Vendredi 23 octobre 2015 5 23 /10 /Oct /2015 09:58

 

Le 17 juin 19..

 

A 7 h du matin, une sonnerie stridente me réveille!

Où suis-je? Oooh, non!! Je suis dans un univers parallèle où je suis bonne à tout faire!

Je m'étire, j'ai mal partout à cause des efforts physiques d'hier, le ménage quelle horreur!

Il me faudrait une douche pour me réveiller, mais il n'y a même pas un lavabo dans cette chambre minuscule!

Pourtant, j'en ai besoin!

L'hygiène n'a pas l'air d'être le souci principal de la maison. Madame soigne son apparence, mais c'est tout!

Je vais dans la cuisine et j'essaye de comprendre comment fonctionne la bouilloire électrique.

A 7 h 30, on sonne, un jeune homme apporte du pain et des croissants.

Il me caresse les fesses en disant, "T'es la nouvelle bonne?"

"Euh... oui."

"T'es plus mignonne que l'autre! Il faudra qu'on parle un peu quand j'aurai plus de temps..."

Aah? Est-ce que c'est normal qu'il me caresse les fesses avec autant de désinvolture?? Sans doute...

Je déballe le pain et les croissants qu'il a apporté.

Je suis affamée, mais je n'ose pas manger!

A 8 h Monsieur et Madame descendent. Elle est en chemise de nuit transparente.

On voit nettement ses gros seins qui bougent quand elle marche! Ça, c'est des seins qui pendent!!

Sous son ventre son pubis... épilé est visible, en toute impudeur!!

Venir manger dans cette tenue!! Monsieur, c'est pas mieux, il a juste un tee shirt et ses... couilles en dépassent!

Je dis, "Bonjour Madame, Bonjour Monsieur."

Pas de réponses! Ils parlent entre eux.

Leur fils Olivier arrive. Lui me dit bonjour, "Salut Maria", et il me donne une claque sur les fesses. Encore!!

"Aie! Bonjour, Monsieur Olivier."

J'ai fait du café et du thé. Je vais vite mettre ça à table.

Quand... ils ont fini de manger, Madame me demande, "Vous avez mangé des croissants, Maria"  

"Non, Madame."

"Vous mangerez toujours après nous ce qui reste! Et seulement quand je vous le direz!"

"Oui Madame, mais..."

Madame, hausse le ton, "Vous devez apprendre à ne pas "répondre". D'ailleurs, il y a un mot que je vous interdis de prononcer dorénavant, c'est "mais". Si je vous entends encore une fois dire "mais", vous serez punie..."

La petite tirade fait rire les deux hommes.

Elle ajoute, "Maintenant, vous pouvez finir, ce qui reste dans nos assiettes."

"Merci, Madame."

Monsieur et Olivier ont laissé un demi-croissant. Quant à Madame, elle met un croissant presque entier dans son café au lait et y plante un cure dent qu'elle vient d'utiliser en disant,  "Voici votre pitance, Maria!" Le mot est bien choisi!

Je regarde ses restes avec dégoût!

"Il y a un problème, Maria?"

Je dis, sans réfléchir, "Non, Madame, mais..."

Ouch!! J'ai dis "mais"!

"Bon", dit Madame, "Je vais vous guérir de dire "mais"..."

Elle se lève, me prend par une oreille et me traîne derrière elle jusque dans la cuisine... Courbée en deux, je crie, "Aaaaiiiee!!! Pardon Madame... Aiiie, mon oreille!!"

Elle me lâche et je me frotte l'oreille en gémissant!

Monsieur et Olivier sont venus assister au spectacle...

Madame dit, "J'ai préparé ça, à votre intention, Maria!"

Sur l'évier elle déballe un petit savon bon marché. Elle le passe sous l'eau et le fait bien mousser. Elle dit, "Ouvrez la bouche, Maria!"

NON!!!! Je ne bouge pas! 

Elle soupire, puis elle regarde son fils. Celui ci me prend par les cheveux et les tire violemment en arrière. Je pousse un cri, "Aaaaiiiiee!!" qui se termine en

"mmmmfmfff", car elle enfonce le savon plein de mousse dans ma bouche.

Olivier plaque sa main sur ma bouche...

Je crie, "mmmffmf!!!  mmmmfff!!!" Quel horrible goût de... fleurs synthétiques!!!

Je me débats, mais c'est intitule, car en plus, Monsieur m'attrape les mains.

Madame me dit, "On va vous dresser, ma petite!! Bientôt quand je vous en donnerai l'ordre, vous déballerez le savon et vous le mettrez vous même dans votre bouche!!"

Le savon me brûle le palais! De l'eau savonneuse me coule dans la gorge et me remonte même dans le nez!!!?

On reste comme ça 5 bonnes minutes, avant qu'elle ne dise aux deux hommes, "Vous pouvez la lâcher au dessus de l'évier!"

Olivier enlève sa main de ma bouche. Je crache le savon et je tousse!!

"Vous avez compris la leçon, Maria?"

En pleurant, je réponds, "Oui, Madame!" Quelques bulles s'échappent de ma bouche!

"C'est bon! Vous pouvez vous rincer la bouche... trois fois!"

Ouf!! Je me rince la bouche... Le goût diminue mais ne disparaît pas!      

Quand je me retourne, elle est assise et je vois qu'elle a glissé sa main sous sa robe de nuit et qu'elle se caresse!

Elle soulève sa chemise de nuit et me dit, "On va profiter de ce que votre bouche est propre! Venez me lécher la chatte!"

Quoi???

Madame me dit, "Vous préférez sucer un autre savon?"

Je ne sais pas! C'est aussi dégoûtant l'un que l'autre!

Si je refuse elle va encore trouver quelque chose d'horrible à me faire... Alors, je me mets à genoux entre ses cuisses, le nez contre sa grosse... vulve, sans un poil.

Je comprends pourquoi on appelle ça une moule el langage populaire et dans son cas il s'agit d'une moule pas fraîche! Car si ma bouche est toute propre, son sexe  ne l'est pas du tout!

Il y a même, des dépôts blanchâtres le long de ses grandes lèvres et autour du clitoris!!

Je lèche! L'odeur est vraiment écoeurante, par contre, j'ai tellement le goût du savon dans la bouche, que je ne goûte, rien d'autre.

Je n'ai, évidemment, jamais léché une femme, mais je connais les points sensibles de mon sexe.... Je me concentre sur... le clitoris qui saille obscènement.

Alix et Juan arrive dans la cuisine. Ils éclatent de rire en me voyant lécher le sexe de Madame, entourée de quelques bulles de savon!!

"C'est une bonne.", dit Madame, "Elle doit tout nettoyer!"

Alix lui dit, "Tu n'es pas dégoûtée de sa bouche?"

"On lui a bien nettoyé la bouche au savon... d'où les bulles!"

Ils regrettent vraiment de ne pas avoir été là depuis le début.

Elle dit, "On le refera... "

Je me rends compte qu'elle s'excite! Elle se tortille, autant que lui permet son embonpoint!

Elle continue, "On lui fera boire une cuiller de Paic citron... aaaah... ou... une cuiller à sou... à soupe... d'harisaaaaaaaa!!!! Aaaaahhhh ouiiiii..." Elle jouit en plaquant mon visage contre son sexe!

Ensuite, elle me repousse et me regarde, "Qu'est ce qu'on dit?"

"Merci, Madame."

Madame s'adresse à Juan et lui dit, "C'est quoi, cette bosse dans ton pantalon?"

Juan sourit, "C'est excitant de voir la bonne te lécher, marraine!"

"Elle peut te sucer, aussi."

QUOI??? Mais, c'est mon fils!!!

Madame me regarde et dit, "Vous pouvez choisir, Maria, soit vous sucer ce beau garçon, soit on vous fait bouffer un savon. Complètement, cette fois-ci! Déshabillez-vous!"

190-A.jpg

 

Je ne suis pas dans le monde d'Alice, mais dans une toile de Jérôme Bosch!!

Le savon, c'est horrible...

Ce que je dois faire est sûrement un péché, mais, j'y suis "forcée"!!

Mon fils s'est déshabillé et Madame lui caresse les fesses! C'est la nouvelle mode?

Il commence par "jouer" avec mes seins!! C'est... non, rien.

190-B.jpg

Quand il me lâche, je me mets à genoux devant lui. Son sexe que je vois pour la première fois, enfin, en tant qu'adulte et dans cet état-là, se dresse devant mon nez. Il est... grand.

Il fait coulisser la peau du prépuce, l'odeur me surprend. Le gland est mouillé.

190-C.jpg 

"Commencez par lui lécher les couilles, Maria.", dit Madame.

J'irai en enfer, si je commets l'inceste??? Non, le Seigneur sait que ce n'est pas par vice!

Je lèche... les couilles de mon... de ce garçon. C'est doux, poilu, chaud....

Juan me caresse la nuque en disant, "Prenez-la dans votre bouche, Maria!"

Je... je mets le gland dans ma bouche. Un éclair va t'il déchirer le ciel? Non, tout est calme.

Je prends le sexe en main, tandis que ma bouche va et vient sur le gland congestionné.

Il accompagne mes mouvements en me tenant par la nuque. Par moment son... gland est presque entre mes lèvres, puis il s'enfonce jusqu'aux amygdales. Dans ce cas, j'ai le nez dans la toison de poils qui entoure son sexe...

Je sens son membre gonfler dans ma bouche! Mon Dieu, je vais devoir avaler le sperme de mon fils!!

Ça y est!! Il me maintient solidement par la nuque et son sexe m'envoie des giclées de sperme chaud dans le fond de la bouche!

Ouch!!! J'essaie de tout avaler mais c'est abondant, je tousse autour de son membre... Du sperme coule dans ma gorge... je dois avaler!

Enfin, cette fellation contre nature prend fin...

190-D.jpg     

Madame me montre du sperme qui a coulé par terre, "Vous avez de nouveau salit, cochonne! Léchez!"

Je lèche une petite flaque sur le sol...

 

Toujours pas de tonnerre, ni d'éclair dans le ciel, le Seigneur se serait-il assoupi?

Oui! Il s'est assoupi!

Madame me dit, "Assez joué, vous avez du travail!"

Ils quittent la cuisine, sauf Juan qui me dit, "Ça vous a plu de me lécher la bite Maria?"

Je sais que je dois répondre... mais...

Il se lève, passe la main entre mes cuisses et met deux doigts dans ma chatte!!

Il dit en riant, "J'ai la réponse, Maria!"

*** *** ***

En début d'après midi, on sonne. Je ne sais pas, si je dois ouvrir sans en avoir reçu l'ordre.

Madame me crie, "Allez ouvrir et amenez le visiteur dans la cuisine."

Aaah? Bon...

C'est un homme d'une cinquantaine d'années avec une grosse mallette.

Je lui dis, "Bonjour Monsieur. Madame m'a dit de vous conduire à la cuisine."

"Bonjour. Je vous suis, mon petit!"

Madame nous rejoint. Elle embrasse l'homme, "Bonjour cher ami. Merci d'être venu aussi vite."

"C'est toujours un plaisir. Qu'est ce que je peux faire pour vous."

Elle me désigne, "C'est pour la nouvelle bonne. J'aimerais que vous lui fassiez un petit check up. Il ne faudrait pas qu'elle nous transmette des maladies."

Il me regarde, "Si elle se lave bien les mains, il y a peu de risques!"

Madame soupire, "Oui, mais vous savez ce que c'est, il y a des hommes dans la maison et une bonne c'est si vite troussé!"

L'homme rigole, "Oui, dans ce cas..."

A moi, "Déshabillez-vous, mon petit!"

Le petit ne doit surtout pas l'envoyer se faire voir ailleurs!

J'enlève mon cache poussière, je suis nue.

Il me regarde. Je voudrais dire, "Je n'ai pas pris de douche!", mais je la ferme.

Il examine mes seins, les soupèse en disant, "Vous avec eu des enfants?"

"Oui, deux docteur." J'ajouterais bien, hélas... enfin, en partie, hélas.

Il me fait lever les bras! J'ai honte de mon odeur de transpiration. Il tâte les ganglions, je suppose.

190-E.jpg

Madame s'exclame, "Oh! A propos, je manque à tous mes devoirs, vous voulez boire quelque chose?"

"Un petit scotch, je ne dis pas non..."

Madame s'adresse à moi,"Vous avez entendu Maria?"

"Oui, Madame."

Je vais chercher la bouteille dans le bar du living.

Madame remplit à moitié les verres, tandis que je m'occupe des glaçons.

Ils boivent... je regarde mes pieds!

Le docteur me dit, "Approchez vous, mon petit."

Je vais près de lui, il me caresse les fesses en disant, "Belle bête, elle doit bien travailler."

"M'en parlez pas!", répond Madame, "C'est une paresseuse. Et, en plus, elle répond!"

"Comme je vous connais, vous allez vite la guérir de ses petits défauts!"

Il arrête de me peloter, pour me donner une claque, "Allez, mettez-vous sur la table, à 4 pattes!"

J'obéis tout de suite. C'est très spécial comme position! Difficile de faire plus indécent! Une position que je n'avais jamais prise dans ma cuisine.

Le docteur prend une petite lampe et me dit, "Creusez plus les reins."

 

190-F.jpg

Il examine, mon anus! Enfonce un doigt en moi! Ouch!! Je fais un petit bond!

"Bien...", dit-il, "Venez voir chère amie. Elle a un anus tout à fait normal, pas d'hémorroïdes... Par contre elle est étroite, il faudra l'élargir, si un de vos invité veut la prendre par le cul!"

Oh mon Dieu!!! M'élargir "là"???

Ensuite, je dois me coucher sur le dos et tenir mes jambes écartées en mettant les mains sous les genoux.

Depuis que je suis ici, je n'ai pas pu me laver, mais, ici, ça semble normal.

Il tapote mon sexe, "Belle vulve!"

Ensuite il prend mon clitoris entre le pouce et l'index et le pince. Ouch! Je ne peux m'empêcher de refermer les cuisses!

Madame me dit durement, "C'est fini, ces singeries Maria?"

"Oui, pardon, Madame, c'est un réflexe."

Ensuite, il me fait un frottis. Et, je peux enfin quitter cette position humiliante.

Ça se termine par une prise de sang. Je détourne les yeux quand l'aiguille pénètre dans ma veine. Je déteste ça.

"A mon avis elle est saine.", dit le docteur, "Dans deux jours, je pourrai vous le confirmer."

Madame me regarde, "Eh bien, rhabillez vous ma fille! Vous n'avez pas du travail qui attend?"

"Si, Madame."

*** *** ***

Alix m'a fait une longue liste de travaux à faire!

Le reste de ma journée doit ressembler aux journées des servantes du 19ème siècle, travaillant chez des maîtres très difficiles!! Peut être aussi, à celles des servantes Indonésiennes travaillant en... vous savez où... J'ai assez d'ennemis comme ça!

Je dois récurer, laver, faire la vaisselle, faire les chambres, servir à table... En fin d'après-midi, je suis épuisée...

Heureusement à 18 h, Madame dit à Alix, "On va au restaurant, enferme la bonne dans sa chambre pour qu'elle ne fouille pas partout et qu'elle ne vole rien!"

Alix me dit, "Montez un seau pour vos besoins et une bouteille d'eau."

Comme repas, j'ai droit à une demi-baguette de vieux pain, bien dur, un oignon et un demi-camembert qui pue!!!

Alix m'enferme dans ma... cellule! On ne peut pas appeler cette minuscule pièce, sans fenêtre, une chambre.

Je mange, je pleure...

Je peine à trouver le sommeil, je fais de mauvais rêves, peuplé d'ordres hurlés, "A genoux Maria" "Sucez cette bite, Maria" et d'images... honteuses de moi et... mon fils.

 

A suivre.

 

Un tout grand merci à Bruce Morgan, pour les super dessins.

 

pub pur erog 

 

Par miasansdessous - Publié dans : inceste - Communauté : LesMeilleursBlogsdeSexe
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Septembre 2017
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  
<< < > >>
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés