Vendredi 4 mars 2016 5 04 /03 /Mars /2016 13:14

 

Deux gardes appellent une série de filles, dont moi.

"Mettez-vous sur un rang, face à nous."

Comme ils ont la main sur le manche de leurs fouets, on se dépêche d'obéir.

"Maintenant, pissez!"

On s'accroupit toutes. Moi, je dois toujours pisser, donc ça vient facilement. Des gouttes rebondissent sur le sol et m'éclaboussent les chevilles.

Il reste une fille qui n'arrive pas à le faire.

Elle se prend quelques coups de fouet. Elle crie, "J'ai fait, il n'y a pas longtemps, je vous le jure, chef!"

"Bon, j'espère pour toi."

Je me rends compte qu'ils ont choisi des filles différentes. Trois Blanches, dont moi, trois Noires, trois Jaunes et une café au lait.

On va devant une grosse camionnette garée un peu plus loin. Là, on doit d'abord se pencher en avant, tandis qu'un garde nous fait une piqûre dans les fesses!

Je me doute de la raison : on va voyager!! Où et pourquoi? On ne le saura qu'à l'arrivée et encore, pas tout de suite...

On doit se coucher dans la camionnette.

Pas besoin du marchand de sable... en quelques minutes, on dort toutes...

***

Je me réveille... J'ai mal à la tête et la bouche sèche... On est allongées sur le sol dans une grande pièce. Je dois faire pipi... et pourtant, je viens de faire... Sans doute parce que je suis restée longtemps endormie.

Il y a des barreaux aux fenêtres. Comme meubles il y a juste, des tables et des chaises dépareillées.

Il y a aussi des gardes, mais ce ne sont plus des Chinois, peut-être des Pakistanais ou des Hindous.

Ils parlent anglais avec un accent.

D'autres filles sont déjà réveillées...

Et, maintenant??

Ils nous donnent des tenues comme dans les hôpitaux. Vous savez une blouse qui se ferme par-derrière, mais qui restent ouvertes tout le temps. D'autant qu'ici, il n'y a pas de cordons à la taille! Elles sont assez courtes et on a toutes plus ou moins le derrière qui dépasse. C'est toujours mieux que d'être nues.

Ils nous conduisent dans un bureau.

Il y a un Indien derrière le bureau. Il nous dit, "Je suis le docteur Shanti et vous êtes mes cobayes (Guinea pig, en anglais). J'ai testé des vaccins et des médicaments sur vous. En principe, tout le monde survivra!"

Il rit! Nous pas!

J'ai le vagin qui se serre et des papillons dans l'estomac! Je déteste les hôpitaux et l'idée de servir de cobaye, quelle horreur!

Et puis, je comprends. Toutes les piqûres qu'on nous a faites en Chine, c'était ça...

Je comprends autre chose, le "G P" sur les plaques d'identité de nos colliers c'est sans doute pour "Guinea pigs"!

C'est sûrement tout à fait illégal de forcer des gens à être cobayes... Mais qu'est-ce qui ne l'est pas depuis ces vacances d'enfer!!

Le docteur, enfin, le soi-disant docteur, prend des fiches sur son bureau et nous appelle l'une après l'autre.

Quand c'est mon tour, il lit ma fiche et demande, "Rien de particulier à signaler?"

"Non, docteur".

Quand on a toutes répondu, une infirmière et un garde, enfin, c'est de ça qu'ils ont l'air, nous conduisent dans une pièce très sale. Le sol est couvert de détritus. Il y règne une odeur de ménagerie pas propre.

Et, il y a des cages, sans doute pour des animaux destinés à leurs expériences!

L'infirmière nous dit, "Enlevez votre blouse et entrez dans une cage."

Oui, c'est bien des cages pour des animaux : pour des cobayes.

Ce sont des cages pour des grands chiens, donc, petites pour nous. Elles font environ 1m50 de long sur 1m de haut! Il est impossible de se tenir debout et on ne peut pas s'étendre complètement!

Sur le sol, il y a une couverture sale, une bouteille d'eau et un petit seau.

Le garde s'adresse à l'infirmière, "Si on leur permet de manger, ça va nous faire tard!"

Elle répond, "Bah... elles mangeront demain! Un peu de régime, ça leur fera du bien. Par contre, moi je crève de faim... tu m'invites?"

Ils sortent de la pièce. Elle doit éteindre de l'extérieur : on est dans le noir!

Je bois un peu, je pisse un peu... difficilement. On n'a rien pour s'essuyer à part une couverture dégueulasse.

On parle un peu, mais c'est tout le temps la même chose, "Qu'est-ce qu'ils vont nous faire?" "J'ai peur" "On est trop mal dans ces cages".

    y3meGWUn-7Jhqrm0KcecXAbwzNoP7EkLfEtiLfSh616ogqn8ZsmWLXAtM3O 

Je me couche les jambes repliées et la peur au ventre...

Je m'endors et je rêve. Oh, pas un rêve agréable! Je rêve que je suis dévorée par une bête qui sent très mauvais!

*** *** ***

Le lendemain, l'infirmière entre et allume la lumière.

Elle ouvre les portes des cages en disant, "Tout le monde dehors!"

Je l'observe mieux qu'hier, c'est une Indienne d'une trentaine d'années.

Pas mal, mais pas sympa, en tout cas avec nous.

Elle est avec deux hommes, je ne sais pas si ce sont des infirmiers costauds ou des gardes... Disons, des gardes...

Ils nous conduisent dans une salle où il y a quatre douches. On doit se laver à deux ou trois en même temps. Les gardes nous aident, c'est-à-dire qu'ils nous caressent les seins et nous pincent les fesses!

Elle leur dit, "Arrêtez de jouer avec les cobayes!" et à nous, "Dépêchez-vous!"

Ensuite, on doit prendre un seau sur lequel est écrit le même numéro que sur nos plaques de collier.

Quand tout le monde a son seau avec son numéro, elle dit, "Chiez!"

On s'assied sur nos seaux et on... pousse. C'est ridicule et humiliant!

On n'a presque rien mangé hier. De plus, le produit pour nous endormir doit ralentir toutes les fonctions...

Il y a bien quelques bruits, qui font rire les gardes, mais c'est tout...

L'infirmière ne nous laisse même pas un peu de temps, elle dit, "Vous aurez un lavement après avoir mangé, rhabillez-vous et prenez vos seaux."

La bonne nouvelle, c'est qu'on va manger.

Toutes les blouses forment un tas. On met la blouse d'une autre, quelle importance pour un cobaye!

Ensuite on sort du bâtiment, vers l'arrière.

On se retrouve dans une grande cour, où il y a des massifs de plantes.

Ça fait du bien d'être à l'air et au soleil.

Il y a des gens du personnel et des patients valides qui prennent le petit déjeuner. Sûrement, une vingtaine de personnes.

Ils ont l'air très contents de nous voir arriver. Une femme dit, "Bonjour Anshua, on est ravis de te voir, avec des nouveaux cobayes..."

Elle répond, "Bonjour à tous... "

Il y a des bancs autour de longues tables.

On nous a laissé une table. Visiblement, on était attendues.

Des infirmières viennent l'embrasser.

On nous passe deux grands plats avec des toasts aux bananes poivrées. Le goût est spécial. Ils sont tièdes et un peu avachis, mais on a toutes très faim.

On mange tout.

On a même droit à du thé tiède!

Les autres nous regardent avec curiosité et amusement.

Ils discutent en anglais et en hindi, je crois.

Je mange malgré le tout gros problème : les vaccins et, un plus petit : on va nous faire un lavement.

Quand on a fini, Anshua se lève et dit, "Je dois faire un lavement aux cobayes,  ça ne dérange personne?"

"Au contraire", dit un gros homme, "On sera ravis de t'aider."

Les autres approuvent...

Anshua nous dit, "Mettez-vous debout."

Elle nous fait changer de place, de façon à ce qu'il y ait une Blanche, une Noire, une Jaune et la café au lait au milieu.

Elle joue à quoi, là? Aux dominos?

Ensuite, elle nous dit, "Enlevez vos blouses et mettez-vous à genoux sur le banc, le front sur les mains posées sur la table."

On obéit toutes. On a toutes le derrière en l'air.

"Plus écartés, les genoux."

C'est une position... comment dire... particulièrement révélatrice et carrément obscène! On a toutes la chatte qui doit faire la moue!

C'est aussi une position très pénible pour les reins et le dos, parce qu'on ne repose que sur les genoux et les mains.

Les hommes viennent voir et font des comparaisons entre les trous du cul des Négresses, des Blanches et des Chinoises.

Des mains nous caressent les fesses.

Une fille crie et fait un petit bond. Aussitôt, Anshua vient lui donner une bonne claque sur les fesses, en disant, "Celle qui ne reste pas dans cette position sera attachée et fouettée!"

Message bien reçu... mais, quel cirque pour donner un lavement!

Une fille demande, "Je peux faire un selfie devant les culs, Ansha?"

"Moi aussi, moi aussi!"

Tout le monde veut une photo devant nos culs!

 y3mj8Q83cSMvcBu24e2vm8MMYD6jUaf77UlSFQq3pyH26JrfgjUAtDcBkPH         

Ils se photographient souriant devant nos derrières. C'est pour leurs "fesses book"?

Oui, bon, j'essaie de décompresser avec ce genre de bêtise!

Je crois qu'on est l'attraction du mois!

Anshua dit, "Est-ce qu'il y a des volontaires pour leur mettre de la vaseline dans le cul?"

Ils sont tous volontaires... 

A suivre. 

Un tout grand merci à Bruce Morgan, pour les super dessins.

 

pub pur erog 

 

Par miasansdessous - Publié dans : scato - Communauté : blog sexe des amis
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Septembre 2017
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  
<< < > >>
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés