Vendredi 11 novembre 2016 5 11 /11 /Nov /2016 10:24

 

C’est vraiment agréable d’être dans ce bain chaud. Dans l'eau, on a vraiment l'air, lui, d'un cachalot lymphatique,  Kajou et moi, de deux sardines frétillantes. On joue dans l’eau et en le frotte avec les éponges, il est tout propre maintenant.
   Après ça, on va dans un bain tiède. J’aime moins.
   Et puis c’est le froid. Je trempe un pied, brrr! J’aime nettement moins. Kajou me dit à l’oreille :
   — Fais semblant que tu ne veux pas aller dans le bain froid.
   — Il ne va pas me faire fouetter ?
   — Non. Fais ce que je te dis.
   Ppfff... bon. Je dis :
   — C'est trop froid, moi, j'y vais pas!
   Kajou m’attrape par le bras et lui dit:
   — On la jette dans l’eau
   Il claque des mains en disant :
   — Oooouiiii
   Quel gamin ! 
   Ils m'attrapent, je crie "noooon". Ils me jettent à l’eau en riant, puis viennent me rejoindre. Qu’est ce qu’on s’amuse !
   On reste un peu, puis on va tous dans une pièce pour le massage. On se sèche avec des linges, puis, notre très gros ami, se couche sur un lit. Kajou s'assied de nouveau sur son visage. Il doit avoir le nez dans son trou du cul! Pour tout dire,j'aimerais bien aussi servir de siège à Kajou. Ele me dit :
   — Grimpe sur lui frotte et frotte tes seins et tes fesses sur ses cuisses et sur son ventre.
   Marrant!
   Ensuite, on le masse avec de l'huile parfumée au jasmin. Je m'assieds à cheval sur son ventre et je suis contre Kajou. On s'embrasse, elle me plait.
   Quand elle s'est suffisamment tortillée sur son visage, il lui donne une claque sur les fesses en disant:
   — Sucez moi les filles.
   Ça c'est moins agréable, mais, bon, on l'a bien lavé partout.
   On se met toutes les deux autour de son sexe. Kajou suce son gland tandis que je mordille ses couilles. Elles sont énormes, je plains Kajou qui va avoir le jet dans la bouche! En attendant, on forme une bonne équipe! Bientôt, il pousse forces gémissements et il jouit.
   Kajou sort presque complètement le gland de sa bouche! Elle n'avale pas et elle finit par avoir la bouche pleine. On dirait un hamster qui vient de trouver une cachette pleine de... glands, bien sûr...
   Elle retire le sexe de sa bouche, mais n'avale toujours pas. La bouche, pleine, elle va... l'embrasser ! Genre retour à l'envoyeur. Chacun ses goûts!
   Il avale et ça a l'air de lui plaire!
   On l'aide à se rhabiller. Kajou lui dit:
   — Maître, n'oubliez pas de dire à la maîtresse, qu'on a été de bonnes petites esclaves obéissantes.
   — Sinon?
   Elle fait la grimace et réponds :
   — Elle nous fouette
   — Je lui dirai que vous êtes très bien.
   Allez, il est gentil, le gros.
   Ensuite, on a encore 3 hommes et puis une femme, c'est surprenant! Une honnête femme se fera masser par ses esclaves mais elle ne viendra jamais dans ce genre de Thermes. Kajou qui l'a vue arriver me glisse à l'oreille:
   — C'est une célèbre courtisane
   Une lupa de luxe, quoi.
   Elle est belle, bien habillée et elle a une magnifique fibule en émail représentant un lion qui dévore une antilope, des boucles d'oreilles, des bracelets, des bagues...
   Je suis beaucoup plus enthousiaste pour la laver, puis la masser avec de l'huile parfumée.  Quand on l'a bien massée, Kajou lui demande:
   — Vous voulez un service plus intime Maîtresse?
   — Oui. Léchez moi à deux, tu vois comment?
   — Oui, Maîtresse.
   Elle me dit:
   — Couche-toi sur le dos, la Maîtresse va se coucher sur toi.
   On se met en position de 69. La courtisane met sa joue sur mon ventre. Elle ne va pas glisser un bout de langue dans la chatte d'une esclave. Moi, par contre, je suis le nez dans sa chatte. Kajou vient au dessus de moi et écarte les fesses de la femme. Elle plonge sa langue pointue dans un anus qui a déjà vu le loup, très souvent, à voir comme il se relâche. Moi je suce les grandes lèvres et enfonce la langue dans son vagin. Le goût est acide, mais j'aime bien ça. On lèche toutes les deux, la salive de Kajou coule dans ma bouche. Je vais connaître ses pensées.

     245-A.jpg   

    La femme ne manifeste pas beaucoup. Elle se laisse lécher avec une apparente indifférence. Il faut un long moment, avant que je sente que son bassin vienne au devant de ma langue. Ses cuisses se mettent à se tendre. Kajou lui suce carrément l'anus, pendant que je fais la même chose à son clitoris. Là, elle décolle, la courtisane, mais avec classe sans trop manifester. Il faut vraiment qu'elle me mouille le visage pour que je sois sûre qu'elle a jouit. Elle dit :
   — Bougez les filles et lavez moi la chatte.
   Kajou prend une grosse éponge et lui fait sa petite toilette.
   On l'aide à se rhabiller. Pas très expansive la femme. Kajou lui demande :
   — Vous êtes satisfaite de vos esclaves, Maîtresse?
   — Oui, c'est pas mal.
   — Vous le direz à la Maîtresse?
   — Demande ça mieux.
   Kajou me regarde et se met à genoux devant la femme les lèvres sur son pied, je fais la même chose. C'est un peu la routine, pour une esclave.
   En partant, de loin, elle montre son pouce levé à la patronne, comme l'empereur fait quand il veut gracier un gladiateur. Il n'y a que le résultat qui compte, on se sera pas fouettée.
   Ensuite, on a deux amis qui veulent deux filles et nous choisissent.
   On fait de nouveaux le circuit, bain de vapeur, bains à différentes températures. Je me retrouve plusieurs fois collée à Kajou!
   La plupart des clients sont satisfait,  mais il y en toujours 1 qui se plaint à la patronne. Pas, parce qu'ils ont quelque chose à nous reprocher, mais parce qu'ils ont envie de nous voir tendre les fesses au fouet et piailler comme des volailles coursées par des gamins!
   Je dis à un homme âgé qui a l'air très content de nos massages :
   — Vous direz à la patronne que tout s'est bien passé Maître?
   — Ah, non, j'ai envie de vous voir prendre quelques coups de fouets. Vous êtes des esclaves, non?
   — Oui, Maître.
   Les clients ont tous les droits. Surtout ici où le prix des bains et des soins complets doit se compter en deniers d'argent! Résultat, Kajou et moi, on doit se pencher en avant pour recevoir une dizaines de coups de fouet, sous les yeux d'un public amusés. Quand on a les jambes et les fesses bien marquées, on doit aller à genoux supplier le client, de nous pardonner de ne pas lui avoir donné entière satisfaction.
   A la fin de la journée,  on est épuisées.  Je dors avec Kajou. La première nuit, j'ai commencé à la caresser, mais elle s'est endormie. On sent toutes les deux très fort le jasmin, c'est le parfum de l'huile dont on enduit les clients. Je ne connais même pas son odeur, même en mettant mon nez au creux de son aisselle, ce qui la fait rire.
   Je lui parle de ce que je dois faire pour mon Maître et de la possibilité, la semaine prochaine, de diriger une section des Thermes qui vont s'ouvrir. Je ferai tout pour la faire venir avec moi.
   *-*-*-*
   Cet après midi, nous avons la visite d'un ami du Maître. Il 'agit d'un sénateur, aussi, Salvianus. Il doit avoir 60 ou 70 ans. Il est avec sa très jeune femme qui n'a pas l'air à l'aise du tout. Le garde va lui chercher un siège, il est âgé et important. Son épouse reste debout. Il parle avec le garde, puis, il m'appelle. J'accours,
   — Oui, Maître.
   Il s'adresse au Sénateur :
   — Voici, la petite Thrace.
   — Oui, je la connais. Tu m'as fait une fellation, non ?
   — Oui Maître, j'ai eu cet honneur.
   Tu parles d'un honneur! Ce vieux cochon a voulu jouir sur mon visage, sans doute pour s'assurer qu'il y a toujours quelque chose qui sort de son vieux membre. Et, oui, il y a encore, quelque chose, j'en ai eu plein le visage et les cheveux.

    245-B.jpg      

Il me dit :
   — Je te présente, Agnès, ma jeune épouse. J'ai fait la folie d'épouser une fille d'origine Grecque, ce peuple dégénéré. Et, tu sais comme elle me remercie d'avoir fait d'elle une citoyenne Romaine ?
   Oh, oui, je le devine. Il continue :
   — Il semblerait que je ne lui suffise plus. Pourtant tu as pu constater, que je suis aussi viril qu'un jeune homme.
   — Sana aucun doute, Maître.
   — Eh bien cette chienne en chaleur me trompe avec tout ce qui a une queue! Alors, elle en veut, elle va en avoir! Je veux qu'elle fasse équipe avec toi et qu'elle soit sous tes ordres. Je veux la voir nue et offerte à tous comme une lupa. Combien tu demandes, toi ?
   — Un sesterce, Maître, pour une fellation et...
   Il me coupe,
   — Elle sera à...
   Il réfléchit, puis dit :
   — Un quadrans...
   C'est 1/16 de sesterce, la plus petite monnaie. Il est fou.
   — Qu'est ce que tu en penses, petite ?
   — Ce n'est pas beaucoup, Maître. Les client vont se poser des questions.
   — Bon, disons un as. Tu peux refuser un client ?
   — Non, Maître, je suis une lupa.
   — Bien, si un client ne te plait pas, tu peux lui refiler.
   Une citoyenne Romaine, épouse d'un Sénateur qui doit obéir à une esclave Thrace, ils sont vraiment vicieux les Romains.
   Il se tourne vers le garde,
   — Vas-y comme si c'était une nouvelle esclave.
  
   A suivre.
  
PS : mes livres sont ici :
    flirtP1740353.JPG     

“Mia sans dessous” avec 81 dessins de Bruce Morgan.
http://www.lamusardine.com/P30476-mia-sans-dessous-morgan-bruce-michael-mia.html
https://www.amazon.fr/Mia-sans-dessous-Michael-ebook/dp/B01DUI7ZJW/ref=pd_sim_351_3?ie=UTF8&psc=1&refRID=6ECBWGE65BVE6MR3RH95

"Mia sans dessous 2" va bientôt sortir, lisez vite le 1!

“Les fesses d’Eva L” 3,50 e
https://www.amazon.fr/fesses-dEva-collection-Pleine-Lune-ebook/dp/B01JM76ABO

“Eva en uniforme” 3,50 e
https://www.amazon.fr/Eva-uniforme-II-aventures-dEva-ebook/dp/B01LZV7WG2/ref=pd_sim_351_1?_encoding=UTF8&psc=1&refRID=HCPD92RCPN3SY49KA7RM

"Dans la peau d'une esclave." 3,50 e
https://www.amazon.fr/Dans-peau-autre-Collection-Pleine-ebook/dp/B01MFEGCW9/ref=sr_1_3?s=digital-text&ie=UTF8&qid=1478116803&sr=1-3&keywords=mia+michael

Par miasansdessous - Publié dans : BDSM - Communauté : LesMeilleursBlogsdeSexe
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Novembre 2017
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30      
<< < > >>
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés