Samedi 13 octobre 2012 6 13 /10 /Oct /2012 14:04

grandevague

 

Le lendemain matin, je commence à déjeuner avec Lili quand Lassie arrive.     

Je ne vais sûrement pas lui parler de l'après midi d'hier… Elle s'asseoit… avec précaution…  

Lili lui demande, "Tu attends des nouvelles?"

"Oui."

Ah… bon. Drôle d'ambiance…un peu comme les derniers jours à l'école quand il y a vente de tartes faites maison, fancy fair et tombola des objets perdus au cours de l'année… Il va se passer quelque chose, on le sent.

On entend, un bruit de moteur, on lève la tête toutes les trois.

C'est un motard tout en cuir noir. Il enlève son casque, il est toujours noir, c'est Raf le chauffeur. Il a un grand sourire…

Lassie pousse un long soupir, "pppfffff!!!"

Il nous embrasse Lili et moi. Il tend la main à Lassie, mais elle le tire vers elle et l'embrasse.

"Mauvaise nouvelle, Madame!"

"Mon Dieu, Raf, de quoi s'agit-il?"

"Monsieur John! Il a eu un accident de voiture, une chute de 30 mètres, la voiture a brûlé."

Lassie joue bien, "…et…et… John s'en est il sorti?"

Il prend un air catastrophé pour dire, "Il a grillé comme une merguez, Madame"

Alors moi j'en peux plus, j'éclate de rire. Bientôt les 3 autres rient avec moi. Raf a un rire énorme. "WAAAAWWAAAAAAWWWAAAA!!!!!".

Des habitués arrivent à ce moment, pour déjeuner, ils nous disent, "Il y a de l'ambiance, chez vous…."

Je réponds, "Oui, son mari est mort!", et on repart de plus belle. Aaaaah...  ça fait du bien…

On redevient un peu sérieux. Je vais prendre la commande des clients.

J'entends Lassie qui demande, "Tout le reste est en ordre?".

"Tout, Madame".

Ça, je suis sûre que c'est le dossier compromettant qui a brûlé aussi.

Quand je reviens à la table. Lassie me dit, "Je vais partir avec Raf, régler deux ou trois trucs et Lili va fermer pendant un moment".

Je ne me sens pas très bien tout à coup, c'est la fin de l'année scolaire et je vais rester toute seule?  

Elle me dit, "Tu vas aller chez la blonde d'hier, je t'ai revendue!"

Mais, elle est dingue. Pour une fois je suis décidée, je lui dis, "Je pars de mon côté!"

Elle écrit un nom et une adresse sur un bout de papier et me le tend.  

"C'est quoi??"

"C'est l'adresse de la blonde d'hier."

Raf me dit, "Faut être prudente, mia, un accident est vite arrivé!"

Je vois très bien ce qu'il veut dire!! Je prends le papier!

Il y a un routier qui mange un gros sandwich, il nous dit, "La petite ne travaille pas sur le parking?" "Si bien sûr.", dit Lassie, "Qu'est ce qui vous ferait plaisir?"

"Une pipe."

"20 e."

"Tope-la" dit le gars en lui tendant un billet!

Jusqu'au bout elle m'aura exploitée! Mais bon, je dois être prudente!".  

Je vais avec le routier, derrière la caravane, et à genoux, je lui fais une pipe pendant qu'il termine son sandwich. Il avale sa dernière bouchée, tandis que j'avale son sperme.  

   

aagrande-vague

Je lui dis, "Vous voulez bien dire à mon amie que c'était bien?".

Heureusement, c'est un routier... sympa.

Quand on retourne vers les autres, il dit à Lassie , "Cette petite, elle suce comme une reine". C'est gentil, entre nous, je pencherais plutôt pour une comparaison avec la reine de Saba plutôt qu'avec la reine Elizabeth!!

On fait nos valises, moi je n'ai presque rien… On dit au revoir à Lili et on monte dans le taxi qu'elle a appelé.

Il nous conduit devant une grande propriété, entre Marseille et Toulon.

En chemin, j'ai un peu cassé les pieds de Lassie, en lui posant des questions.

En temps normal, j'aurais reçu une paire de claques, mais là, elle est euphorique. Veuve, mais joyeuse et éminemment soulagée.

On arrive devant des grilles. Un gardien vient parler avec Lassie. On entre et on monte au premier étage. Il y a d'autres gardes.

Je trouve que cette propriété, n'est pas nette! ça sent la maffia ou les narco trafiquants! Une secrétaire nous fait entrer dans un grand bureau. Lassie connaît l'homme qui est là, elle me présente mia, Monsieur Ruskov. J'ai vu juste c'est la maffia russe. Il ressemble à Poutine, mais en nettement moins gentil, c'est vous dire! Il fait asseoir Lassie, moi je reste debout fascinée par la gravure qu'il y a au mur, derrière le bureau, "La grande vague." d'Okusai, la plus célèbre des estampes de la série des 36 vues du Mont Fuji. C'est une scène à la fois fascinante et terrifiante.

 

Kanagawa_wave

 

Je n'en ai vu que de petites reproductions, les planches originales étant de petite tailles. Là je la vois en 1 m sur 2. Fabuleuse estampe qui évoque pour moi l'homme dans l'univers. A la merci d'une vague géante à chaque seconde. Mes angoisses sont toutes représentées, là, sous mes yeux.

Je ne suis plus dans le bureau, mais dans la barque entre deux pêcheurs.

Tout à coup j'entends la voix de Lassie, "…tu écoutes mia?"

Je n'ai evidemment, rien écouté.

Je détourne les yeux de la gravure, mais la vague est toujours dans ma tête et je réponds "Oui, oui..."

Monsieur Ruskov me tend des feuilles et me dit, "Signez."

Je vais à la fin des pages et je signe.

"Vous ne lisez pas?"

"Mais... euh... je ne savais pas que..."

"Elle n'est pas un peu demeurée?", demande le russe à Lassie.

Elle rit, "Non, mais on dirait qu'elle fait une fixation sur cette estampe!"

Bon, c'est la tension nerveuse et tout ça, les menaces d'accident... et puis, la grande vague et puis le clone de Poutine, je me mets à pleurer.  

Ça n'émeut pas Lassie. Elle me dit, "Adieu, mia..."

Elle salue le russe et part.

Il me dit, "Vous n'avez rien écouté de ce qu'on a dit?"

"Euh… si… enfin, non, pas vraiment, mais maintenant je vais écouter…"

"Non, on va changer de méthode."

Il décroche son téléphone et parle en russe.

Voici arriver la grande vague, mia, tu l'as bien cherchée…. Tu vas te ramasser des embruns plein la gueule!! Ce ne sont PAS des gentils, petite conne!!

Un grand type arrive.

J'essayerais bien de rattraper la situation avec le patron, mais… vous avez déjà réussi à stopper une vague géante, vous?

Alors, je quitte la pièce avec le nouveau venu… impossible de faire autrement car il m'a prise fermement par l'oreille et je le suis, pliée en deux, en faisant, "aie, aie, aie, aie!!!"

On descend un escalier, c'est spécial dans cette position…

Puis un deuxième escalier vers la cave.

"Aie… je… vous… en prie, Monsieur…", Je commence…mais il me dit quelque chose en russe, qui doit être, genre, "ta gueule!!"

On entre dans une cave et il me lâche l'oreille…

Il me fait signe d'enlever mes vêtements… Quand c'est fait, il me met des menottes. Puis il attache la chaîne des menottes à une corde qu'il fixe à une barre en hauteur. Il tire sur la corde de façon à ce que je sois sur la pointe des pieds.

Je me dis, bien joué mia!!!…championne du monde!!!

Il me dit, "Toi fermer ta gueule ou bâillon", puis il sort en éteignant la lumière.

Au bout d'un moment, voilà que la grande vague disparaît pour faire place à la douleur… dans les poignets, puis dans les pieds, les mollets, les cuisses, le dos, la nuque…

Vous voyez ce que c'est une dizaine de minutes? Oui, bon, c'est pas long, mais attachée comme ça, c'est disons, pire que 10 minutes chez le dentiste, quand il a sa fraise en main…

Le pire c'est les crampes, dans les mollets. C'est tellement fort qu'il faut relever les pieds ce qui fait que mes poignets supporte tout le poids du corps.

ENFIN… j'entends qu'on descend l'escalier la porte s'ouvre, la lumière s'allume "Toi obéir????"  

"OUI, oui, oui… je vous jure Monsieur"

Il me prend par les fesses et me soulève un peu…. La douleur disparaît dans les poignets, les mollets et le reste!!

Quel soulagement : je cesse d'avoir très mal, pour avoir mal simplement.

Comme il est grand et moi petite, ma chatte est à la hauteur de son sexe.

"Toi, envie zig zig??"

"Oh oui Monsieur très, très envie."

N'importe quoi, pour qu'il ne me rattache pas!! 

Il me tient par les fesses d'une main, de l'autre il sort son sexe et me pénètre.

La douleur, puis la douleur qui s'arrête, puis ce gros sexe qui me pénètre, ça fout la pagaille dans mes relais. Mes points douloureux envoient encore à mon cerveau "mal, très mal!!" tandis que ma chatte envoie "peut être, bon"…  

Le russe il me fait aller et venir sur son sexe simplement en me tenant par les fesses…        

Il continus à me balader sur son sexe, comme si j'étais un sex toy, non, je suis un sex toy…

Enfin, il jouit en moi…Je ne jouis pas mais c'est très fort comme mélange de sensations…

Alors, il me plaque d'un bras contre lui et de l'autre, détache la corde qui me maintenait sur la pointe des pieds.

"Si pas toi écouter patron toi la nuit ici"

"Je vais écouter, je vais écouter!!!"

Il enlève les menottes. Je me masse les poignets, qui ont des belles traces rouges à la place des menottes.

Du doigt, il me montre son sexe encore à moitié en érection. Je comprends très bien le message, ça veut dire, "Toi, nettoyer !"

Oh oui, je vais le nettoyer, à grands coups de langue, je reconnais le goût du sperme et celui beaucoup plus agréable de mon vagin! Quand il estime que j'ai bien nettoyé, il ne me laisse pas me rhabiller, mais me reprends par l'oreille et on fait le chemin vers le 1er étage, en sens inverse. Moi, de nouveau pliée en deux, mais cette fois ci nue et faisant toujours, "aie, aie, aie, aie!". Même pas la reconnaissance de la bite assouvie et lavée, le mec…. Enfin, si, peut être, il ne m'a pas laissée trop longtemps pendue comme un jambon!    

Quand on arrive dans le bureau il me lâche.

Le patron me dit, "Vous croyez que vous allez être plus attentive?"

"Oui, oui, monsieur, je…ne regarderai plus cette gravure, et…."  

Il me regarde en hochant la tête…

"Vous êtes sale, vous avez les yeux rouge et du sperme qui coule le long d'une jambe."

Il me tend un kleenex, "Mouchez vous le nez et plus bas". Qu'est ce que j'en peux, moi, si on me pend par les poignets et qu'on me baise.

Il ajoute, "Allez attendre à côté, quelqu'un va venir!"     

Arrive une gamine, blonde, l'air d'avoir 20 ans.

"Bonjour Mademoiselle." dit le garde. "Bonjour." lui répond t-elle.

Elle me regarde.

Je dis, "Bonjour, Mademoiselle". Je suis nue, debout, les deux mains sur ma chatte pour contenir une envie pressante… depuis un moment.

Je prends l'air désolé – je le suis – pour lui dire, "C'est que je dois vraiment faire pipi!".

Elle prend un air dégoûté, "Intéressant premier contact : vous êtes nue, sale et vous devez pisser!"

Elle dit au garde, "Voulez vous aller la faire pisser… dehors…"

On descend, le garde trouve ça marrant… euh… moi pas! Je ne contrôle plus rien… à commencer par ma vessie qui va laisser s'échapper…euh… une vague géante!

On va dans le jardin, il me désigne un endroit dans la pelouse, "Là!"

Mmmmmhhhh, enfin… mes jambes nues sont éclaboussées par des gouttes. Le garde peut me mater tant qu'il veut, je m'en fous! 

On remonte et il me conduit dans une chambre ou se trouve la jeune femme blonde.

Elle va dans la salle de bain et me dit, "Venez".

Elle me désigne la douche… et puis elle me savonne…

Qu'est ce que c'est ce plan?? C'est moi qui devrais l'aider à sa toilette!!! Elle me lave… partout… partout, comme disait son père à Mallory Knox dans "Tueurs nés". C'est bien la première fois qu'une fille me lave la chatte, les cheveux. Après, elle me sèche, me coiffe avec une queue de cheval, puis… me maquille. C'est le monde à l'envers… je suis peut être sa barbie!

Franchement on est dans Bizarro World, ici.

Elle ne dit pas un mot. A un moment je n'y tiens plus et je pose "la" question, "Vous êtes la fille de Monsieur Ruskov?"

Elle rigole, "Bien sur que non…"

"Vous êtes qui, alors?"

"Ici on ne pose pas top de question, sinon Monsieur Yvan peut vous expliquer…"

"Non, non, pardon, je n'en poserai plus."

De toutes façons, je suis soulagée, je n'ai pas besoin d'une servante, moi. 

Elle m'amène devant une glace…je me regarde. Aaah oui, je suis pas mal… bandante même, nue, les cheveux tiré, maquillage discret…

"On y va."

On retourne dans le bureau du patron

La secrétaire et le garde n'ont pas l'air étonné que je sois nue… Elle nous annonce, on entre.

"Vous avez moins l'air d'une souillon."

"Je peux y aller, Monsieur?", demande la gamine à la fonction non précisé.

"Oui mais demandez à mon fils de venir"

Arrive un jeune type pas sympa, l'air dégoûté…

Il me regarde, "Met toi debout…"

Il tourne autour de moi et me dit, "Penche-toi". Il m'enfonce brutalement un doigt dans le cul, je fais un petit bond. Non, mais ça ne va pas, je lui dirais bien, "on n'a pas gardé les moujiks ensemble ducon!" Mais je me cambre, pas faire de…vague, mia!

Il retire son doigt et bien sûr me le fait sucer, normal!!

Je n'aime pas beaucoup le goût de son doigt et encore moins ce gamin…merdeux!

Il passe à mes seins, les tripote, pince les bouts…

"Je préfère celles avec des gros nichons."

Chouette!  

Monsieur Ruskov me regarde "Bon qu'est ce que je vais faire de toi…. tu sais faire la cuisine?"

"Oui, plus ou moins… mais, je sais faire le ménage…"

"Je te vendrais bien mais Lassie veux te récupérer…. ah j'ai une idée… va attendre à côté."  

Me vendre, non mais il est cinglé, l'autre!

Je retourne à côté et j'attends…longtemps…

Et puis, enfin, arrive une grande fille mince d'une trentaine d'années. Une métisse aux cheveux longs. 

Elle a un jean troué aux genoux, un tee shirt blanc, des boots et elle tient une veste de cuir dans une main. Enfin une personne un peu rock 'n roll dans Bizarro World.

Le patron lui parle, ensuite, elle me dit, "Tu viens avec moi."

Je la suis.

"Où sont tes fringues?"

"Dans cette chambre." Je remets mon jean, troué lui aussi, mon tee shirt et mes vieilles baskets.

On sort de la maison, elle a une grosse moto, Kawazaki KLR 600, verte, bien sûr...

Elle me donne le casque qui est sur la selle.

On roule, moi collée à elle comme une arapède à son rocher…  

À suivre…

Un tout grand merci, à Bruce Morgan, pour le super dessin.

pub pur erog

Par miasansdessous - Publié dans : domination - Communauté : blog sexe des amis
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Novembre 2017
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30      
<< < > >>
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés