Vendredi 13 novembre 2015 5 13 /11 /Nov /2015 10:04

            193-A.jpg      

 

*** *** ***

Ce soir, il y a donc des invités...  

Je commence par servir l'apéritif. Il y a un couple de l'âge de Monsieur et Madame avec deux enfants de 18 ou 20 ans, un garçon et une fille.

Il y a aussi un couple plus jeune. Ils sont 11 en tout.

Je fais très attention à bien servir à table et à accourir dès qu'ils ont besoin de quelque chose...  et à faire un nombre incalculable de révérences!

Alors, que je passe à sa portée et que je suis dissimulée par son fauteuil, mon... fils... Monsieur Juan, glisse, sa main entre mes cuisses!

Je n'ai pas de culotte, suivant les ordres d'Alix...

Je reste, piégée, ne sachant ce que je dois faire!

Madame me rappelle à l'ordre, "Et alors Maria, vous dormez, ma fille?"

"Non, Madame", la main redescend...

 

Madame a acheté une petite cloche chez un antiquaire.  Elle représente une petite marquise et Madame l'agite pour appeler la bonne, comme au temps de Maupassant. Les enfants du couple veulent voir ce que c'est. Madame leur donne. Ils s'amusent à agiter la sonnette pour me voir arriver immédiatement. Tout le monde sourit avec indulgence : les enfants ont bien le droit de s'amuser.

P1620517-copie-1.jpg

 

Je suis tellement attentive à ce que je fais que j'en oublie de faire une révérence.

Aussitôt, Madame me gronde, "Eh, bien Maria! Ne vous ai-je pas ordonné de faire une révérence quand vous arrivez dans une pièce ou que vous la quittiez?"

"Si pardon, Madame, c'est que..."

La fille me coupe, "Ah, oui, il m'avait bien semblé qu'elle faisait une révérence! La nôtre ne fait pas ça!"

"On va lui demander.", répond son père, "C'est vrai que c'est amusant!"

"Elle peut le refaire?", demande le garçon?

"Bien sûr." répond Madame. "Maria, allez fare une révérence à chacun de ses jeunes gens."

Je fais une belle révérence devant le garçon, puis devant la fille.

Elle me dit en faisant la grosse voix, "N'oubliez plus de le faire, ma fille!"

"Oui, Mademoiselle."

Ça fait rire tout le monde!

Madame me dit, "Chaque fois que vous entrerez dans la pièce ou que vous la quittez, vous ferez une révérence en plus devant chacun d'eux,  Maria."

"Bien, Madame."

Bah, je ne suis plus une humiliation près! Ni même à une multitude

d'humiliations près!

La cuisinière vient dire, "Madame est servie."

On est deux à servir...

Je suis fatiguée par cette invraisemblable série de révérence que j'ai du faire ce matin. Plus toutes les autres que je fais maintenant! Et ce n'est pas fini!

Un moment le garçon me dit, "Maria, ramassez ma serviette."

"Oui, Monsieur."

Elle est sous la table! Je me mets à 4 pattes pour aller la chercher.

Quand je me remets debout avec la serviette, Madame me dit, "Donnez lui une autre serviette, Maria!"

Elle ajoute, "Il faut tout leur dire!"

*** *** 

Après le repas, tout le monde retourne dans le living pour boire un alcool et fumer.

Les plus âgés parlent entre eux, business pour les hommes, maladies et opérations pour les dames.

Les jeunes parlent de... conneries. Olivier, Alix et Juan ont l'air de bien s'entendre avec les enfants du couple d'invités.

La fille me dit,"Apportez-moi un verre d'eau, Maria."

"Bien, Mademoiselle."

Je fais une révérence et vais chercher un verre d'eau.

Je lui apporte, fais une révérence et le pose devant elle.

"Avec deux glaçons."

Je recommence le tout.

Je reviens avec un verre d'eau et deux glaçons.

"Et une tranche de citron."

Son frère, Olivier, Alix et Juan s'amusent beaucoup.

Ils vont tous les cinq à tour de rôle me demander quelque chose. 

Des cures dents, qu'ils me tendent quand ils les ont utilisés.

Un bic, "Mais non, pas un peu noir, un rouge, idiote!!"

Un kleenex, on se mouche, on me le donne.

Un chewing-gum. "Oh qu'il est mauvais! Tenez, ma fille c'est pour vous." 

Quand je lui apporte quelque chose, Juan me donne une bonne claque sur les fesses, en disant, "Il faut la faire courir un peu, elle a besoin de maigrir. N'est ce pas, Maria."

"Oui, Monsieur Juan."

*** *** 

Le 21 juin 19..

 

Ce matin, le petit déjeuner se passe comme la veille.

Ensuite, pendant que je fais la vaisselle, Madame crie, "Maria!!! Venez ici!"

Je me précipite au premier étage. Elle n'est pas dans sa chambre.

Je dis, "Où êtes-vous, Madame?"

"Dans ma salle de bain, idiote!!!"

J'entre, Madame est nue, son gros derrière débordant de la cuvette des wc!

Elle me montre un rouleau de papier vide en disant, "Avec quoi doit-on se torcher le cul?".

"... je n'ai... pas... " .

Elle se lève, se retourne et dit," Vous allez remplacer le papier cul avec votre langue!!".

Oh, non, pas...  de... la merde!!!

Elle dit, "Bon, j'appelle les jeunes!"

Je me mets aussitôt à genoux, le visage devant son gros derrière.

Madame me dit, "Écartez mes fesses et léchez mon anus. Encore une hésitation et je vous fais donner le fouet!"

J'écarte ses fesses pleines de cellulite et me trouve face à son anus souillé. Des traces brunes le maculent! Pouah!!! Elle n'a aucun... respect, aucune pudeur!!

Je lèche ce qui se trouve entre ses fesses. Le goût est atroce!! Je vais vomir!! Mais, alors je serai sûrement fouettée!

Je salive le plus possible pour qu'il n'y ait pas que de la... merde! Je lèche!!

"Ça vous plait??", demande Madame.

NON!!! C'est horrible!!! Mais, je dis, "Oui, Madame."

Madame fait l'étonnée, "Aaaah, vous avez des goûts, ma fille!"

Je continue le dégoûtant nettoyage!

"Alors ça y est vous avez bien nettoyé mon trou du cul?"

"Oui, Madame, c'est propre."

Je me recule et elle met un doigt, dans son cul, puis le renifle. Quelle classe!!!

Elle dit, "Je pense que vous n'oublierez plus de mettre du papier cul?"

"Ooh, non, Madame!"

"C'est bon retournez travailler, Maria."

"Bien, Madame."

*** *** 

Ppppfff, lécher ça!! Je retourne à la cuisine...

Charlotte me demande, "Qu'est ce qu'elle te voulait?"

"Elle m'a demandé de lui apporter des kleenex, Madame Charlotte."

Je ne veux pas lui dire ce qui s'est passé, ça pourrait lui donner des idées.

Je me rince la bouche! Pouah!!  J'ai ce goût de... merde, en bouche!!!

*** *** 

Un peu plus tard, Juan - mon fils - entre dans la cuisine et s'assied. Il parle du repas avec Charlotte, tout en me regardant.

Il me dit, "Alors, Maria, Madame vous a fait lécher son cul parce que vous n'aviez pas remis du papier?"

Aaie!!!!

Évidemment, Charlotte dit, "Aah, je pensais qu'elle voulait juste des kleenex?"

"Elle... elle en voulait aussi..."

"Tu mens!", me dit Charlotte.

Juan s'en mêle, "Oui, je pense aussi, que vous mentez, Maria!" 

Je ne m'en sortirai pas, alors je déballe tout, "J'ai du lécher le derrière sale de Madame, mais je trouvais ça tellement honteux que j'ai menti, pardon."

"Ici, on ne ment pas.", me dit Juan, "Vous allez être punie, Maria."

Charlotte lui dit, "Donnez lui une fessée, monsieur Juan."

Il me regarde, "Ou alors, on demande son avis à Alix?"

NON! "Je vous en prie, Monsieur Juan, pas elle. Donnez-moi une fessée!"

J'ai beaucoup plus peur d'elle que de lui...

En attendant, ils me font "demander" d'avoir une fessée!!!

"Alors tu vas retrousser ton uniforme et venir gentiment t'allonger sur mes cuisses."

J'obéis tout de suite, pour l'amadouer.

Il caresse mes fesses... en disant à Charlotte, "Quel cul, hein?"

"Ouais, c'est ce qu'elle a de mieux! Mais vous allez vous faire mal à la main, tenez prenez ça!"

Elle lui tend une planchette en bois de 20 cm de long, comme certaines personnes utilisent pour couper du pain.

193-C.jpg

Il tape légèrement sur mes fesses. Je les contracte aussitôt!

"Vous aurez moins envie de serrer les fesses dans peu de temps!", me dit-il

Il lève la planche et "paf!!", elle atterrit sur mes fesses avec le bruit d'un pétard qui éclate.

Il rigole tous les deux, "Quel bruit ça fait!!"

"Allez-y!", dit Charlotte, "On se croirait au nouvel an chinois!"

"PAF!!  PAF!!  PAF!!  PAF!!  PAF!!  PAF!!  PAF!!  PAF!! PAF!!"

Je crie à chaque coup!!!

Je prends sûrement une trentaine de coup de cette planchette sur les fesses...

Il s'arrête enfin, un peu essoufflé. Il met la main sur mes fesses brûlantes. 

Je crie, "Noooon... je vous en prie..."

Il dit, "Putain, j'ai la gaule!"

Charlotte rigole et dit, "Ben, une bonniche ça se baise contre un évier, allez vas-y!"

Il rigole, "Ouais, vous avez raison!"

A moi, "Penchez vous sur l'évier et présentez vos fesses!"

193-B.jpg

 

A suivre.

 

Un tout grand merci à Bruce Morgan, pour les supers dessins.

  pub pur erog   

Par miasansdessous - Publié dans : scato - Communauté : blog sexe des amis
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Novembre 2017
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30      
<< < > >>
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés