Vendredi 22 janvier 2016 5 22 /01 /Jan /2016 11:01

203-A.jpg

Les gens autour de nous rigolent de nous voir nous aussi étroitement collées, l'une à l'autre...

Les filles vêtues de courtes tuniques, les servantes de l'hôtel, s'amusent beaucoup, elles aussi. C'est gentil, hein? Bon, d'accord, elles doivent plaire à leurs maîtres.

Je gémis, "Ils vont nous laisser longtemps comme ça?"

Une grosse dame à l'extérieur a entendu ce que je disais.

Elle répond, "Vous êtes là pour 24 h".

Oh non!! Puisqu'elle répond, même en s'amusant, je lui demande, "Sans boire, Madame?"

"Ah oui.", dit-elle, "C'est une des punitions, ici. 24 h sans boire et sans manger. C'est une des nombreuses attractions de l'hôtel."

Une fille pleurniche, "On va mourir..."

"Tu es folle, on aura faim et soif, c'est tout!"

Plusieurs filles se mettent à pleurer... Il y en a une qui dit, "Je dois faire pipi."

"On devra toutes faire, vas y... On aura bientôt les pieds dans la pisse..."

Un des gardes tape sur la paroi en disant, "Je vous laisse, mais ne vous échappez plus, hein, les filles!"

Trop comique!

Ça amuse les clients!

Une fille dit au garde qui s'éloigne, "Je vais me trouver mal..."

"Pas grave... tu ne risques pas de te blesser en tombant!"

24 h... debout pressées contre les autres... ce sont des heures qui comptent double, triple, quadruple...

On a les pieds dans la pisse, maintenant...

Le soir tombe, les lumières s'allument sur la terrasse. Des projecteurs éclairent notre cylindre!

Il fait chaud, les clients de l'hôtel viennent manger sur la terrasse. Il y en a qui tapent sur les parois pour qu'on les regarde.

Ils s'amusent! Sales rats!!!

C'est l'heure où les moustiques se mettent en chasse d'un petit casse croûte : nous.

On est presque touts piquées... et on n'arrive même pas à se gratter!

Une fille se met à gémir, "Je ne sais plus respirer." D'autres pleurent bruyamment.

Et puis, une voix dit doucement, "Détendez-vous, calmez vous, ne vous crispez pas... Pensez que ce n'est pas si terrible... On a été enlevées pour notre beauté... Ils ne vont pas abîmer la marchandise, sinon ils l'auraient déjà fait..."

La fille parle calmement et... ça calme tout le monde...

Je lui dis, "Parle encore..."

Elle rit doucement, "D'accord... Laissez-vous aller sur vos compagnes, pensez que vous êtes minces et molles... Lâchez prise..."

Il doit être près de minuit, les derniers clients viennent nous souhaiter... une bonne nuit!!

On éteint les lumières de la terrasse, on est dans le noir!

Une fille en veut encore, "Ta voix fait du bien. Dis, ce qu'on doit faire pour pas devenir folle."

La voix douce reprend... "Personne ne va devenir fou... Imaginez que votre esprit s'échappe de vous... Regardez... le mien, flotte déjà au dessus du cylindre... Rejoignez-moi..."

Oh oui, je veux m'échapper, même si ce n'est que mon esprit...

Une fille lui dit, "Tu es un ange?"

Elle rit à nouveau, "Oh, non... je m'appelle Anindita, qui signifie "espérance" en hindi, et vous?"

On dit toutes nos prénoms... ça nous distraie un peu.

Une fille dit, "Continue de parler, s'il te plait, Anindita."

"D'accord... pensez qu'on est libres..."

Une vois ronchonne, "Non, on est des prisonnières!"

"Nos corps, oui, pas nos esprits..."

On est plusieurs à lui demander, "Continue..."

Alors de sa voix douce, elle nous décrit ce qui nous entoure dès qu'on sort du cylindre, les plantes, les animaux... le ciel... Elle dit que les choses vont s'arranger pour nous...

Même celle qui râlait se tait...

Elle nous aide à passer la nuit... en continuant à nous parler de forêt tropicale, de fleurs odorantes, d'animaux beaux et libres. De chasseurs qui tombent dans leurs propres pièges... Sa façon de parler me fait... rêver...

Et puis, elle chante... des chants Indiens... qui montent dans la nuit sombre et vont chatouiller les pieds de la lune... Sa voix provoque ce genre d'idées, car avant de l'écouter, je n'aurais jamais imaginé que la lune avait des pieds!!

Quand elle s'arrête, d'autres filles chantent... c'est beau... comme lorsque Joan Baez, chantait pour ses co-détenus dans sa cellule d'une prison en Alabama...

Bon... euh... je pourrais parler longtemps d'elle. C'est un ange, elle conseille certaines positions à celles qui ont des crampes, rassurent celles qui font une crise d'angoisse...

Je lui dis, "Est ce qu'on a eu tort de vouloir s'enfuir?"

"Non! Celles qui sont restées vont devenir des esclaves domestiques. Nous pas." "Et, c'est mieux?"

"C'est écrit comme ça, ma belle!"

Elle dit encore, "Ayez une chose à l'esprit, ils vont essayer de nous monter les unes contre les autres. Ne résistez pas, dites ce qu'ils veulent, mais n'oubliez pas que ce qui nous arrive, nous unit. Ce qu'ils nous feront dire, ce ne sera que des mots... On pourra toujours compter les unes sur les autres. Demain en sortant d'ici, on va toutes se regarder et on se reconnaîtra par la suite, si on nous sépare."

Il y a des filles qui pleurent tellement elles sont émues par ces paroles...  Dont, moi, bien sûr... On ne pleure que quelques larmes, parce qu'on commence à être déshydratées.

Le matin arrive... Les premiers  clients s'installent autour de nous pour  prendre leur petit déjeuner en nous regardant.

Ça me fait penser à un vieux dessin où on voit des bourgeois gras et suants s'empiffrant, un soir de réveillon, tandis que des petits pauvres salivent en les regardent à travers la vitre. Ah oui, c'est vrai, c'était en 1900, les choses ont sûrement beaucoup changé, de nos jours!!!!

Une fille dit à Anindita,"Ces gens sont ignobles."

Elle va sans doute leur trouver des excuses... Ah, non, "Ceux-là, tu as raison, mais nous, on n'est pas comme eux." Elle ajoute, "D'ailleurs leur nourriture est souillée par des bactéries, ils vont avoir une chiasse qui va durer huit jours..."

Une fille ajoute, "Et ils ne s'en remettront jamais."

Une autre, "Et ils iront griller en enfer!"

"Inch Allah.", dit une troisième.

On rit... un peu...

On oublie... un peu... les crampes dans les jambes et le dos, les courbatures, l'odeur de pisse et de sueur. La soif, surtout, et la faim...

Anindita nous parle encore...

Les petits déjeuners s'échelonnent jusqu'à 11 h.

Ensuite, entre midi et 3 h, les clients viennent manger. Là, on a vraiment soif et faim...

Anintida dit doucement, "Ne les regardez pas ou si vous le faites, regardez attentivement ce qu'ils mangent, ça grouille de larves..."

Oh oui, je les vois!

Enfin... en toute fin d'après midi, un gros type et une femme, tous les deux chinois, arrivent. Ils sont accompagnés de servantes en tuniques blanches ultra courtes. Elles demandent très, très poliment aux clients de se lever pour déplacer leurs tables et pouvoir libérer un espace devant la porte du cylindre. Ensuite, elles installent une table et des bouteilles.

C'EST POUR NOUS!!

La femme est grande et plutôt jolie. Elle porte une robe sans manche, fendue, jusqu'à la taille. Elle a un court fouet à sa ceinture...

Le gros garde a un fouet plus long.

De nombreux clients viennent assister à... notre libération?

La femme se met devant la porte et dit, "Vous avez envie de sortir?"

On crie "Oui, oui!", "S'il vous plait.", "Pitié, oui!"...

L'homme ouvre la porte, la première fille tombe à moitié...

"Ne poussez pas!", dit-il en montrant son fouet.

On sort péniblement. Je cherche Anintinda des yeux et je la reconnais, elle est exactement comme je l'avais imaginée, sauf le bracelet de cuir autour du poignet... J'essaye de me rapprocher d'elle, mais d'autres filles l'entourent...

Les clients prennent des photos.

Ils apprécient de nous voir nues, tremblantes, puantes, assoiffées, affamées, pleines de courbatures...  Les gens... sont comme dans ce vieux dessin dont j'ai parlé.

Ou bien, l'homme est un loup pour l'homme... Non, ce n'est pas gentil pour les loups!!

L'homme nous regroupe devant la fille assise à la table.

Elle nous dit, "Vous voulez boire et manger?"

"OUIIIII!!!"

"OK, mais vous allez d'abord nettoyer vos saloperies!"

Des servantes apportent des seaux pelin d'eau savonneuse et d'eau claire, des petites brosses et des torchons.

"On se relaie.", dit une fille. "On entre à 5, on nettoie et puis 5 autres entrent..."

On se dépêche autant qu'on peut.

On est toutes d'accord, même de se mettre à genoux dans la pisse pour nettoyer avec des brosses et des torchons.

203-B--1-.jpg

Je vois que la femme nous observe attentivement.

Quand on a fini, c'est propre ou presque. La femme vient voir, elle entre dans le cylindre d'un air dégoutté et vérifie le travail.

Ça doit lui convenir, car elle se rassied derrière la table.

Elle nous dit, "Vous pouvez avoir une bouteille d'eau et prenez-la sans vous bousculer."

Je bois...pas trop vite... j'ai peur de vomir, j'ai lu ça, je crois...

Quand on a bu, la femme désigne deux filles au garde, il les amène devant elle.

Elle leur dit, "Vous n'avez pas nettoyé."

C'est vrai, j'ai remarqué qu'elles se planquaient derrière les autres.

Les filles sont mal, là. Elles commencent à dire, "Mais il y avait trop de..."

La chinoise leur coupe la parole, "Vous nettoierez le cylindre tous les jours pendant 8 jours."

Tête des filles, d'autant plus qu'elles se prennent chacune un coup de fouet sur les fesses et le garde leur dit, "On dit merci."

Elles gémissent, "Merci, Madame..."

Puis elle s'adresse à Anindita, "Toi tu as le plus nettoyé et tu as consolé tes compagnes cette nuit."

Elle semble surprise, "Euh... J'ai essayé, Madame."

Elle s'adresse à deux servantes, "Lavez-la, habillez-la, ensuite vous la conduirez au bureau."

"Oui, Maîtresse."

Anindita nous dit, "Ce que je vous ai dit tient toujours, je vous... aiderai..."

Ouch!! Elle se prend, un coup de fouet, à cause de son petit discours, mais elle ne crie pas. Elle dit encore, "Et quoiqu'on vous dise sur moi ne le croyez pas... Aiiieeehh". Là, elle a reçu un méchant coup de fouet sur les fesses.

Une fille demande très, très timidement, "On pourrait un peu manger, Madame, s'il vous plait."

La femme nous regarde pendues à ses lèvres, "Vous pouvez mendier..."

Oh???

Une des filles comprend tout de suite. Elle va se mettre devant une table, à genoux et tend la main en disant, "Pourrais-je avoir un peu de nourriture Monsieur, Madame..."

Moi aussi, je vais vite me mettre à genoux, devant une table d'une dizaine de jeunes, filles et garçons, en me disant, qu'il y en aura bien un dans le lot qui me donnera quelque chose.

Une jeune fille prend un demi nem dans son assiette et me dit, "Tu dois l'attraper avec la bouche comme une petite chienne."

"Oui, Mademoiselle."

Elle dit sévèrement, "Une chienne ne parle pas!"

Alors, je fais la belle et je gémis, elle me lance le bout de nem que j'arrive à prendre dans la bouche. Mmmhhh... la meilleure chose du monde... Je fais à nouveau la belle en gémissant. Je reçois une autre une bouchée.

Un des jeunes dit, "Fais le tour de la table à genoux."

Un autre dit, "Elle sent fort, la petite bête!"

Ça fait rire tout le monde... bêtement!

Du coin de l'oeil, je vois que les clients des autres tables font la même chose.

Ça doit être une des autres attractions sympathiques de l'hôtel!

Je continue à mendier en gémissant. Une fille crache la grosse bouchée qu'elle était en train de manger et me la tend dans sa paume ouverte. Je mange et c'est bon, même mâché par quelqu'un... Les autres me donnent des trucs mâchés aussi.

Ils mettent même l'un ou l'autre truc crade sur la bouchée... passons, ça c'est moins agréable... Bah au point où j'en suis, ventre affamé n'a pas d'oreille ou ventre affamé n'a pas de dégoût.

Je reçois même un peu de dessert...

Et puis on entend un coup de sifflet, le garde nous fait signe de revenir...

Je regarde la première fille qui m'a donné une bouchée. Elle me dit, "Vas-y, ils ne sont pas patients ici..."

 

A suivre.

 

Un tout grand merci à Bruce Morgan, pour les supers dessins.

 

pub pur erog

Par miasansdessous - Publié dans : BDSM - Communauté : blog sexe des amis
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Septembre 2017
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  
<< < > >>
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés