Vendredi 7 octobre 2016 5 07 /10 /Oct /2016 10:05

 

Aïe!! Je me mets à  genoux devant Alix en disant :
   — Je pensais que vous aimiez la douceur, Maîtresse. J’attendais vos ordres. Je n’ai pas l’habitude de faire ça. Je vous en prie, donnez-moi une seconde chance et…
   Sidon lui demande :
   — Elle ne vous casse pas les oreilles ?
   Elle soupire :
   — Oh si ! Tu peux la faire taire ?
   — Livia apporte ça.
   La fille revient avec un seau en bois. Sidon lui dit :
   — Mets-lui un linge dans la bouche.
   Elle prend un vieux morceau de tissu et me sourit en disant :
   — La manière douce ou la manière forte ?
   J’ouvre la bouche et elle m’enfonce le tissu dans la bouche. Je ressemble à un hamster qui a trouvé un gros paquet de graines !
   Elle sort une sorte de fibule en bois. Les fibules sont des agrafes à ressort de formes diverses : animaux, objets, émaux… Elles sont généralement en bronze, pour la partie métallique. Celle-ci est très grande et composée de deux plaquettes de bois allongées d’un demi-pied de long. Le ressort qui bloque les deux plaquettes l’une sur l’autre est en fer.
   La fille regarde son Maître et lui demande :
   —  Je lui explique, Maître ?
   —  Oui, vas-y.
   Elle me regarde et m’explique :
   — La manière douce, je mets ceci sur ta vulve et tu te laisses faire. La manière forte, j’appelle des esclaves, on t’attache et on te fouette. Ensuite je te la mets. Alors, la manière douce ?
   Je fais énergiquement « oui » de la tête !
   Elle demande à Sidon:
   — Vous pouvez tirer sur ses lèvres, maître ?
   Alox se lève en disant:
   — Non, moi je veux le faire.
   À moi :
   — Écarte bien les jambes.
   Elle tire violemment sur mes grandes lèvres. Et la fille vient les coincer très haut avec les plaquettes de bois.
   — Mmmmffffff !!!!

 
     240-A.jpg  

   Ça pince terriblement ! Je danse sur place !
   La fille me dit :
   — Si tu y touches, c’est en plus le fouet. J’enlève ce que tu as dans la bouche, mais tu ne cries pas.
   Je fais non de la tête. Elle tire le linge, je serre les dents pour ne pas crier. Ma chatte qui me procure si souvent du plaisir me fait vraiment souffrir, cette fois-ci !
   La fille se remet à genoux devant Alix et lui dit :
   — Vous devriez lui faire faire maintenant, Maîtresse.
   Sidon lui demande :
   — Vous voulez qu’on vous laisse?
   — Non, non restez.
   Elle se couche, écarte les jambes et me dit :
   — Deuxième chance.
   Ouch ! Je me jette sur sa fente la langue en avant et je la lèche comme si la vie de ma chatte en dépendait. Je lui fais tout ce qui est possible, embrasser, lécher, sucer mordiller…


    240-B.jpg          

   Alix gémit :
   — Mais tu me l’as transformée, Sidon.
   — Les Thraces, c’est comme ça qu’il faut les traiter.
   Je suis sûre qu’elle fait tout ce qu’elle peut pour ne pas jouir.
   Son odeur, son goût tout cela n’a plus aucune importance. La seule chose qui compte, c’est de la faire jouir pour qu’on me retire cette fibule qui me pince horriblement la chatte. Là, je deviens vraiment performante et elle jouit en plaquant bien mon visage contre son sexe.
   Elle me regarde. Je grimace de douleur, le visage mouillé de ses sécrétions mélangées à mes larmes. Elle me dit :
   — Pourquoi, tu n’as pas fait comme ça la première fois ?
   — Parce que je suis une saleté de Thrace et qu’il faut me dresser, Maîtresse. Mais maintenant, j’ai compris.
   — Remercie Sidon et son esclave.
   Je me précipite à genoux devant lui et pose ma bouche sur son pied en disant :
   — Merci Maître Sidon.
   Ensuite, je me mets à genoux devant elle et je pose ma bouche sur ses orteils nus en disant :
   — Merci Livia.
   Elle me repousse avec son pied.
   Ils me regardent tous les trois. Je me mets à genoux devant ma maîtresse, les poignets croisés sur les reins et les yeux baissés. J’ai l’impression que ma chatte a doublé de volume et j’attends la délivrance.
   Alix me demande :
   — Et alors Gepa, tu n’as rien à me dire?
   — Si Maîtresse. Je mérite cette punition parce que je n’ai pas bien fait ce que vous m’avez ordonné. J’espère que vous trouvez que je suis suffisamment punie. Si ce n’est pas le cas, punissez-moi comme je le mérite, Maîtresse.
   Pourvu qu’elle soit satisfaite, parce que pour le moment, ma chatte se trouve chez Hadès (le Dieu des enfers).
   Sidon lui fait remarquer :
   — Intelligente et manipulatrice comme une Thrace.
   — C’est vrai…
   Elle dit à Livia :
   — Libère-la.
   — Oui, maîtresse.
   Livia se met entre mes cuisses et fait sauter le clip qui fermait la fibule sur mes grandes lèvres. D’abord je ne sens rien, même pas un soulagement et puis le sang circule de nouveau dans ma chatte et je saute sur place en gémissant.
   Alix dit :
   — Merci Sidon.
   — Toujours à votre service.
   Il s’en va avec sa garce d’esclave.
   J’embrasse la main d’Alix en disant :
   — Merci pour la leçon, Maîtresse.
   J’attrape une véritable mentalité d’esclave parce que je me dis qu’elle a eu raison. Elle m’a montré qu’une esclave n’avait aucun droit surtout pas celui de faire ce qu’on lui ordonne d'une façon un peu imparfaite.
   Le reste de la journée se passe bien, je veux dire que je ne fais plus de stupidités. Je dors dans la chambre de ma Maîtresse sur un petit lit.
   *-*-*-*
   Le lendemain, ma Maîtresse s'occupe de l’organisation du prochain banquet. Elle m'annonce :
   — Tu sais que nous avons quatre esclaves pour l’attraction de ce soir. La famille de Faustus, c'est-à-dire sa femme et ses enfants. Je veux des idées originales et humiliantes… Ne me déçois pas deux jours en suivant, tu pourrais le regretter.
   — Donc il y aura l’épouse et ses trois enfants, Maîtresse ?
   — Oui. L’épouse s'appelle Marcia. Il y a aussi un fils de 18 ans, Vibius et deux filles de 19 et 20 ans, Gaia et Paula.
   — On peut les faire se mélanger, Maîtresse
   — Évidemment, stupide !!!
   — J’ai des idées Maitresse !
   Je n’ai rien contre ces gens, mais je sais que s’ils étaient à ma place, ils n’hésiteraient pas. De plus, j’ai l’impression que ma vulve pèse 10 « mines » (plus de 4 kg) entre mes cuisses. Je ne peux toujours pas m’asseoir.
   Alors, j’invente un petit spectacle pour distraire ces débauchés de Romains.
   Ma maîtresse est emballée. Elle m’embrasse sur la bouche. Elle en fait toujours trop, dans un sens ou dans l’autre.

A suivre.

Un tout grand merci à Bruce Morgan pour les supers dessins.  

Par miasansdessous - Publié dans : BDSM - Communauté : LesMeilleursBlogsdeSexe
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Novembre 2017
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30      
<< < > >>
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés