Vendredi 19 mai 2017 5 19 /05 /Mai /2017 11:34

 

Le reste de l'après-midi, je masse des pieds. Mais je ne vais pas faire une description de tout ce qui me passe sous le nez, entre les mains et sous les lèvres pour terminer. À raison de 10 minutes par client, je perds le compte de ceux que je masse : touristes, matelots en permission, Thaïs, poivrots... La seule qui ait les pieds propres, c'est une jolie Thaïe qui a assisté à la fessée. Elle me demande :  

— Ça ne t’a pas fait trop mal ?

— Siiii....

— Qu'est-ce qui t'empêche de partir d'ici ?

Je lui montre ma cheville enchaînée au sol. Elle me redemande:

— Les Chinois t'ont achetée ??

— Oui Mademoiselle.

Elle a l'air de trouver que si j'ai été achetée, normal qu'on me puisse. Elle me raconte aussi un peu sa vie d'escorte. Je ne sais pas ce que c'est. Elle m'explique qu'elle accompagne de riches hommes d'affaires. Elle travaille à Bangkok, tout en étant née ici. Je lui dis :

— Vous êtes la seule à avoir les pieds propres.

— Sérieux ?

— Je vous jure. On doit se frotter les mains avec une lingette désinfectante entre chaque client, tellement il y en a qui ont des pieds sales.

— C'est incroyable de venir se faire masser les pieds sans les laver !

Aah, qu'est ce que je disais ! Elle ajoute :

— Tu baises aussi ?

— Oui, sur rendez-vous. C'est le happy massage.

— Je viendrai

— Oh! Avec vous, ce sera un vrai plaisir, mademoiselle.

Elle repart trop vite. Ça aurait été le seul rayon de soleil dans cette affreuse journée. Les pieds se remettent à défiler ! Je vais sentir le pied jusqu'à la fin des temps ! Moi qui suis si sensible aux odeurs, je veux dire aux bonnes odeurs !

Seul fait un peu marquant dans ce défilé de pieds, deux soldats américains. Un  GI et une WAC (women's army corp). Ils ont pas mal picolé et ils sont bruyants et mal élevés comme peuvent l'être des militaires à l'étranger. Aux pieds, ils ont des "combat shoes", une sorte de grosses chaussures militaires. Aie ! Qu'est-ce qu'ils doivent transpirer dans ce genre godasse. La WAC me choisit. Tant mieux, déjà que les pieds des femmes sont plus petits ! Les siens sont d'ailleurs moins sales que les clients qui ont défilés. Bon, je n'en ferais certainement pas un "doudou" pour dormir la nuit. Par contre, ça l'amuse beaucoup de savoir que je suis enchaînée au trottoir. Elle dit à son collègue qui se fait masser à côté de nous :

— On devrait acheter quelques filles comme elle, pour nous suivre en mission.

— On n’en parle pas ici, si tu veux bien.

Oh ?! Ella apprécie aussi beaucoup le final, quand je dois m'incliner et poser mes lèvres sur sa peau.

***

Vers 7 h du soir, la ronde des pieds s'arrête enfin. On nous détache et on se précipite aux toilettes. Il y a même une fille tellement pressée qu’elle pisse dans sa culotte. Annabelle lui dit :

— Tu vas nettoyer tes saletés et demain, tu vas remettre ta culotte sale, ça t'apprendra à te retenir.

Qu'est-ce qu'elle en peut d'avoir une petite vessie ?

On donne l'argent qu'on a gagné à Kim. Je le fais tête baissée, ce qui ne lui plaît pas. Elle me dit :

— Les filles qui font la gueule, je leur donne une bonne raison de râler !

Totalement à contrecœur, je lui fais un grand sourire. Difficile de sourire à une fille à qui on aimerait bien enfoncer une fourchette dans la main ou lui servir une omelette aux champignons... non comestibles !

Après le repas, on se change. Tant mieux pour la fille qui n'a pas su se retenir. Demain, sa culotte sera sèche. Le costume pour danser est minuscule : soutien-gorge, une jupe de 20 cm de long et une culotte qui rentre dans les fesses. On est heureusement pieds nus, parce que danser sur les tables, c'est casse-gueule.

Kim nous montre une lumière au-dessus de la porte. Si elle est verte, on doit danser de la façon la plus indécente possible. Si elle est rouge, on doit danser d'une façon convenable, ce qui est un défi avec un costume grand comme trois timbres-poste.

Le bar ouvrant un peu avant 8 h, deux filles doivent sortir pour aller à la pêche aux clients. Les autres, dont moi, sont de chaque côté de la porte pour que les gens choisissent la fille qu'ils veulent voir danser. Kim m’interpelle devant les autres :

— Tu es la seule qu'on a dû punir. Je te conseille de faire ce que les clients souhaitent, parce que si on doit à nouveau te punir, ce sera beaucoup moins gentil.

Un frisson me parcourt l'échine tandis que je réponds :

— Je ferai tout ce qu'on me demande, Mademoiselle Kim.

Ça y est, un jeune Thaï m’annonce :

— Toi, tu vas danser pour nous.

— Oui Monsieur, avec plaisir.

Ils sont quatre, sans doute des étudiants qui ont déjà bien picolé. Je monte sur la table tandis que l'un d'eux me met la main aux fesses, soi-disant pour m'aider. Il me dit:

— Tes fesses sont rouges et chaudes, t'as reçu une fessée ?

— Oui Monsieur.

— Pourquoi

— ... Euh... manque d'enthousiasme en massant des pieds.

Un autre me demande:

— Si on se plaint, tu seras de nouveau fessée ?

N'osant pas mentir, je réponds :

— Oui Monsieur, mais je ferai tout ce que vous voulez.

— Allez, danse et sois sexy, si tu veux pas qu'on se plaigne.

J’ondule autour de la barre et je leur balance mes fesses pratiquement nues sous le nez. Je mime même un genre de masturbation en me frottant à cette barre. Je ne veux plus de fessées, plus jamais. Les Thaïs sont satisfaits de ma danse, plus érotique qu'acrobatique. Ils glissent des petits billets sous l'élastique de ma culotte... Dire qu'il y a un mois, j'étais une future comtesse et maintenant, je ne suis plus qu’une prostituée dans un bordel de Thaïlande ! Les jeunes restent un bon moment. Ils me laissent boire un peu de leur bière.

Lorsqu’ils quittent l'établissement, ils disent à Kim que je suis super. Elle répond :

— Il suffit d’une fessée pour la rendre super.

Arrivent les soldats américains qui sont venus se faire masser les pieds, mais ils choisissent une autre fille.

Mes clients suivants sont des Allemands. Je dirais trois hommes d'affaires avec une jolie fille, secrétaire ou pute ou les deux. Le plus gros de ces hommes est le patron, les deux autres lui servent du Herr Vorsitzender (Monsieur le Président) tandis que la fille lui dit Liebling (chéri), ce qui me laisse supposer que c'est la putain de la société ou tout du moins de son président. Ayant déjà bien picolé, ils sont bruyants et mal élevés, comme des hommes d'affaires d'un pays à monnaie forte en vadrouille dans un pays où on paie en bahts !

Je danse. Ils me glissent des dollars dans l'élastique. Kim va être contente… ou pas. La secrétaire-pute flirte avec le gros président et avec les deux autres hommes. Définitivement plus pute que secrétaire. Elle glisse même une main dans ma culotte pour me caresser. J'ai un oeil sur la petite ampoule au-dessus de la porte, elle est au vert, et sur Kim pour voir si elle est d'accord pour que je laisse la fille me peloter. Je vais finir par avoir un strabisme divergent.

Quand les Allemands sont partis et que j'attends les obsédés suivants, Annabelle vient me dire :

— Quelqu'un t'attend pour un soapy.

Oh !? C'est le premier.

Je sors par la porte privée et je vais dans la pièce marquée "massage". J'entre et je vois la WAC, c’est-à-dire la fille soldat qui était avec le GI.

272-A.jpg

Elle n'était pas super sympa ! Je m'incline devant elle en disant :

— Je suis très honorée de...

Elle me coupe :

— Déshabille-moi !

— Oui mademoiselle.

Je retire sa chemise kaki, son pantalon en treillis (c'est réglementaire en dehors du camp, ça ?), ses chaussettes. Je reconnais l'odeur. Elle a des sous-vêtements qui ont fait la guerre, je les retire aussi. Elle me laisse faire sans m'aider.  Quand elle est nue, je dois reconnaître qu'elle est appétissante. Elle a des cheveux blond cendré, une toison pubienne assortie et même des poils sous les bras. Ses seins sont un peu lourds, mais beaux. Je range ses vêtements sur un tabouret. Elle a différentes cicatrices sur le dos et sur une cuisse. Elle me dit :

— Je veux que tu me lèches et puis que tu me fasses un soapy massage.

Mais pourquoi dans cet ordre-là ? N'osant pas lui dire que je préférerais lécher une chatte propre, je trouve le moyen de le faire à mots couverts :

— D'habitude on fait l'inverse, Mademoiselle. C'est plus relaxant.

— Comment tu peux le savoir, c'est ton premier jour ?

— Oui, mais...

— On va appeler la patronne.

— NON ! Je vous en prie, je ferai tout ce que vous voulez. Si vous voulez bien vous allonger sur la table. Elle se couche sur le dos, les bras levés et elle me dit :

— Lèche, mes aisselles, je suis toute collante.

272-B-copie-1.jpg

 

Ensuite, elle se couche sur le dos, les fesses près du bord, les jambes repliées. Elle a l'air d’être habituée à ce genre de massages. Comme j'hésite, elle me dit :  

— T'es un peu demeurée toi, non ? Assieds-toi sur le tabouret entre mes jambes et lèche. Tu as compris tous les mots ?

Non ! D'abord parce que ma langue maternelle, c'est le français. Et pourtant, je réponds : "Oui mademoiselle".

Donc je me retrouve le nez dans une forêt vierge à marée basse, si je puis dire. Sa chatte est collante et les odeurs sont variées, mais curieusement, ça me dérange beaucoup moins que l'odeur des bites! Elle a un peu de sécrétions à la base des grandes lèvres, mais je vais pas faire une remarque à une fille des forces spéciales. Alors je lèche tout ce qui est devant moi, les lèvres, le clito, l'anus... pppfff... Le "soapy massage" ne sera pas du luxe. Je lèche, elle ne bouge pas. Elle pourrait quand même gémir et se tortiller comme les autres femmes ! Non, elle finit par jouir et je m'en aperçois à cause de sécrétions tout à coup plus abondantes. Elle repousse ma tête avec le pied en disant :

— La suite.

— Oui Mademoiselle

J'enlève mon minuscule uniforme. Ensuite , je la mouille avec de l'eau tiède et je la savonne. Quand c'est fait, je grimpe sur le banc et je frotte mes seins contre les siens. C'est chaud, doux et glissant... et plutôt agréable. Je caresse tout son corps avec les mains, les seins et même les fesses au prix de quelques acrobaties. J'aimerais tellement faire ça à Shana, mon amoureuse indienne…

272-C.jpg

Je fais se retourner la WAC et écarter les cuisses, elle se laisse faire. Je lui dis :

— C'est la première fois que je fais ça. Avec vous, c'est très agréable.

Elle ajoute, plus pour elle-même que pour moi :

— Je vais peut-être t'acheter…

 

À suivre.

 

Un tout grand merci à Bruce Morgan, pour les supers dessins. 

 

Nos 3 livres sont vendus par La Musardine et Amazon.

"Mia sans dessous - 3" est ici : http://www.lamusardine.com/P31258-mia-sans-dessous-3-morgan-bruce-michael-mia.html

Mes 4 livres en ebook et papier sont ici : 

https://www.amazon.fr/Mia-Michael/e/B01MRVYT44/ref=ntt_dp_epwbk_0

 

pjj1DSC_0337.JPG

 

 

 

 

Par miasansdessous - Publié dans : BDSM - Communauté : LesMeilleursBlogsdeSexe
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Septembre 2017
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  
<< < > >>
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés