Vendredi 5 mai 2017 5 05 /05 /Mai /2017 12:43

 

Il ne s'agit pas de massages effectués par une fille qui a appris l’art des Thaïlandaises, mais plutôt d’un massage érotique et ce n'est pas fini. On est donc toujours nues, excepté Shen et son tatouage d'un serpent qui prend naissance sur une de ses chevilles, pour se terminer par la tête au-dessus de ses seins. Elle nous dit :

— Le foot massage coûte 100 bahts. Maintenant je vais vous apprendre le "soapy massage". (Massage savonneux.) Toi, tu t'appelles comment ?

C'est la rousse du groupe qu'elle a choisie. Je la comprends, la fille n'est pas fort sympa, mais elle a une peau très blanche et des beaux seins en poire.

La fille répond :

— Je m'appelle Vera, Shen san.

— D'accord Vera, tu seras la cliente. Je vous montre comment vous devez faire.

Elle joint les mains sur sa poitrine et s'incline à 45 ° devant la "cliente" en disant :

— Je suis très heureuse de vous masser, Mademoiselle.

Elle la prend par la main et l'emmène dans un coin de la pièce où il y a un banc de massage assez large et une bassine. Elle demande à la cliente de se coucher sur le dos, sur le banc, puis elle prend une grosse éponge et mouille complètement la jolie rousse. Après ça, elle l'enduit entièrement de savon mousseux. Ensuite elle monte sur le banc et se frotte au corps mousseux de la rouquine. C'est un massage vraiment érotique et voluptueux. Quand elle s'est frottée au moindre cm de la peau de la rousse, elle lui demande de se retourner et elle se frotte à son dos et surtout à ses fesses. Celle-ci gémit un peu, elle n'est manifestement pas insensible à ce massage, mais qui le serait ? Shen lui demande :

— Voulez-vous un massage du pubis, Mademoiselle ?

La voix un peu rauque la rousse répond :

— Oui, Shen san.

— Bien. Veuillez écarter vos jambes pour me montrer votre fleur de lotus.

Ah, mince ! Elle a une fleur de lotus entre les jambes ?

Elle a été chez des moines genre Shaolin, Shen, et je ne sais pas si c'est là qu'elle a appris à s'occuper d'une chatte, mais en tout cas, c'est une experte. En quelques minutes d'attouchements et de caresses sur la fleur de lotus, elle envoie la rousse au 7e ciel. Elle est pantelante et gémissante. Shen lui dit sèchement :

— Debout et sèche-toi.

Oui, ça, c'est celle qu'on connaît.

Elle nous dit :

— Le soapy massage, c'est 1000 bahts, 1200 avec la fleur de lotus. Maintenant, je vais vous montrer le "happy massage." Toi !

Oh, c'est moi !

— Monte sur le banc !

Quand je suis installée, elle nous dit :

— Que ce soit une fille ou un homme, il n'y a pas de différence, si ce n'est que vous léchez soit une prune soit une banane. OK ?

— Oui Shen san.

Je préférerais 1000 fois lécher des bananes que la bite des autochtones. Ou alors, la prune de Shana. Je ne dois pas penser à elle, sinon, je vais jouir en un temps record. Je demanderais bien à Shen si elle veut que j'aille faire une petite toilette de ma fleur de lotus, mais bon, ici, il vaut mieux ne pas prendre d'initiative.

Shen commence par me masser, les bras et les jambes, c'est agréable. Ensuite elle masse les seins, le ventre les cuisses. Elle me dit :

— Mets-toi sur le ventre.

C'est au tour du dos et des fesses. Impossible de ne pas fondre sous ce massage. Je me tortille et je gémis, ce qui me vaut une claque sur les fesses et ce commentaire humiliant :

— Vous autres, vous masserez des êtres humains, pas des guenons en chaleur, comme celle-ci.

Rires serviles des filles. Shana continue :

— Allez, remets-toi sur le dos.

Elle embrasse mon pubis épilé et sa bouche descend vers mon lotus.

270-A.jpg 

 

Elle s'arrête pour me demander :

— Tu penses à qui quand je te fais ça ?

Mais pourquoi, elle demande ça ? Je réponds :

— ... Euh... à rien.

— Si tu ne me dis pas la vérité, gare à toi.

Je deviens toute rouge en répondant :

— Je pense à Shana, Shen san.

— Pourquoi tu ne me l'a pas dit tout de suite ?

— Je... je ne voulais pas la gêner.

Je suis là, jambes écartées, fleur ouverte, espérant sa langue comme le Sahara rêve de la mousson. Au lieu d’une délicieuse averse, elle me dit :

— Allez, debout, tu ne mérites pas de jouir. Je déteste qu'on me mente, mais tu as de la chance que je n'ai pas le temps de te punir... pour le moment!

— Pardon Shen san.

— Donc les filles, le happy massage, c'est 2000 bahts. Et maintenant, c'est l'heure d'aller manger. Vous irez masser après.

Shana me murmure :

— J'ai trouvé ça mignon que tu penses à moi.

— Merci, tu es gentille.

On va manger, toujours nues. C'est Kim qui nous prend en charge. Pendant le repas, on peut parler — enfin, chuchoter — quand Kim n'est pas là. Ne sachant toujours pas où on est, je demande à Shana :

— On se trouve dans quelle ville et même dans quel pays ?

D'accord, je ne suis pas la plus futée. Sinon, j'aurais envoyé pour de bon ma méchante belle-mère chez les têtes en os et elle se trouverait en mauvaise compagnie en enfer... Et du coup, moi, je ne serais pas obligée de lécher des bites sales et de masser des pieds tout aussi crasseux. Je le regrette bien.

Bref, Shana me répond :

— On est à Pattaya en Thaïlande.

— Oh !?

— Beaucoup de GI viennent prendre du bon temps ici, quand ils ont une permission.

Kim revient, on plonge toutes le nez dans nos assiettes.

La seule chose dont j'étais pratiquement sûre, c'est que nous étions en Asie du Sud-Est, puisque Kim et ses parents sont des Thaïs. Il faut dire qu'ils sont très différents de Shen et du Bouddha.

Après avoir mangé, on doit travailler. Il y a des uniformes déjà portés dans une caisse à banane. Ils se composent de trois parties : une petite jupe, un top et une culotte. Le tout dans un tissu rouge bien voyant. Quand on est prêtes, Kim nous fait sortir dans la rue. Là, il y a deux séries de fauteuils qui se font face. Des clients se font déjà masser par des filles assises par terre devant eux. Il y a aussi un homme de main occupé à surveiller tout le monde. Shana nous montre quelques groupes de gamins qui jouent, ce sont des guetteurs payés par le patron. Ils ont l'oeil, m'a-t-elle dit. Et les voisins surveillent aussi. Eux reçoivent un petit dédommagement pour le bruit et la musique. Dans ce pays pauvre, un sou est un sou, et tout le monde a un oeil sur ce qui se passe. Kim nous dit :

— Dans sa grande bonté, le patron vous donne un coussin pour vous asseoir. Montrez-vous digne de sa générosité.

Elle rigole là ? Non ! Elle aussi se sert du petit chef Annabelle. C'est elle qui nous désigne des places. Je m'assieds devant un fauteuil. Le garde prend ma cheville dans sa grande main. Il fait une boucle autour avec une courte chaîne attachée à un anneau fixé dans le sol. Ça en plus des guetteurs, ça fait beaucoup. Il ferme la chaîne avec un cadenas. On se retrouve toutes attachées au trottoir.

Ma première cliente est une grosse Thaïe. Comme il fait plus de 30 °, elle est bien suante. Dans un mauvais anglais, elle me demande :

— Tu es nouvelle ?

— Oui Madame.

— Fais doucement quand tu masses mes pieds et ne touches surtout pas à mes "oignons".

Des oignons ??

Elle s'assied et pose ses deux pieds sur mes cuisses. Une fille vient lui apporter la boisson qu'elle a commandée. Elle a des sacs avec les achats qu'elle vient de faire. C'est une ménagère dans la soixantaine qui fait ses courses et qui a mal aux pieds, mais pourquoi les mettre sur mes cuisses ????

Elle a des vieilles sandales et quand je les enlève, je vois ce qu'elle appelle des oignons : ce sont des grosses excroissances sur le côté du pied vers le pouce. Bon... Je masse les plantes de ses pieds le plus doucement possible. Ça a l'air de lui plaire. Elle sirote son verre les yeux mi-clos... Je pense au jasmin qu'il y a dans le jardin du château de mon enfance. Il y a aussi des chèvrefeuilles dont j'adore l'odeur. Là, je masse les pieds moites d'une grosse Thaïe qui s'est sûrement lavée, mais pas récemment.

270-B.jpg  

Quand j'ai fini le massage, je dis mon petit compliment : "Merci d'avoir pu vous masser les pieds. Je danse ici ce soir et je fais d'autres massages. J'ajouterais bien : "Et la prochaine fois, lavez-vous les pieds avec une brosse et du savon. Bon, je ne dis pas la fin du compliment, mais je le pense très fort. Ensuite... je baisse la tête et effleure son coup de pied de mes lèvres. La cliente me donne un billet de 100 bahts. Hélas, cette garce d'Annabelle me surveillait du coin de l'oeil. Elle me dit.

— Tu dois embrasser le pied des clients en posant tes lèvres sur la peau.

— Mais...

— Il n'y a pas de « mais ».

Elle va faire son rapport à Kim, puis vient me dire :

— Si tu refais ça, tu seras punie. Compris ?

— Oui.

— Oui qui ?

Oui connasse ? Je ne sais pas moi ce qu'il faut lui dire...

— Oui Mademoiselle.

Pppfff, sale petit chef !

Ensuite des touristes arrivent, toute une famille. J'entends qu'ils parlent anglais avec un accent du sud des Etats-Unis.  slave. Ils sont tous blonds et rient en nous voyant masser des pieds. Une gamine qui doit avoir 19 ans à tout casser, comme moi, parle à son père. Elle doit être arrivée à le convaincre, car toute la famille va s'asseoir devant une fille. La jeune touriste vient devant moi. C'est une jolie fille, certes, mais son air amusé et méprisant ne me dit rien qui vaille.

 

A suivre.

 

Je suis ravie du retour de Bruce Morgan et de ses dessins magiques....

 

 

Nos livres sont vendus par La Musardine et Amazon. "Mia sans dessous - 3" est ici : http://www.lamusardine.com/P31258-mia-sans-dessous-3-morgan-bruce-michael-mia.html

Mes 4 livres en ebook et papier sont ici : 

https://www.amazon.fr/Mia-Michael/e/B01MRVYT44/ref=ntt_dp_epwbk_0


pjj1DSC_0053.JPG

 

Par miasansdessous - Publié dans : BDSM - Communauté : LesMeilleursBlogsdeSexe
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Novembre 2017
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30      
<< < > >>
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés