Vendredi 19 août 2016 5 19 /08 /Août /2016 10:26

 

Greta me dit :
   — Mets-toi à 4 pattes et offre toi à ton mâle !
   J’obéis aussitôt. Rex vient me sentir, puis se met à me lécher depuis le nombril jusqu’au coccyx…
   Ouch !! Il suffit de quelques minutes pour que je prenne mon p... je veux dire, ma patte et pour que je jouisse en haletant et en gémissant.
   — Alors petite salope tu aimes ça te faire lécher par Rex ?
   — Oui, Maîtresse.
   — Alors, avant qu’il te monte avec ses frères, tu vas aussi lui faire plaisir.
   Elle prend Rex par le collier. Lui, il voudrait me monter, comme d’habitude, mais elle lui dit :
    — Sofort zu gehen, kindje. (Laisse-toi, faire, gamin.)
   Il comprend? En tout cas, il se laisse faire.
   Elle le pousse pour qu’il se retourne et lève la queue en me disant :
   — Lèche son cul!
   Pffff… Pour tout  dire, j’aime encore mieux lécher le trou du cul du chien que celui d‘El Sapo, mais j’aimerais surtout ne pas devoir faire ça du tout! Cependant, Rex se lèche le cul quand c’est nécessaire, contrairement à El Sapo.
   J’enfonce ma langue dans son anus… Il remue un peu, ça n’a pas l’air de lui déplaire.
   Les invités se sont groupés autour de nous pour mieux voir.
   Greta me dit :
   — Maintenant lèche-lui les couilles.
   Pour lécher les couilles de Rex, je dois mettre mon nez dans son cul… Comme Bahia tout à l’heure dans le mien.
   Heureusement, comme je viens de le lécher, il est tout propre de ce côté-là.
   Je lèche les couilles du chien… Elles sentent fort, mais il se les lèche aussi à l’occasion.
   — Suce-lui la pine…
   Bon… Je me glisse en dessous de lui… son sexe est énorme, rouge et luisant de sécrétion,  pour bien glisser dans la vulve de sa femelle… euh… avec moi, ce ne sera pas nécessaire, je mouille déjà bien, de mon côté!
   J’ai du mal à le faire entrer dans ma bouche. Son goût est spécial, un peu salé.
   El Sapo me dit :
   — Tu as envie de te faire baiser par les trois?
   Je retire le sexe de ma bouche, pour répondre :
   — Oui Maître.
   Inutile de prétendre autre chose.
   Il se tourne vers les visiteurs en annonçant :
   — Je suis sûr qu’elle est toute mouillée, la petite chienne.
   Un homme vient me mettre trois doigts dans la chatte.
   Eh! Vous gênez pas, hein!
   — Elle est trempée
   El Sapo continue,
   — Pour elle, la punition… serait de l’empêcher de se faire monter par les chiens.
   Manfred arrive avec Wolf et Siegfried.
   Greta parle de nouveau à Rex et elle le fait se coucher sur le dos.
   Je n’ai d’yeux que pour cette énorme pine ! Je vais avoir tout ça en moi ?
   Elle choisit bien ses mots pour me dire :
   — Chevauche-le et enfonce sa pine dans ta vulve.
   Je suis forcée d’obéir… mais, dans ce cas, je ne dois pas trop me forcer
   Je prends son sexe en main et m’accroupis dessus, le faisant pénétrer dans ma vulve, comme elle dit! Oh putain! Il me remplit complètement! Je me baisse pour l’embrasser. Oui, on a déjà fait la même chose, dans les champs.
   Je sens qu’il y a un autre chien derrière moi et qu’il me grimpe dessus.


233-A.jpg      Le bout du sexe de l’animal vient me caresser l’anus. Il faut que je me décontracte ! Avec ma « vulve » complètement occupée par Rex, ce n’est pas facile.
   Je jette un coup d’œil et je vois que c’est Manfred qui est avec le chien, derrière moi, je gémis :
    — Doucement, Maître, c’est… Aaaaïïïïeee !!
   Il a poussé un bon coup sur les reins du chien et je suis… empalée !
   Heureusement que j’ai fait mon service dans la marine… euh, non… heureusement que j’ai connu des marins. Mon anus résiste et les chiens frottent presque leur énorme bite l’une sur l’autre !
   Je vois des étoiles… J’ai l’impression que je vais m’évanouir, c’est l’effet que me fait toujours une très grosse pénétration anale.
   Mais bon, mon cerveau, tout lent qu’il soit, réagit en fabriquant des endorphines. Et puis se forme le message suivant dans mon cerveau : deux chiens te baisent ! Une énorme pine dilate ton vagin, une autre ton cul. Mon cerveau ajoute même « tout ça en public ! »
   Et ce n’est pas tout ! Greta fait mettre le 3e chien vers mon visage en me présentant son arrière-train. Elle fait passer son sexe entre ses pattes, ce qui est facile avec un chien. Je le prends aussitôt en bouche.
   Ma bouche est pleine aussi maintenant. Quelles sensations !!
   Si, si, je vous jure! Si votre femme a un jour l’occasion…
   — Susie!!!
   — Euh… alors votre mère ou votre soeur.
   — C’est pire!
   Bon, moi, alors…
   Ils sont endurants… Je jouis rapidement une première fois… Et je repars presque aussitôt.
   En jouissant une deuxième fois, je serre sans doute sa pine dans mon vagin et Rex arrose le col de ma matrice de puissantes décharges, espérant sans doute dans sa petite tête me faire des chiots (c’est impossible, chéri, je n’ai que deux nichons !). Ensuite Wolf jouit dans mon derrière et enfin Siegfried dans ma bouche !! Mon cul, il gobe le tout sans broncher, par contre je n’avale qu’une petite partie du sperme qui a envahi ma bouche, ça me coule sur le cou et les nichons.

 
233-B.jpg       Les gens applaudissent!
   On devrait se lever et saluer : quel numéro. Bientôt à Las Vegas ?
   Après ça, on me laisse un peu tranquille, heureusement. Pas par gentillesse, mais parce que pleine de sperme de chien comme je suis, ça dégoûte les visiteurs.
   Ils jouent avec les filles qu’ils ont envoyées ici.
   Rex vient se coucher près de moi.
   ***
   Le lendemain, on passe une journée calme.
   El Sapo est content des pourboires qu’il s’est faits.
   À la fin de la journée les gardes indiens et métis rentrent chez eux. On reste seules avec les "El Sapo". Et leurs chiens!!
   Le soir on mange dans une grande salle, sans doute d'anciennes écuries, d'après l'odeur.
   Le sol est en béton. Sur les murs, il y a des cartes d'Allemagne, de Colombie, des posters de playmates et des... fouets!
   La famille El Sapo mange d'abord. Nous on regarde. Certaines filles ont été désignées pour servir.
   Ils mangent et nous on salive en les regardant.
   Ils boivent aussi de la bière, du vin, de l'alcool...
   La famille d'El Sapo, c’est lui, sa femme Greta, Manfred que je connais, Kurt, son frère et puis Lorelei dite Lo, leur soeur. Ce soir, je la vois pour la première fois. Elle était « en mission ».
   Ensuite il y a 3 hommes tout aussi blonds, sans doute des cousins.
   Lorelei est super belle! Elle a les traits de sa mère en plus fins. Elle n'a pas les yeux globuleux de son père mais de grands yeux innocents (!) et sa bouche est charnue, mais pas comme les deux grosses saucisses pleines de sauce de la bouche de son père.
   Je n’arrive pas à regarder ailleurs. Jolie et innocente?? Non, bien sûr. El Sapo et Joana ont l'air d'adorer leur fille. Et je me rends vite compte que c'est la véritable patronne ici. Une gamine de 20 ans dicte sa loi à une bande de nazis (cannibales ?)
   Vers la fin du repas, ils sont repus et bourrés!!
   Lorelei se rend compte que je ne la quitte pas des yeux. Elle me dit :
   — Qu'est ce que tu as à me regarder ?
   — Pardon Maîtresse, c'est tellement vous êtes belle...
   Oui, je veux me faire bien voir mais en plus c'est vrai.
   Que je l'appelle Maîtresse, ça a l’air de lui plaire.
   Elle me fait signe du doigt "ici" puis elle me montre le sol à côté d'elle et je me mets à genoux.
   Elle me caresse la joue et la nuque en demandant à son père:
   — C'est la fille qui doit faire une servante soumise pour la nouvelle pute du patron?
   El Sapo répond :
   — Oui ma chérie, c'est elle, Susie.
   — Mais elle est tout à fais soumise. Hein, petite?
   Lorelei ajoute :
   — Je la veux.
   Sa mère hausse les épaules et répond :
   — C’est peut-être mieux d’attendre que l’autre petite pute fasse une connerie et soit envoyée ici.
   C'est incroyable qu'ils osent parler de la « nouvelle maîtresse » de cette façon devant nous.
   El Sapo dit à sa fille :
   — D’accord, tu peux l’avoir, on s’arrangera.
   Lorelei se penche et l’embrasse sur la bouche, tandis que la main de son père remonte entre ses cuisses.
   Elle crie :
   — Eh, si tu me chauffes faudra m’éteindre !
   Hé oui, les relations entre El Sapo et ses enfants sont très spéciales.
   Il ne peut pas passer près d’eux sans les embrasser ou les caresser, ce qui est a priori normal, sauf que les baisers et les caresses sont nettement sexuels.
   J’appartiens donc à Lorelei. Toute cette première journée, je suis derrière elle comme une petite chienne, prête à obéir à ses moindres caprices, ce qu’il fait qu’elle ne me traite pas trop mal.
   Ce soir à table, elle se caresse impudiquement, en disant :
   — Je ne sais pas ce que j’ai, je suis excitée depuis ce matin.
   Son frère lui dit :
   — T’as ton sex toy (moi !)
   — Non, je veux une bite…
   Elle se tourne vers son père en demandant :
   — Non, je veux deux bites. Tu veux bien me baiser avec Manfred, P’pa?
   Tu parles qu’il veut bien!
   — Mais bien sûr, on va te faire grimper aux rideaux, ma petite princesse.
   En voilà un gentil papa !
   Alors elle se met debout et enlève sa robe légère, son seul vêtement... Elle est nue... Je ne vais pas la décrire avec trop de superlatifs, mais c'est quand même la plus belle Allemande de Colombie. Elle s'étire en baillant, puis, petit bémol, elle rote bruyamment et éclate de rire!! Oui, mais ça ne l'empêche pas d'être belle. Elle a des poils blonds sur le sexe et sous les bras... comme elle transpire, ils brillent comme des fils d'or!!
   Elle des seins en poire, fiers et dominateurs. On la regarde tous, surtout son père… Lorelei est une nymphe de la mythologie germanique. Une sirène sans queue qui chante sur un rocher pour attirer les mariniers naviguant sur le Rhin.
   Elle mène son père par le bout du nez ou plutôt, par le bout de la queue.
   Greta, la mère, flirte avec un garde et les autres sont également occupés.
   Lorelei se lève, « ses hommes » aussi. Elle me dit :
   — Rapplique sex-toy.
   C’est un peu réducteur mais du moment qu’elle ne me punit pas, elle peut faire et dire ce qu’elle veut, même « papier de chiottes » comme elle l’a déjà fait.
   On va sur la terrasse, Manfred va chercher un vieux matelas qui en a déjà vu de toutes les couleurs, mais ici, on n’est pas à ça près.
   Lorelei est déjà nue, moi aussi.
   Sapo et Manfred se déshabillent. Contraste saisissant entre un homme de 130 kg ou plus et son fils, un jeune homme athlétique.
   El Sapo leur dit :
   — Ma chère petite, tu sais ce qui me ferait plaisir…
   Lo répond :
   — Que je te pisse dans la bouche !
   — OUI ! Comment tu as deviné ?
   — Parce qu’il y avait des asperges à midi et que tu as dû les faire venir de loin.
   Oh ! C’est vrai que ça pue, la pisse, quand on a mangé des asperges, ce type est mi-crapaud (sapo) mi-porc !
   Lo va s’accroupir au-dessus de la bouche ouverte de son père et pousse. Elle commence par faire un pet, rigole et puis une cascade part de sa vessie vers la bouche goulue de son crapaud de père.
   Et, c’est vrai que ça sent fort. El Sapo avale tout ou presque, il en coule un peu autour de lui. Quand son jet se tarit, elle se redresse et tourne ses fesses vers moi, je vais aussitôt lécher les quelques gouttes qui restent dans ses poils.
   Manfred a pris la place de sa sœur et pisse à son tour dans la bouche de son père. Voilà un papa qui est vraiment proche de ses enfants.
   Lo me fait signe à nouveau et je vais lécher quelques gouttes sur le sexe de Manfred. Je continuerais volontiers… mais je ne suis pas de la famille.
   Il enjambe son père et s’assied sur le dessus de sa poitrine, sa bite sur la bouche et le nez de celui-ci. Aussitôt, El Sapo se met à le sucer.
   Lo se met derrière son frère et s’accroupit sur la bite de son père.
   Dommage que je n’ai pas d’appareil photo.
   Ils jouissent assez vite. El Sapo dans la chatte de sa fille et Manfred dans la bouche de son père.
   C’est sans doute trop rapide pour elle, car elle me fait signe et je viens coller ma bouche sur sa chatte.
      C’est très particulier la vie de famille chez eux… Bah, du moment que tout le monde est content.
   **
   Le midi tandis qu’on mange en famille, Lorelei me dit :
   — 8°39’52…. N 75°49’4…. W, qu’est ce que ça t’évoque ?
   — Euh… des coordonnées géographiques, Maîtresse.
   — Où ?
   — Je crois que c’est pas loin d’ici… quelque part en Amérique Centrale.
   Les deux hommes m’écoutent attentivement, ce qui n’arrive pas souvent.
   Lo me demande :
   — Tu as fait des études d’archéologie, toi ?
   —  Oui, Maîtresse, j’étais en 3ème année.
   — Ce sont des indications qu’on a retrouvées bien cachées dans les affaires de la chef de mission. Il s’agirait d’un cimetière qui n’a jamais été fouillé.
   — Oui Maîtresse, c’est ce qu’ils disaient tous.
   — Et il y aurait de l’or…
   — Ils étaient tous en persuadés. D’ailleurs, la mission…
   — On va aller le fouiller ce putain de cimetière.
   
   Un tout grand merci à Bruce Morgan, pour les super dessins.
   
   La semaine prochaine, vous retrouverez Hani et Mère Michaela en Chine.
   Vous retouverez Susie, si elle trouve quelque chose d'intéressant dans le Darien.

 

    Et, pour terminer, une petite page de pub :   

 

   "Mia sans dessous", 370 pages, 81 dessins de Bruce Morgan est en vente à :

La Musardine  http://bit.ly/28LLpCy   et sur Amazon   http://amzn.to/28P9PNr       

Mia, couv seule

 

 

Je viens de publier un 2ème livre : "Les fesses d'Eva L.", c'est "le" livre de l'été :o)  Ebook, prix 3,50 e : http://urlz.fr/3WbC

Les fesses d'Eva L     


  
  
  
      

Par miasansdessous - Publié dans : bestialité - Communauté : LesMeilleursBlogsdeSexe
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Septembre 2017
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  
<< < > >>
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés