Vendredi 24 mars 2017 5 24 /03 /Mars /2017 11:04

 

Je suis face à la chatte de Mère Angélique. On dirait une forêt vierge très humide. Enfin, vierge, c'est une image… Ça l'a vraiment excitée de me lécher le cul.

À propos de cul, la cuisinière me tend une grosse carotte en disant:

— Colle-lui ça dans le cul!

Angélique se soulève et dit:

— Tu es un amour Laurence. Dis, tu sais ce qui serait la cerise sur le gâteau?

— Oui, je sais.

Elle s'adresse à une fille:

— Va t'asseoir sur son visage et vous deux, allez lui téter les seins.

Le nez dans la forêt humide, j'entends des coups de fouet et des cris.

En s’exprimant avec quelques difficultés, vu qu'une fille est assise sur son visage, elle ajoute à l’adresse de Laurence:

— Fouette celles qui restent, j'adore entendre le bruit du fouet et les cris des filles.

Quelle sale garce!

Je lui enfonce la grosse carotte dans le derrière jusqu'à ce qu'il n'y ait plus que la verdure qui dépasse. J'enfonce aussi le concombre dans le vagin. Je ne dois pas pousser beaucoup. À mon avis, elle a dû se faire baiser par tous les trous et c’est sans doute par un... cheval!

Tout en faisant aller et venir les légumes dans ses orifices, je suce son clito. Pour lui plaire, bien sûr, mais aussi pour qu'on arrête de fouetter les filles.

Comme il est difficile de résister à autant de stimuli, quelques minutes plus tard, la mère Angélique jouit. Elle repousse la fille qui avait la chatte sur son visage, en disant:

— Ah non de Dieu, quel pied! Merci Seigneur et merci Laurence.

— Avec plaisir. Dis, ça avait l'air d'une chouette combinaison, non?

— Tu parles! Tu veux la même chose?

— Non, c'est gentil, j'ai mes petites novices qui viennent faire la sieste avec moi et puis on doit terminer le cours.

Le cours? Quel cours?

Angélique retire quelques poils coincés entre ses dents et, regardant la fille qui était assise sur son visage, elle dit:

— Je vais te faire épiler, toi. Tu as un goût amusant, mais trop de poils. On dirait un artichaut à qui on a enlevé les feuilles. Tu t'appelles comment?

— Sylvie, ma mère.

— On va se revoir, Sylvie l'artichaut.

Elle se rhabille, baille, puis elle dit:

— Merci encore, Laurence. J'ai un coup de barre, je vais aller prier ou peut-être faire la sieste.

Ça les fait rire toutes les deux. La Mère sort.

Exit, la maniaque des gifles et du fouet. Reste la cuisinière, la Mère Clémence, beaucoup plus lymphatique, mais qui n'est pas plus gentille pour autant.

Les tartes aux pommes sont cuites. Je suppose qu'elles iront à l'hospice ou au centre pour les jeunes un peu handicapés. Maintenant on doit s'occuper du repas pour les sœurs et les VIP. On a chacune quelque chose à faire: émincer des oignons, hacher du persil, épépiner des tomates, les éplucher. Elle explique bien, c'est vrai, mais on doit très bien réussir à faire ce qu'elle dit, sinon... Elle a sa cuiller en bois, qu'elle tient par la partie plate pour nous taper sur les doigts. Dès qu'on ne fait pas impeccablement ce qu'elle demande, on reçoit un coup de manche de cuiller sur les mains.

Nos doigts deviennent rouges et douloureux et nous devenons de plus en plus maladroites, quels que soient les efforts accomplis. Vu son embonpoint, elle pourrait faire un malaise, un genre d'AVC, non? Il doit sûrement y avoir des champignons, dans les bois autour du couvent. Au moment où je pense ça, elle pousse un cri.

Ça y est, Dieu m'a entendue, elle va claquer... ou pas. Elle dit:

— Aie! Mes pieds!

Ben oui, quand on pèse plus de 100 kg, les pieds souffrent. De plus, avec ce qu'elle mange et ce qu'elle boit, elle doit sans doute faire des crises de goutte..

Je prends mon courage à deux mains pour lui demander:

— Vous voulez que je vous masse les pieds, ma Mère? Ma belle-mère me le faisait faire régulièrement, ça lui faisait du bien.

Elle me regarde — aie! — puis me fait remarquer:

— Ça ne lui a pas porté chance…

— Je voulais juste la rendre malade, ma Mère.

— Ouais... mais pourquoi pas. File sous la table et montre-moi ce que tu sais faire.

J'ai autant envie de lui obéir que de me tirer une balle dans le pied, mais les coups sur les doigts, j'en ai vraiment assez.

Elle s’installe sur sa chaise, je m’assieds entre ses jambes. Je prends très délicatement ses pieds et les mets sur mes cuisses nues. J'enlève les vieilles savates qu'elle a aux pieds. Pense aux coups sur les doigts, Aurore. Je masse très délicatement ses pieds et je sens qu'au-dessus de moi, elle se ramollit. Les filles ne crient plus. Après de longues minutes de massages, j'ai l'impression qu'au-dessus de moi, elle ronronne comme un chat de 100 kg.

264-A.jpg

Elle me dit:

— C’est bien. Tu faisais ça souvent à ta belle mère?

Qu'est-ce que ça peut lui faire! Je réponds:

— Tous les jours ma mère, et aussi la pédicure et mettre du vernis sur ses ongles.

— Bien, bien... rrrrrrrrrrrrrr (ronronnements). Maintenant suce mes orteils.

Ouch! Moi et mes idées! Mais si je refuse, elle me tue à coups de cuiller en bois! Je me penche et prends son gros orteil gauche. Je ne vais pas donner trop de détails, mais disons que c'est tout sauf agréable. Je suce tous ses orteils. Elle ronronne de plus en plus:

— Rrrrrrrrrrrrrrr!!

Et puis elle me dit:

— Ah bravo, tu as gagné!

Je retire son petit orteil de ma bouche, pour lui demander:

— Je vous ai fait mal ma mère?

— Non, tu m'as excitée petite salope, alors que j'ai du travail.... Bah, je leur refilerai du foie gras et des cervelles d'agneaux (quelle horreur!). Et comme dessert, pas vos tartes, elles iront pour les pauvres, mais un fondant au chocolat avec de la crème fraîche et un coulis de framboise...

Je suppose que mon massage l'a fait mouiller, et maintenant, en plus, elle salive en parlant de fondant au chocolat... Elle me dit:

— Devine ce qui va se passer, petite.

— Vous pourriez me demander de vous lécher la chatte, ma Mère.

— Voilà. Les autres, déshabillez-vous et venez toutes autour de moi.

Bon, je l'ai cherché! Mais de toute façon, j'aurais dû le faire. Sauf qu'on aurait sûrement pris encore quelques coups de cuiller sur les doigts.

La mère me dit:

— Bouge, on va se mettre autrement.

Je quitte ses pieds, propres! Elle se lève et se déshabille en disant:

— J'ai envie d'un petit mélange, comme pour Laurence. Tâchez de faire aussi bien sinon on essayera différents condiments dans vos culs.

Les filles prennent sa robe par le bas et la lui enlèvent. Elle est complètement nue en dessous. Vous connaissez la Vénus de Lespugue, cette statuette préhistorique? C'est elle! Ses gros seins dégringolent sur son estomac, qui tombe sur son ventre, qui cache en partie la botte de foin gris qui recouvre son pubis. C'est un peu comme une cascade de montagne, mais en beaucoup moins frais. Ses cuisses sont en proportion et elle pourrait facilement étouffer quelqu'un en s'asseyant sur son visage! En plus, elle aime les choses compliquées. Elle nous tourne le dos et se dirige vers un fauteuil, ses fesses sont agitées de soubresauts variés. Elle s'assied et puis donne ses ordres:

— Toi et toi, vous allez délicatement prendre mes pieds et écartez mes jambes... Voilà... un peu plus. C'est bien, ne bougez plus.

Elle continue:

— Toi et toi, venez me sucer les seins, mes agneaux (Aie! on sait ce qu'elle fait aux agneaux!) Et toi (moi), je dois te faire un dessin?

— Non, ma Mère.

264-C.jpg

Je m'agenouille et mets mon visage dans la botte de vieux foin mouillé dont j'ai déjà parlé.

Toutes les six, on a notre corvée! Heureusement, elle se fait lécher la chatte régulièrement. Ça ne l'empêche pas de sentir la pisse et la sueur, mais après tout, ça ne fait pas mal et je préfère ça au savon dans la bouche.

264-B.jpg   

Ses petites lèvres pendent, je les suce soigneusement, puis je m’occupe de son clito. Ça fait beaucoup: une petite langue dans la bouche, deux autres bouches qui lui tètent les seins, puis moi qui lui suce le clito. Va pas tenir longtemps, la grosse.

Ah si, quand même. Bon, je me retrousse les manches — c'est une image — et je lui mets 2 doigts dans la chatte, puis 3, 4, 5. Elle me caresse la tête, message reçu! J'enfonce carrément la main. Eh, oh, elle est en marbre? Non, là, elle réagit, son bassin vient au-devant de ma langue, ses cuisses tremblent et elle me caresse la tête avec la main. Ensuite, elle me serre la main, je veux dire son vagin me serre la main! Aie! Mais lâchez-moi!

Elle jouit... et me libère la main, heureusement.

Je m'active encore un peu, genre, je lèche, je fais jouir et puis je nettoie la surface de travail. Elle dit:

— C'est bon les filles, bougez et rhabillez-moi.

Elle se lève, moi aussi et on lui remet sa robe.

Elle va dans une armoire et en sort un plat avec des biscuits. Elle dit:

— Vous pouvez en manger, vous avez bien travaillé.

On se sert toutes. C'est délicieux, surtout après avoir léché le gros mollusque qui se tapit entre ses cuisses. Une fille me murmure:

— Merci Aurore.

Aucune n’a oublié que c'est moi qui ai proposé de masser les pieds de la Mère Clémence, puisque deux autres filles me serrent dans leurs bras et les autres me font un signe de remerciement.

La Mère nous laisse manger, tandis qu'elle sort du frigo, ses cervelles d'agneaux... beuh! On doit un peu l'aider à faire une sauce gribiche, mais à part quelques claques sur les fesses, elle nous passe les petites erreurs.

Ici, on a intérêt à avoir la langue très agile et l'échine très souple, si on veut éviter le fouet. 

À suivre.

 

Un tout grand merci à Bruce Morgan pour les supers dessins.

 

z0807jenophain0708DSC_0218-copie-1.JPG     

 

Nos livres :

  Mia Michael et Bruce Morgan.

*************************

 
“Mia sans dessous - 1.” Avec 81 dessins de Bruce Morgan.
http://www.lamusardine.com/P30476-mia-sans-dessous-morgan-bruce-michael-mia.html

"Mia sans dessous - 2" Avec des dessins de Bruce Morgan.
http://www.lamusardine.com/P31046-mia-sans-dessous-2-michael-mia-morgan-bruce.html 
  

 

"Mia sans dessous - 3" Avec des dessins de Bruce Morgan.

http://www.lamusardine.com/P31258-mia-sans-dessous-3-morgan-bruce-michael-mia.html

      Mia Michael.  

***********

"Les fesses d'Eva L"

"Eva en uniforme."

"Dans la peau d'une esclave."

"100 % blanche."

Ils sont disponibles sur Amazon, en ebook à 2,99 et sur papier à 6,99 e.
      Renseignements détaillés et extraits dans mon coin auteur d'Amazon
    

    https://www.amazon.fr/Mia-Michael/e/B01MRVYT44/ref=ntt_dp_epwbk_0     

 

 

Par miasansdessous - Publié dans : BDSM - Communauté : blog sexe des amis
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Septembre 2017
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  
<< < > >>
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés