Vendredi 7 avril 2017 5 07 /04 /Avr /2017 10:48

 

Ce matin, on se rend compte que quelque chose se prépare. Le réveil se passe nettement mieux que les autres jours, c'est-à-dire qu'on ne se prend pas de coups de fouet sur les cuisses ou les mollets, parce que, soi -isant, on traîne.

Et pourtant c'est Mère Angélique qui nous surveille. Quand c'est elle on se prend toujours quelques gifles, ça nous donne bonne mine, dit-elle. De plus, il ne se passe pas un long moment avant que l'une de nous, ne reçoive quelques coups de fouet sur les fesses.

Ce qui est tout à fait inhabituel, c'est qu'on doit prendre une douche, au lieu de se laver à l'eau froide dans une bassine. On doit aussi se laver les cheveux.

Ce n'est pas tout ! La mère nous donne de la crème dépilatoire, des rasoirs et de la mousse à raser en disant :

- Je ne veux plus voir un poil.

Et elle met bien l'accent tonique sur le "un".

Il y a toujours une ou deux filles plus dégourdies, dans un groupe. Mère Angélique l'a tout de suite repérée. Elle s'adresse à Anya, une jolie métisse :

- Toi, tu surveilles que ce soit bien fait. Tu veux un fouet pour te faire obéir ?

- Avec plaisir, ma mère.

Aie ! Il y a une psychopathe dans le groupe et bien sûr elle la nomme "petit chef." Elle nous dit :

- Vous allez faire ça deux par deux. D'abord mettez de la crème dépilatoire sur les chattes et les aisselles.

Je n'ai pas encore vraiment sympathisé avec une pensionnaire (ou prisonnière), mais il y a une file, Chantal, qui me dit :

- Tu veux qu'on fasse ça ensemble ?

- Oui, avec plaisir.

La métisse, Anya, a choisi une fille aussi. Jusqu'à présent, elle n'est pas trop garce. Elle nous dit :

- La Mère a dit plus un poil, donc rasez-vous les jambes, mettez de la crème dépilatoire sur la lèvre supérieure de celles qui ont un peu de moustache et aussi vérifiez les aréoles des seins.

Moi, je n'ai pas de duvet sur la lèvre supérieure et pas de poils follets sur le bout des seins. Quand, je suis aussi lisse qu'un miroir, j'épile et je rase ma partenaire. En une demi-heure on est aussi peu poilues qu'une bande de gamines d'un jardin d'enfants. La mère Angélique revient et vérifie, tout y compris les anus. Pas un coup de fouet, elle est malade ou quoi ? Elle sort et revient avec deux filles, qui sont habillées en novices comme les jumelles.

Ces filles viennent nous coiffer et nous maquiller.

Quand elles ont fini, on est vraiment transformées, surtout les blondes et la rousse.

Le midi, on reçoit des sandwichs, ce qui nous change très agréablement de l'infâme bouillasse qu'on reçoit d'habitude.

En début d'après-midi, deux autres filles viennent nous faire une manucure et une pédicure. Ils sont devenus fous ! N'empêche, c'est agréable.

Pour finir, mère Angélique se décide à nous dire ce qui va se passer :

- Ce soir on organise un bal masqué, vous allez être déguisées. Il est bien entendu que vous êtes à l'entière disposition des invités. Ils ont tous les droits. Une plainte et vous passerez une très mauvaise nuit !

Sympa ! Elle ajoute :

- Vous devez être à l'affût des souhaits des invités, si quelqu'un vous regarde ou vous fait signe vous devez vous présenter à lui immédiatement.

Elle ouvre un grand sac et en sort des vêtements qui sont dans des pochettes. Elle nous les distribue. Moi, je reçois, une robe d'entraîneuse de saloon, enfin, je pense. C'est très sexy et ,même franchement indécent, mais ça me va bien.

    266-A.jpg 

 

Les autres sont en danseuse du ventre, fée, super héroïne sexy, lapin ou plutôt lapine, une princesse, bien sûr, mais avec les seins à l'air... On a aussi des masques de couleur.

En début de soirée on doit se tenir près de la grande porte de la salle de bal. Il y a d'autres filles qui se sont apprêtées dans une autre pièce. Elles doivent être passées au stade supérieur c'est-à-dire "distraction" et plus "dressage" comme nous.

On est masquées et déguisées, enfin vêtues de déguisements... succincts. Ma robe d'entraîneuse de saloon est longue par derrière, mais si courte par devant qu'on voit le sourire vertical et boudeur que fait ma chatte épilée. Les autres filles et les invitées sont toutes aussi indécentes. Je me demande comment ils vont arriver à nous différencier des invitées. Je veux dire, je pourrais assommer une invitée, prendre son déguisement et m'enfuir de cet horrible couvent.

Il y a un grand buffet avec beaucoup de boissons et des petits sandwiches. Aucune de nous n'ose y aller, jusqu'au moment où Mère Angélique fait un signe à la métisse. On peut manger et boire : youpie ! Mère Angélique a une belle robe longue très décolletée à la mode du 17ème siècle. Je suis sûre qu'elle est en Catherine de Médicis, qui fouettait régulièrement les demoiselles de son escadron volant qui n'avaient pas bien rempli une mission.

L'évêque, je le reconnais tout de suite, malgré son masque. Il a fait sobre cette fois-ci, il est en Cléopâtre ! Je souhaite qu'il se fasse piquer par sa vipère aspic... Et puis, non, je vais arrêter de souhaiter la mort des gens ! Je souhaite juste quitter ce couvent sorti tout droit d'un livre de Sade, genre, "Aurore ou les infortunes de la vertu."

Cléopâtre est accompagnée de Bouddha, c'est-à-dire un gros homme asiatique, chinois ou japonais, qui porte une tunique qui laisse voir son gros ventre. Je pense à Bouddha, vu le vêtement et l'embonpoint, mais son regard glacial collerait la colique à la vipère de Cléopâtre. Je l'imagine Yakuza, s'il est Japonais ou chef d'une triade, s'il est Chinois. Il est accompagné d'un samouraï avec son sabre et d'une jolie Asiatique vêtue d'un tatouage superbe, il s'agit d'un cobra dont la queue se trouve sur un de ses pieds, le corps du serpent s'enroule autour du sien et la tête se trouve au-dessus de ses seins menus.

On n'a pas envie de leur marcher sur les pieds. Cléopâtre est aux petits soins avec eux.

Les invités ont d'abord été au bar pour prendre une boisson, ensuite, ils choisissent une fille. Mic*** Mouse me fait signe, enfin, pas le vrai, mais quelqu'un qui porte un masque de Mic***. Je vais aussitôt vers lui en ondulant. Mère Angélique nous a bien dit, "À la moindre plainte, elle nous réserve un sort pire que la mort" ou un truc du genre.

Mic*** me prend par la main sans un mot et on se dirige vers un coin où il y a des canapés. Il s'assied et me montre le sol entre ses jambes. Pas besoin de me faire un dessin, sorry Min***, je vais devoir sucer ton mec. Pppfff, dure la vie au couvent. Je me retrouve de nouveau devant un paquet d'organes sexuels pas appétissant. Du coin de l'oeil, je vois que mère Angélique me regarde. Hou la ! Je couvre les couilles de Mic*** de baisers, puis je tire sur la peau du prépuce. Merde ! Ils pourraient se laver les mecs, quand même ! Je le prends en bouche pour ne plus l'avoir sous le nez et je suce...

266-B.jpg       

Il apprécie. Il dit même :

- J'étais sûr que tu étais douée pour sucer une bite.

Mon Dieu, cette voix ! Horrifiée, je retire la bite de ma bouche et je dis :

- Papa ?

266-C.jpg    

- Ah, non c'est Mic***.

Alors... là, je touche le fond ! Il n'a pas répondu à ma question, mais  je jurerais avoir reconnu la voix de mon père! Ces soi-disants religieux m'obligent à commettre un inceste. Je scrute son masque grotesque, comme si j'allais arriver à voir à travers.

- Aaaiiiieee !

Mère Angélique s'est approchée et m'a donné un coup de fouet ! Elle dit :

- Et alors, tu dors, idiote ?

- Non, ma mère...

J'ai été bien dressée. Immédiatement, je reprends le sexe en bouche.

266-D.jpg   

Mère Angélique me prend par la nuque pour bien me faire aller et venir sur la bite.  Mic*** lui demande :

- On peut les enculer, vos petites pensionnaires, ma Mère ?

- Bien entendu mon cher Mic***, vous leur ferez beaucoup d'honneur en daignant le faire.

Mic*** se retire alors de ma bouche.

 

Il se met debout. Hésitante, je me redresse, moi aussi. Il passe derrière moi et entreprend de délacer le haut de ma robe.  

266-E.jpg

Me voilà entièrement nue, plus vulnérable que jamais. Il se penche à mon oreille et murmure:

-    Tu vas voir comme ça va être bon, ma puce!

J'ai la tête qui tourne, j'ai l'impression que je vais vomir ou m'évanouir. Mais encore une fois, Mère Angélique met fin (provisoirement) à mon angoisse en me demandant:

- Qu'est-ce que tu attends pour présenter tes fesses?

Et aussitôt, mes automatismes reviennent, et je me mets vite à genoux sur le divan, cuisses écartées, reins cambrés, comme on nous a appris au "cours de sodomie" !

 

266-F.jpg

Ce n'est pas la première fois qu'on me prend par derrière, ici, et d'habitude j'arrive à me relaxer, mais là, c'est impossible,. Comment relaxer votre anus quand celui qui va le pénétrer est peut-être votre père? Je me dis "c'est pas ton père c'est Mic*** ! Tu es Min***, tu adores te faire sodomiser par ton amoureux."

- Aaaaiiiieeee !

266-G.jpg   

Mic*** m'a empalée, c'est pas grave, c'est Mic***. Il va et vient dans mon cul. Sa main se glisse entre mes jambes et il me caresse. Par moment, il est à fond en moi et, quand il se retire, son gland sort presque de mon anus. Il me caresse la chatte habilement, tout en me sodomisant. Encore un homme qui s'imagine que les prostituées prennent du plaisir dans leurs bras. En bonne "professionnelle", je me cambre pour mieux m'offrir et je commence à gémir. Ça l'excite encore plus, et il va de plus en plus vite, de plus en plus fort. Je l'entends souffler dans mon cou, grogner... et me dire des horreurs, genre:

- Tu aimes ça, que je baise ton cul, hein, ma chérie?... Dis-le moi!... Tu es devenue une bonne putain! Ma petite putain à moi!... À partir de maintenant, ton cul, ta chatte, ta bouche m'appartiennent!... Oh, ma princesse, tu aimes que je te fasse l'amour, hein? Dis-le moi! Dis... Dis-le moi, ma petite salope... Oooh... OOH!

 

266-H.jpg       

Enfin, il jouit au plus profond de mes intestins.

C'est pas grave, c'est Mic*** !

L'évêque, alias Marguerite, alias Cléopâtre vient aussitôt me prendre par la main. Il ou elle me dit :

- Tu as bien pris ton pied, hein ?

- Oui, majesté! Mic*** est un bon baiseur !

Il éclate de rire.

Cléopâtre se couche par terre. Je sais bien ce qu'elle veut et je m'accroupis au- dessus de son visage, mon anus au-dessus de sa bouche. Je pousse et je restitue le sperme de Mic***. Prosit Gleobatreu ! Je perds les pédales ? Bah, je suis peut-être tombée dans le trou d'un arbre comme Alice et je me retrouve dans un pays imaginaire.

Tandis que je ravitaille Cléopâtre en poussant, le Chinois vient m'observer.

Après Mic***, un Chinois, pourquoi pas ? Non, ce sont d'autres invités qui me font signe de venir.

La soirée touche bientôt à sa fin.

Quand les invités sont partis on range tout avec Madame Simone.

Et on retrouve, enfin, nos lits.

 

A suivre.

 

Un tout grand merci à Bruce Morgan, qui s'est surpassé pour illustrer cet épisode.


  zpjj1DSC_0164.jpg   

Par miasansdessous - Publié dans : BDSM - Communauté : LesMeilleursBlogsdeSexe
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Septembre 2017
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  
<< < > >>
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés