de ce qui ne me regarde pas. Stupidement!

Le campus donne sur des bâtiments abandonnés et me baladant, j'entends des cris, genre, "Rendez moi mes vêtements, je vous en prie." Je me précipite, les appels deviennent plus forts! Derrière un bâtiment, je vois une demi-douzaine de Blancs garçons et filles, qui ont entièrement déshabillées une Black que je connais.

Elle cache les seins avec un bras, son sexe avec une main. Sauf qu'elle essaye en même temps de récupérer ses vêtements. Ils font semblant de lui rendre, puis se les lancent en riant!

Elle supplie....

Une blonde lui crie, "Un petit singe n'a pas besoin de vêtements!!" Rires!!

Intervenir, impossible, je ne suis pas super woman, loin de là. Comme ils ne m'ont pas vue, je courre jusqu'au bureau et je dis, toute essoufflée à un garde, "On agresse une fille!".

"Montre-moi où."

Il me suit. On courre! On croise deux profs qui nous suivent.

En arrivant près l'arrière cours on entend les cris de la Black et les rires des autres... Elle est en pleurs au milieu du cercle de ses... tourmenteurs! Ils font semblant de lui rendre un vêtement puis se le passe, comme un ballon de basket.

 

152-B.jpg

 

D'accord, c'est pas un viol.

Ils font une drôle de tête en nous voyant arriver.

"Qu'est ce que vous faites?", crie le garde.

La blonde qui a l'air d'être le chef du groupe, répond. "On joue, c'est tout. D'ailleurs, elle est d'accord!"

Ça m'étonnerait!

Ils rendent ses vêtements à la fille, qui se rhabille à toute vitesse.

Un des profs dit, "C'est inconvenant, comme jeu.". Mais je le sens très mal à l'aise.

"Ce n'est pas une agression!", dit le garde, en me regardant.

"Ils ont complètement déshabillée cette étudiante et puis...",  je désigne la blonde du doigt, "Cette fille l'a traitée de petit singe! C'est une insulte raciste!"

La petite Black s'est rhabillée à toute vitesse et reste là, tête baissée.

Le garde lui dit, "Tu veux déposer plainte?" La fille fait non de la tête.

Quoi! Elle me jette un coup d'oeil, en haussant les épaules!

Un des profs dit, "L'incident est clos."

Quelle bande de dégonflés!!

La blonde me fait, "Eh!! Toi!"

Je la regarde. Elle tend le la main vers moi, index pointé, pouce vers le haut. Le geste que font les enfants quand ils font semblant de tirer avec un revolver. Elle fait, "Bang! Bang!".

Et puis... ils partent.

Ces petits salopards ont tous les droits! Ils peuvent déshabiller, humilier une fille parce qu'elle est Noire. Ce n'est qu'un jeu! La victime n'ose pas se rebeller!

Le Nord a gagné la guerre de Sécession, mais ici on traite les Noirs comme au temps de la Confédération!

Défendre les faibles c'est très noble, cependant il faut être prudent quand on est faible soi même.

De toute façon je n'aurais pas pu ne pas intervenir!

La fille que j'ai menacée s'appelle Jessy M.....  et ses ancêtres ont débarqués du May Flower ou un truc du genre!

Au lieu d'essayer de se venger de moi, elle me parle le lendemain.

Elle me dit, "Il faut du courage pour défendre cette petite négresse, tu es gouine ou quoi?"

Tout de suite, elle ajoute, "Mais non, je rigole!"

J'essaye d'arranger les choses, en disant, "Je pensais vraiment qu'on la violait."

Elle fait la moue, puis me tend la main en disant, "Je ne suis pas rancunière."

Je serre sa main avec soulagement.

Ouf... autant ne pas avoir des ennemis qui ont des parents riches et influents. 

J'ai d'autres préoccupations. J'ai perdu mon boulot de nettoyage de bus, suite à un contrôle sur le travail en noir.

Le contremaître m'a sacrifiée, étant donné que je ne lui ai pas cédé!

Je me suis décidée à aller voir un de nos professeurs. Bel homme d'une cinquantaine d'années qui m'a proposé un poste d'assistante. Donner quelques cours par semaine me permettrait de ne plus avoir de problèmes d'argent.

Il m'a proposé le poste il y a quelques temps. En même temps il m'invitait à passer le week-end au bord de la mer dans sa maison de vacances. Le message était clair...

J'ai refusé en prétextant des obligations familiales.

Deux semaines après, il m'a de nouveau invitée. Là, je lui ai dit la vérité : "Je vous trouve très séduisant Monsieur, mais je ne pourrais jamais partit en week-end avec un homme dont je ne suis pas amoureuse."

Il l'a pris avec classe. Il faut dire qu'il ne doit pas rencontrer beaucoup de cruelles! C'est une autre fille qui a eu le poste.

J'avais de principes! Je le mets à l'imparfait, parce que j'ai bouffé des pâtes quatre soirs d'affilés. C'est le genre de chose qui bousille les principes.

Il pourrait sûrement m'aider à trouver un job!

Alors ce midi, je me suis décidée!

Je suis allée le trouver. Debout devant son bureau, le rouge aux joues, je lui dis, "J'aimerais beaucoup partir en week-end avec vous, Monsieur."

Il me détaille de la tête aux pieds, puis il dit, "Qu'est ce qui vous a fait changer d'avis, Mademoiselle?"

 Ben les pâtes, tiens! Je bredouille, "... euh... pour..."

Il fait une moue dégoûtée et me dit, "Vous ne me plaisez plus... Vous avez un côté trop négligé."

Trop... négligée??? La honte de ma vie!!!

Il ajoute, "On dirait que vous avez trouvé vos vêtements dans une poubelle."

Il fait un signe de la main signifiant, du balai!

Rectification, il n'a pas pris mes refus avec classe mais comme un vrai salaud!

Je n'aurai pas à coucher avec lui!!!!

En sortant, j'ai les yeux pleins de larmes.

Au rez de chaussée, je tombe sur Jessy, la blonde, et une de ses amies.

Elle me dit, "Je te cherchais, j'ai quelque chose à te dire."

Ça m'étonnerait que ce soit quelque chose d'agréable, mais bon...

Elles seront au courant, bien assez tôt de ce qui vient de se passer. Je sais que le professeur sera ravi de raconter à tout le monde que la chaste Mila, lui a fait des avances et qu'il l'a envoyée... se faire mettre ailleurs!! Oui, la rancoeur, me fait parler grossièrement!

"Tu as les yeux rouges, tu as pleuré?"

"... euh... non,  j'ai de l'allergie."

On se dirige vers la sortie.

Elle me dit, "Tu cherches toujours un job mi temps?"

"Oui, si je ne trouve pas rapidement, j'abandonne mes études."

"Ce serait dommage!" Elles se marrent toutes les deux. C'est ça foutez vous de moi!!

"500 $ le week-end, ça t'intéresse?"

C'est ce que je pensais, elles se foutent de moi!

Jessy m'explique, "On a été dans un grand bar western. J'ai vu sur la porte qu'ils cherchent une serveuse blonde et jolie pour le week-end. Ça t'intéresse?"

"Oui, si c'est... euh... convenable.... mais jolie..."

"Mais oui, tu es jolie. Ça ne saute pas aux yeux, parce qu'on dirait que tu as trouvé tes vêtement dans une poubelle!"

Deuxième fois en une heure! Garces!! Je n'ai pas un père plein aux as, moi!!

Elle me tend une carte... "J'ai pris un rendez-vous pour toi"

"Merci..."

Je regarde la carte de visite, "Deep South Ranch."

Il y a le dessin d'un grand établissement style western. Dans un coin, il y un taureau mécanique pour s'essayer au rodéo. Au-dessus du bar, il y a un drapeau de la Confédération. J'en parlais plus haut!!

Je vois! C'est le "deep south" d'avant 1861, date du début de la guerre de Sécession. Moi qui suis une démocrate, pure et dure, ce ne sont pas du tout mes  idées, mais j'en ai archi marre des pâtes et... de mes vêtements qui sortent d'une poubelle!

A suivre.

1000 mercis à Bruce Morgan pour les super dessins.

 

pub pur erog 

Par miasansdessous - Publié dans : domination - Communauté : blog sexe des amis
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Septembre 2017
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  
<< < > >>
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés