Vendredi 14 avril 2017 5 14 /04 /Avr /2017 11:28

 

Le lendemain matin, on doit à nouveau se réunir dans la salle de bal.

Il y a l'évêque habillé en évêque, dans une belle soutane rouge. La seule chose qui choque, c'est qu'il n'a pas enlevé ses boucles d'oreilles représentant des gerbes de fleurs. Le bouddha est en costume noir, chemise blanche, cravate noire et lunettes de soleil. Ma première impression se confirme, c'est un yakuza. Il est accompagné de la jolie Asiatique tatouée.

Mère Angélique nous ordonne:

— Déshabillez-vous!

On enlève nos uniformes et nos sous-vêtements le plus rapidement possible. Mère Angélique a un fouet à sa ceinture et elle dégaine plus vite que les hors-la-loi du Far West...

267-A.jpg 

L'évêque pleurniche en regardant le bouddha.

— Deux mille dollars par fille, vous me tuez, cher ami. Regardez ces petits seins pointus et ces fesses rondes, elles sont trop belles, mes filles! Disons 1.500.

Le bouddha fait une vilaine grimace en disant:

— Vous voulez me vendre des petits boudins au prix des top models...

L'évêque se tourne vers nous et dit:

— Vous deux, aux pieds!

Oh! Il est énergique, pour une fois. Nous aussi, puisqu'on bondit, avant que Mère Angélique n'ait eu le temps dégainer son fouet. On doit se mettre à côté de lui, à genous.

267-B.jpg     

 

L'évêque me pince les seins en disant:

— Regardez-moi ces adorables petits nichons.

Sa main descend sur mon bas-ventre. J'écarte aussitôt les jambes. Cette fois-ci, il pince les lèvres de mon sexe en disant:

— Et cette vulve qui fait une moue de gamine capricieuse.

S'il y a une gamine capricieuse ici, c'est lui! Il me prend par la taille et me fait me retourner, puis il me tient penchée en avant sous son bras, en disant:

— Et ce cul...

Paf, paf!

— Aie!!!

Il m'a frappé les fesses beaucoup trop énergiquement à mon goût!

Il continue de faire l'article:

— Ce cul bien rond bien ferme, c'est un vrai plaisir de le fesser.

Clac! clac ! clac!

— Aie!!!

Le bouddha lui répond:

— Cette petite est une des plus belles et même la plus belle.... Allez, 1.600 $ la fille.

Gémissement de l'évêque:

— Vous voulez ma mort, cher ami... Il me faut de l'argent pour refaire le toit de notre cher couvent et ça me fait mal au coeur d'envoyer ces pures jeunes filles dans un bordel.

C'est tellement bête et tellement faux de dire ça que le bouddha se met à rire, l'évêque et Mère Angélique aussi.

Nous pas. On va devoir aller dans un bordel... Bah, ça ne peut pas être pire qu'ici. Le bouddha se lève et dit:

— Mille sept cent cinquante, denier prix.

Et il tend la main. L'évêque frappe la main en disant:

— Vendu. Elles sont à vous, cher ami.

Le garde du corps va chercher une grande valise et l'ouvre devant nous. Il y a des jeans, des tee-shirts et des baskets. Le bouddha nous dit:

— Habillez-vous.

On met les vêtements et on les suit à l'extérieur. Le même ajoute:

— Suivez-nous.

Dehors, il y a une grosse camionnette avec un chauffeur asiatique. On monte à l'arrière. Le garde du corps nous attache deux par deux, avec des menottes aux chevilles et aux poignets. On roule un long moment. Les vitres sont très foncées, on ne voit rien. On finit par s'arrêter et on descend maladroitement. Il faut bien coordonner ses pas quand on est attachées par les chevilles.

On monte dans un avion. Il y a une vingtaine de sièges. C'est la première fois que je prends l'avion. Hélas, en qualité de prisonnière…

Le bouddha et la jeune femme sont dans une autre partie de l'avion. Le garde du corps nous dit:

— Allez pisser.

On va deux par deux. Impossible de fermer la porte, mais on a vécu tellement pire au couvent.

Quand tout le monde a fait pipi, il donne à chacune un sandwich... délicieux, surtout comparé à la bouffe du couvent. Ensuite, on a droit à un grand verre de jus de fruits et de gin, à l'odeur. De plus en plus bizarre, d'autant que le garde du corps vérifie qu'on le boit entièrement. Rapidement, je me sens flotter et une douce torpeur m'envahit. On reçoit un deuxième cocktail: jus de fruits, gin et calmants puissants. Ça fait trop du bien de décrocher... On décolle... même pas peur!

Je suis attachée à une fille qui s'appelle Annabelle et qui est belle, mais pas sympa. Je touche sa main, elle la retire.

Le voyage se poursuit dans une torpeur ouatée. Celles qui veulent ont encore droit à un cocktail, un sandwich et un pipi...

Le vol me semble court. Et pourtant, il a certainement duré des heures. On atterrit, alors qu’on est toutes encore un peu groggy. On descend de l'avion pour remonter aussitôt dans une grande camionnette. J'ai le temps de voir le nom de l'aéroport en lettres nettement asiatiques. On circule dans une ville encombrée de vélo, de pousse-pousse et de quelques voitures.

On finit par s'arrêter devant un grand portail. Le chauffeur s'est garé de façon à avoir le côté de la camionnette juste devant l'entrée. On descend toutes, deux par deux évidemment, puisqu'on est toujours attachées.

Péniblement, on suit l'homme de maison en maison, par des couloirs et des escaliers. C’est un véritable labyrinthe.

Enfin, on arrive dans une petite pièce où il y a deux gardes armés de revolver.

La fille les embrasse. Ils parlent un peu en chinois. Les gardes nous détachent. Ouf! Ça fait du bien d'être libre. Enfin, façon de parler.

La fille nous annonce:

— Je m'appelle Shen, mais vous direz Shen san. San est une marque de respect. Vous allez voir le grand patron et sa femme. S'ils vous demandent quelque chose, ce qui m'étonnerait, vous les saluerez en faisant comme ça:

Elle se plie à 45 °, puis nous dit:

— Vous avez compris?

On marmonne:

— Oui Shen san.

Elle va frapper à une porte, ouvre et nous fait signe de la suivre. On arrive dans une grande pièce. On attend un peu et puis un gros homme qui ressemble au Bouddha fait son entrée. Il est accompagné d'une jolie femme d'une trentaine d'années. Elle est vêtue d'une très jolie robe et elle a des bijoux de prix.

On se plie en deux. La jeune femme dit en anglais avec un fort accent américain:

— Huit Françaises, c'est ça?

— Oui, ma chérie.

— Je n'aime pas les Françaises, elles sont sales (!) Shen, fais ce que tu veux avec elles.

D'abord, on n'est pas sales, sauf si on nous empêche de nous laver. Ensuite, quelle conne prétentieuse!

Nouvelle courbette à 45 ° de Shen, tandis qu'elle répond:

— Bien, Maîtresse.

Le bouddha bis et son Américaine quittent la pièce. Shen va parler aux gardes du corps, en chinois. Quand elle a fini, ils attachent les filles avec des menottes, sauf Annabelle et moi. Ils s'en vont avec elles. Nous, on regarde Shen. Elle nous dit:

— Demain, vous apprendrez le pole dance et les massages. Maintenant, c'est l'heure du repas, vous verrez certaines des filles qui travaillent ici.

On reprend toute une série de couloirs et on arrive dans une pièce où il y a 6 filles qui mangent. Dès que Shen entre, les filles se lèvent et se plient à 45 °. Elles sont vêtues de minuscules maillots. De dos, il y a si peu de tissu que leurs fesses sont totalement exposées. Shen leur dit:

— Ces deux filles vont manger avec vous. Ensuite tu les enfermes dans la chambre, Shana.

Une jolie Indienne répond:

— Oui Shen san.

Dès qu'elle quitte la pièce, les filles parlent entre elles, assez bas. Elles sont de provenances très variées. Il y a deux autres Occidentales, une Noire, deux Indiennes ou Pakistanaises, et une fille des Îles, peut-être Tahitienne. Toutes ont un point commun, elles sont canon. Les filles nous demandent d'où on vient. On leur explique. Une des Occidentales a aussi fait un séjour chez l'évêque. Elle n'a manifestement pas envie d'en parler. Annabelle discute avec la Noire qui vient du Sénégal et parle français. Moi, je discute avec l'Indienne Shana. Elle m'explique que le nouveau gouvernement a autorisé l'année passée, en 1954, l'ouverture de night-clubs avec des filles, à condition que ce soit des étrangères. Elle me détaille un peu la vie, ici. Le matin, on doit nettoyer le "Pearl Palace", là où on va travailler. L'après-midi, on fait des foots-massages dans la rue et le soir, du pole dance. On commence à 9 h et on termine à minuit. Hélas, il n'y a aucun syndicat d'esclaves pour se plaindre.

On mange du riz avec divers accompagnement et c'est bon, surtout comparé à l'infecte tambouille du couvent.

Une des filles nous prévient:

— Surtout, n'essayez pas de vous évader, il y a des gamins qui surveillent et vous serez reprises rapidement. Ensuite, c'est une semaine de cachot et de punitions.

Brrr...

Les filles doivent encore travailler ce soir, d'autres vont venir manger.

Shana nous montre la chambre où elle nous enfermera. Il y a une vingtaine de lits par terre. On est à l'autre bout de la terre et on va devoir apprendre à masser et à danser en public. C'est dingue! Je dis à Shana:

— J'ai peur...

— Si tu obéis, tout se passera bien.

— Mais on travaille 15 h par jour!

— Au début oui, c'est le dressage.

Je lui murmure à l'oreille:

— Il y a moyen de s'évader?

Elle me murmure:

— C'est dangereux de dire ça, mais qui sait...

— Je peux dormir près de toi?

— Bien sûr.

Elle me montre son lit.

Annabelle est déjà couchée et manifestement, elle ne veut pas parler.

 

A suivre.

 

Bruce Morgan ne pourra faire les dessins pour ces histoires, que dans une quinzaine de jours.

z0807jenophain0708DSC_0233.JPG

 

Nos livres :

 

Mia Michael et Bruce Morgan.

************************* 

 
“Mia sans dessous - 1.” Avec 81 dessins de Bruce Morgan.
http://www.lamusardine.com/P30476-mia-sans-dessous-morgan-bruce-michael-mia.html

"Mia sans dessous - 2" Avec des dessins de Bruce Morgan.
http://www.lamusardine.com/P31046-mia-sans-dessous-2-michael-mia-morgan-bruce.html 
  

 

"Mia sans dessous - 3" Avec des dessins de Bruce Morgan.  

http://www.lamusardine.com/P31258-mia-sans-dessous-3-morgan-bruce-michael-mia.html

      Mia Michael.  

***********

"Les fesses d'Eva L"

"Eva en uniforme."

"Dans la peau d'une esclave."

"100 % blanche."

"Eva naked in the city."  

Ils sont disponibles sur Amazon, en ebook à 2,99 et sur papier à 6,99 e.
      Renseignements détaillés et extraits dans mon coin auteur d'Amazon
    

    https://www.amazon.fr/Mia-Michael/e/B01MRVYT44/ref=ntt_dp_epwbk_0     

z0807jenophain0708DSC_0225.JPG       

Par miasansdessous - Publié dans : BDSM - Communauté : blog sexe des amis
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Novembre 2017
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30      
<< < > >>
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés