Samedi 13 octobre 2012 6 13 /10 /Oct /2012 13:56

    exhibition

 

A 17 ans, j'étais seule à Paris. J’ai fait des petits boulots, pas déclarés, bien sûr. Et puis, à la suite de quelques étourderies, je n'ai me suis retrouvée à la rue… Là, j’ai fait des rencontres, des jeunes marginaux…

Un gars m'a draguée. Il m'emmenée dans un squat où il vivait… provisoirement.

C'était un peu comme une communauté hippie, sauf qu'au lieu de "peace and love", c'était plutôt "sex, drugs and rock'n roll"!

Je suis passée de main en main et puis le chef, Tom, a jeté son dévolu sur moi.

Il était séduisant, costaud et respecté! Je suis, bien sur, tombée amoureuse de lui. Du coup, j'étais fidèle, sauf s'il me disait de coucher avec un de ses ami,  mais faire ce que vous dit votre petit ami et chef de surcroît, pour moi, c'est être fidèle.

Tout le monde travaillait plus ou moins, des petits boulots, des petits larcins…

Au début, je ne faisais pas grand chose à part, baiser, fumer et boire!

Là, Tom m'a demandé, à table, devant les autres, "Et, toi qu'est ce que tu sais faire?"

"Euh… je sais… j'ai déjà…euh…" Bon sang, qu'est ce que je réponds???

"Elle pourrait faire pute.", dit une petite brune, la sœur du chef.

"Eh, ça va pas la tête??"

"T'es jolie et tu sais rien faire… En plus tous les mecs qui ont voulu te sont passés dessus et quelques filles aussi.".

C'est vrai que je n'étais déjà pas très farouche à l'époque et dès qu'un gars me plaisait un peu, il suffisait qu'il me propose de m'asseoir, pour que je me couche et que j'écarte les cuisses. Oui, et les filles aussi, mais c'est plutôt moi qui écartait leurs cuisses.

C'est ce que j'ai répondu, "C'est vrai, je couche facilement, mais avec ceux qui me plaisent. Et, depuis que je suis avec Tom, je suis fidèle. Pute, pas question!".

J'ai regardé Tom, sûre qu'il allait me défendre. "T'as raison, pas pute, mais je pourrais te trouver un boulot dans un peep show."

"Mais c'est la même chose!", j'ai gémis.

"Non, c'est plus artistique", a t-il répondu en rigolant.

Les autres ont approuvés, "Tu serais bonne, pour ça".

La brune a dit, "Si tu veux rien faire, tire-toi!"

J'ai regardé Tom, mais il a dit, "Arrête de nous saouler, accepte ou barre toi!  

Alors, j'ai été chercher mon sac et je suis partie. Pas en claquant la porte, y en avait pas!

Seule à Paris, ça ne me fait pas peur!

Je râlais sur Tom et en même temps, il me manquait… mais bon, s'il préfère sa sœur il a qu'à la niquer, elle!

Un clou chasse l'autre et je trouverai vite un clou à me mettre dans la… Non, c'est pas une image heureuse! 

Alors, j'i été dans le Marais. C'est un quartier que j'aime bien… Je me fais un peu draguer, mais ce sont des "clous" qui ne me plaisent pas.

Demain, je chercherai du boulot, aujourd'hui je bois quelques verres…

On est en juin, il fait chaud… La nuit, c'est moins marrant, je trouve un coin dans un parc pour dormir…

Il fait dur par terre, mais, tant pis. Bonne nuit mia, bonne nuit ma chérie – ce soir je suis très gentille avec moi-même, parce que… je regrette mon bon squat et… mon mec!

Et puis, j'entends la sirène d'une voiture de flics… Je me précipite dans les buissons…ouf. Oh non! Je me fais courser par deux sdf bourrés…

Heureusement, je cours vite… et eux en zig zags! Alors j'ai marché… jusqu'au squat.

Un des mecs s'est réveillé et a grommelé "kes'tu fou?.

"Je reviens, je suis d'accord, j'irai au peep show".

J'ai enfin dormi, sans avoir la trouille des flics, des sdf ou autres prédateurs…

Le lendemain, tout le monde se retrouve pour le petit déjeuner, c'est une des règles du squat. Ben oui, c'est un peu "sex, drugs etc…", mais il y a quelques règles à respecter.

J'ai dis, "Je suis d'accord pour le peep show, mais pas trop souvent…".

Tom m'a répondu, "Ce sera 3 soir et 3 après midi par semaine. Le peep show ou autre chose du même genre".

Ouf! Il comprenait et il n'était pas fâché. J'avais eu un doute parce qu'il m'avait reçue assez froidement quand je m'étais couchée près de lui la nuit et il m'avait dit, "On parlera de tout ça, demain matin."

"Je suis contente que tu ne sois pas fâché."

"Mais non je ne suis pas fâché". Je lui fais un bisou. Les autres nous regardent avec un drôle d'air… Aie, il y a un truc qui cloche! 

"Qu'est ce qu'il y a???"

"Juste un truc. Tu dois m'obéir et à ma soeur aussi! Ta façon d'agir, hier, ça ne me plait pas, alors je vais te donner une petite leçon."

Tom se lève, je le prends par le bras et je fais un peu les yeux suppliants, "Tu vas me frapper?"

Il hausse les épaules, "Mais, non!"

On est dans une grande pièce, dans laquelle, il y a des tréteaux et des planches qui servent de table. Tom va dans un coin dégagé, il sort un marqueur rouge et dessine sur le sol un cercle de… plus ou moins 40 cm de diamètre.

"Tu te met dans le cercle et tu n'en sors pas ou alors c'est pour partir définitivement."

Bon… Je me mets dans le cercle rouge.

Je suis là, debout, les bras ballant, fatiguée, d'avoir marché une partie de la nuit.

Je me dis qu'à Koh Lanta, ils restent des heures sur un poteau.

La bande du squat, termine le petit déjeuner. Ils me regardent, ils ont tous l'air de trouver, ça amusant. Seule, une fille, Eva, me fait un sourire, genre, "Tiens bon, mia".

Un des mecs aussi me fait un signe amical. 2 personnes sur 13… 1 sur 6 et demi… La solidarité des marginaux? Ça me fait rigoler! Pas plus de solidarité, ici, que dans…la jungle ou à Wall Street! 

Tom me regarde droit dans les yeux, je détourne le regard, pas la peine d'essayer de l'attendrir. Aujourd'hui, il a le cœur aussi dur que la bite.  

"Tu peux parler, mia, du moment que tu restes dans le cercle."

"Tout ce que je pourrais dire ne va quand même pas te faire changer d'avis…"

"Franchement, ça m'étonnerait…"

Je ferme les yeux… Je rêve… 1 h se passe. Je bouge les bras, je tourne un peu dans mon cercle. De temps en temps, quelqu'un vient voir si je suis toujours là. Un peu comme si j'étais un animal dans un zoo : je suis enfermée dans une minuscule cage dont les barreaux sont invisibles.

Les visiteurs ne m'apportent pas de cacahuètes, j'ai droit au sourire moqueur de quelques filles jalouses… ou à un commentaire "marrant" d'un garçon, genre, "Faudrait qu'elle tende les bras, on pourrait s'en servir comme porte manteaux". Très marrant!!

Seule, Eva, la fille qui m'a soutenue ce matin, vient me parler, elle me glisse même à l'oreille, "J'ai entendu que ce serait fini à midi!"

Je lui dis, les larmes aux yeux, "Tu es la seule qui a du coeur, ici!" 

J'ai bu deux cafés, je dois faire pipi.

Ça fait bien 3 h que je suis là, c'est l'heure de midi, quelques personnes viennent manger.

Tom arrive et dis, "Ah, je t'avais oubliée, toi. Négocie avec ma soeur, le temps que tu devras encore rester, là!"

Avec sa garce de soeur!! Putain!!

Elle est là, assise occupée de manger avec les autres.

Je lui dis, "Lucie, je peux bouger?"

Elle me regarde et dit, "Pour toi, à partie de maintenant, c'est Mademoiselle Lucie!"

Elle n'allait pas me rater! "Mademoiselle Lucie, je peux bouger, s'il vous plait!"

Elle répond sèchement, "Tu me laisses manger an paix, oui?"

Ouch!! J'en peux plus, j'ai des courbatures et je vais pisser, là."

Je gémis, "Mademoiselle Lucie, je dois pisser, j'en peux plus! Je vous le demande... humblement!"

"C'est bon va pisser, sale gamine!"

Je cours dans un coin de la cour, pisser…  

Puis, je les rejoins... mais je mange, je vais me mettre dans un coin.  

"Tu as l'intention de faire la gueule, mia?", me demande Tom.

"Non, mais...", je me mets à pleurer! 

"Viens, manger!"

J'obéis... je mange et je bois.

Il me,"Tu as réfléchi, tu vas faire ce qu'on te demande?"

"Oui"

"Tu vas obéir, sans discuter?"

"Oui."

Après le repas, j'ai été dormir, dans un vrai lit… Enfin sur un vieux matelas par terre, mais sans sdf lubriques, ni flics à matraques.

Le lendemain je me suis "préparée" pour le rendez vous.

Je me suis lavée, ce qui était nécessaire car dans le squat, on ne se lavait pas souvent. Eva m'a épilée… Une autre fille m'a coiffée, maquillée…

On m'a apporté des vêtements un peu classe. ça me changeait de mon jean crasseux, de mon vieux tee-shirt et de mon blouson…

Tom m'a dit en me tendant une enveloppe, 'Tu vas à cette adresse. Là, tu donnes cette enveloppe à Monsieur Jo et tu fais ce qu’il te dit!"

Monsieur Jo!    

L'après midi, je prends un bus puis le métro et j'arrive à 4 h à Pigalle.

Mon rendez-vous est dans une boite pleine de néons, "Lap dance", "Peep Show". J’entre et je dis à une serveuse court vêtue, "J'ai rendez vois avec Monsieur Jo." Elle m’amène devant son bureau.

Elle toque, une grosse voix fait "ENTREZ". "Elle a rendez vous, patron."

"Bonjour Monsieur, je viens de la part de Tom".

"OUAIS BONJOUR? MON PETIT!". Je mets des majuscules pour expliquer à quel pont il parle fort!

C'est un très gros type, jovial, mais…impressionnant!!

Je lui tends l'enveloppe, "Je dois vous donner ceci."

Il ouvre, lit et pars d'un énorme rire. Genre,"WAWAWAWAWA!!!!".

Qu'est ce qui peut le faire rire comme ça??

"C'est tes références?", me demande t'il.

"Euh…oui, je crois, c'est mon ami qui l'a écrit."

Il me tend le papier, il est écrit, "Cette petite fait des pipes du tonnerre".

Ah ouais, d'accord, je reconnais bien là l'humour à la con de Tom.

Je sais ce qui lui a inspiré cette… plaisanterie : je lui ai dit que j'avais lu dans un livre sur Marilyn Monroe, qu'ayant reçu plusieurs lettres de recommandations d'un producteur, elle s'étonnait que chaque fois, la personne lui demande une fellation. Entre starlettes et producteurs c'était un peu normal, mais elle a quand même ouvert une des enveloppe et a lu, "Cette petite suce comme une reine". (authentique!)

"C'est vrai que tu es la reine de la pipe??"

"Mais… euh… je viens pour le peep show.!

"L'un n'empêche pas l'autre, mais d'abord déshabille-toi que je vois ce que tu as à offrir".

J'enlève mes beaux vêtements, mes beaux dessous (pour une fois que j'en ai).

"Ouais, pas mal dis le gros type… marche… tourne toi… penche toi en avant…écarte tes fesses… avec les mains…. pas mal…".

Il se lève et viens vers moi, il est grand et doit bien peser 140 kg, j'ai un mouvement de recul!

Il me dit, "Je te fais peur?"

"Vous êtes impressionnant, M'sieur". Il rigole de nouveau, les murs en tremblent.

Il tâte, mes seins, mes fesses… de ses doigts gros comme des saucisses. Il sent un peu le whisky.

Il se rassied et sors son sexe, il est en proportion. On dirait la trompe d'un bébé éléphant…

"Montre-moi tes talents, viens me sucer".

Alors j'ai le choix entre la fuite et la soumission. J'hésite… pas longtemps! 

Je me mets à genoux et je prends ce sexe énorme en main. Je le caresse... 

Il sent le Kouros, ce qui est agréable et un peu la ménagerie, ce qui l'est moins.

Mais comme, j'adore les animaux… Je tire sur la peau, ah ouais, là, on est dans la cage aux fauves carrément. D'autant que cet énorme gland rouge et luisant à un côté bestial.

Je mets l'extrémité en bouche, je le titille du bout de la langue et puis je le tète comme un veau tête le pis de sa mère…

Après un moment il parle, ouch! Quel organe! Je veux dire sa voix… enfin les deux, "C'est bien… mais on terminera ça une autre fois".

Aaah? Bon!

"Je vais appeler, Rose, elle va t'expliquer".

Je vous explique aussi, au cas où vous n'auriez jamais été dans un peep show.

 

Il y a une pièce entourée de cabines où des hommes (et parfois des femmes) mettent des pièces dans un monnayeur pour mater la fille qui se déshabille et s’exhibe. Quand on ne met plus de pièce, le volet descend.

Je vais dans la pièce qui sert de loge, il y a 3 filles, on se salue. C'est un peu froid, ben oui, je suis une concurrente.

Mes vêtements conviennent. Rose, la chef, me dit, "Tu te déshabilles, tu t'exhibe, et puis tu te masturbes… en gros tu les fais bander, c'est ce qui compte." Et elle me fait entrer dans… la cage aux lions…

La première fois c’est assez impressionnant de voir tous ces yeux qui vous… déshabillent du regard. Je leur fait un beau strip tease… puis je me caresse les seins, je joue avec les bouts… Vous connaissez ça, je suis sûre que votre femme (ou votre petite amie) vous fait la même chose, quand elle a besoin d'argent pour aller aux soldes…  

La scène tourne lentement, pour que les clients puissent nous voir sous toutes les coutures. Franchement, ça ne me déplait de faire ça, tous ces regards sur moi, c'est excitant… Je me couche sur le dos un talon sur une chaise, et je me caresse la chatte... J’écarte bien les lèvres avec deux doigts en V et je me caresse lentement… En principe, quand je fais ça, je ne mets jamais de salive sur mes doigts, car les sécrétions sont plus… euh… glissantes que la salive. Mais là, je mouille ma chatte de salive pour qu'elle soit toute luisante dans la lumière… J’entends les monnayeurs qui cliquettent, preuves de l'intérêt des clients.

Je vais jusqu'au bout! Je jouis vraiment, en gémissant, sous les regards lubriques des voyeurs qui se branlent eux aussi, j'imagine.

Vous savez, ça me plait le peep show, pourquoi j'ai été faire tout ce cinéma dans le squat? 

 

exhibition chatte

 

Trois fois, je me suis branlée ce soir là…pfffff… faut de la santé! Bon, j'ai joui la première fois et puis j'ai joué à "oh oui!! c'est booon!!". C'est artistique, avait dit Tom, faut jouer la comédie, sinon ce serait épuisant. Où ça devient moins artistique, c'est qu'entre les shows, il faut aller dans une petite pièce et rencontrer les clients qui le désirent. Là, c'est plus… euh… c'est moins artistique.

J'ai eu un client entre chaque shows.

Les clients ont payés pour me rencontrer et en plus ils me donnent un pourboire.     

Enfin… les deux premiers m'ont donné un pourboire, le dernier… aussi… mais…lui… euh…

*voix d'Iris, "Putain! mia! Tu deviens aussi hésitante quand tu écris que quand tu parles, vas-y crache le morceau, quoi le dernier???"

Voilà, voilà! Le dernier, c'est un homme d'une quarantaine d'années, grand et mince, dégarni, avec des cheveux blonds gras qu'il ramène sur le dessus de son crâne, des petites lunettes dorés et un costume bon marché avec des taches diverses…

Voilà je dis bien tout, hein?

*voix d'Iris, "Continue, espèce de gourde!!"

Oui, oui, et des lèvres minces, le type. Une allure de fonctionnaire de l'Allemagne de l'Est avant la réunification. Je me retrouve avec lui dans une petite pièce. Il y a juste un fauteuil dans lequel le client est assis et la fille devant lui ou à genoux.

Il me dit, sèchement, "Déshabille-toi"… Je n'ai qu'une jupe et un tee-shirt que j'ai remis après le show. "Tu as déjà sucé des bites ce soir?". Pas très sympa, le type… euh… pas du tout, même. "Oui Monsieur, deux". Il fait la grimace…"J'ai pas envie de mettre ma bite dans une bouche qui vient de servir…"

Je me dis, je l'envoie se faire foutre et je sors de la pièce…Mais, bon je ne veux plus de problèmes!  Alors, je lui dis, "Vous voulez que j'aille me laver la bouche, Monsieur?".  

Le type me regarde d'un air dégoûté. "Non. Tu vas me lécher uniquement et ne pas mettre ma bite dans ta bouche. Tu comprends?".

"Oui, Monsieur". Je ne vois pas la différence, mais si c'est son truc... 

"Tire la langue". Il la manipule entre ses doigts, la pince, tire dessus, je fais "aie!!", enfin avec la langue tirée ça fait plutôt "ûûûûeee!" 

Il la lâche, je la rentre et ferme la bouche. "Garde ta langue sortie!!"

Alors, je reste là, nue, à genoux en train de tirer la langue! 

Il baisse son pantalon et sort d'un caleçon à poche kangourou pas très propre, un sexe pas propre du tout, blafard avec le gland très rouge. Pas lavé récemment…

"Tu as bien compris? Tu te contentes de lécher, je ne veux pas aller dans ta bouche."

Alors j'ai léché…le gland, beurkkk!!… Il avait tendu l'index près de mon visage, pour bien me rappeler de ne pas mettre sa bite dans ma bouche de pipeuse!

Virevolter de la langue autour d'un gland, je fais ça bien, mais ne faire que ça c'est fatigant! Surtout pour l'arrière de la langue. Alors, au bout d'un moment j'ai léché plus mollement. Il n'a pas apprécié, "Plus vite!". J'ai agité la langue le plus vite que je pouvais.

Quand il a senti qu'il était près de jouir, il m'a dit, "Tu vas tout avaler, sans la mettre dans ta bouche!". J'ai pensé… je ne suis pas magicienne!! 

Ça y est…il lâche tout! J'ai avalé le premier jet, puis le suivant… ensuite, du sperme a atterri sur mon menton et de là par terre… Quand il eu fini de jouir, il a pressé son sexe de la base vers le gland pour faire sortir quelques grosses gouttes de sperme dont il m'a barbouillé la bouche et le nez. Puis il a regardé, la flaque par terre et me l'a montré du pied, "Qu'est ce que c'est ça??", comme si j'avais pissé sur le tapis.

"Je vais t'apprendre à obéir, tu vas lécher ça!!". Il m'a prise par la nuque et m'a frotté le nez dans le sperme. "Lèche". J'ai léché, le sperme et le parquet sale…

  

 

mialèche

 

On a toqué à la porte. "Il reste 5 minutes, Monsieur". Il répond "Oui, on a presque finit".

Il a m'a montré la semelle de sa chaussure, "J'ai marché dedans, lèche!!".

Il a redressé son pied en laissant le talon au sol. J'étais à 4 pattes, j'ai mis une joue contre le sol pour lécher le mouillé sur la semelle. "Lèche toute la semelle." Il a redressé l'autre pied, "L'autre aussi".

* voix d'Iris : "mia - lécheuse de semelles - ça ferait bien sur une carte de visite!" Elle rigole…

Oui, mais j'ai préféré ça, à rester des heures en pénitence!!

J'ai léché l'autre semelle aussi, le visage entre le sol et la chaussure.

"Ça suffit". Je me redresse, à genoux. J'ai un goût de… poussière dégueulasse en bouche! 

Il prend un vieux porte feuilles de sa poche et en sors un petit billet. Je tends la main… C'est le pourboire!"

Mais, il ne me donne pas le billet mais le remet dans son porte feuilles en disant, "C'est ce que tu aurais eu, si tu avais tout avalé sans en mettre partout!".Je lui shoote dans les couilles ou je fais profil bas?? Je... je...

*voix d'Iris, "MIA!!!"  

Je lui dis, "Je ferai plus attention la prochaine fois, Monsieur."

On sort. Le type me dit, "Dans ces conditions, je reviendrai et tu recevras, peut-être un pourboire!".

Je baisse les yeux, "Avec plaisir, Monsieur".

Le patron a entendu. Il a entendu ce que m'a dit le type.

Il me dit de sa grosse voix, "Bon boulot, on t'engage". Il est gentil… et impressionnant. Il me regarde attentivement,  "Ça va??"

"Oui, Monsieur"

"Le gars que tu viens d'avoir t'a ennuyée?"

Je rougis encore plus. "Euh… un peu, mais, vous avez entendu, il est satisfait."

"Oui, j'ai entendu, mais il y a des filles qui se sont déjà plaintes de lui! Allez, on va te reconduire."  

Un des garçons de la boite m'amène en voiture jusqu'au squat.

Je suis rentrée avec une enveloppe : ma paye et mes pourboires.

On m'a fait la fête – le retour de la fille prodigue! - même ceux qui se foutaient de moi quand j'étais punie. Voilà, comment être populaire dans le monde moderne : ramener du pognon…

Et puis, tous ceux qui avait besoin d'argent viennent en demander à Tom : pour le dentiste, pour des nouvelles chaussures… Bref, tout l'argent a été distribué. Même plus de quoi m'acheter un paquet de petits ours en gomme de toutes les couleurs (mais les noirs, je vous les laisse!), les rares friandises que j'ai reçues étant petite...

Ce n'est pas à cause de ça que j'en ai eu marre de ce squat, mais on parlait de plus en plus des CRS qui "nettoyaient" les squats du quartier… et il parait qu'ils étaient…énergiques.   

1000 mercis à Bruce Morgan pour ce dessin. 

A suivre.

La semaine prochaine, vous retrouverez Lassie et mia, les fesses à l'air ou presque, attendant les clients sur le bord du parking.

 

pub pur erog

       

Par miasansdessous - Publié dans : domination - Communauté : LesMeilleursBlogsdeSexe
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Septembre 2017
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  
<< < > >>
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés