Vendredi 26 mai 2017 5 26 /05 /Mai /2017 12:28

 

Me rendant compte qu’on a dépassé les deux fois dix minutes, je lui fais remarquer:

       — Le temps est terminé, Mademoiselle.

— Mets-toi ici. Écarte les jambes et croise les mains dans ta nuque.

Je suis sur le côté de la table de massage, sur le côté droit, à portée de sa main. Elle la glisse entre mes cuisses et commence à me caresser. Je suis toute glissante: le savon, mais aussi, ça m’a excitée de me frotter à elle.

Elle me caresse du bout des doigts négligemment. N’étant pas comme elle, je n’arrive pas à cacher mes émotions: je gémis et je me tortille sous ses doigts. Ce qui est assez perturbant, c’est d’avoir les mains croisées derrière la nuque, mais ça ne m’empêche pas de ressentir ses caresses avec intensité. Même si je voulais faire durer ce moment, ce serait impossible et je jouis en me frottant à ses doigts.

273-A-copie-1.jpg    

 

Elle me dit:

— Tu es très sensible

— C’est vous qui êtes très habile, Mademoiselle.

— Baisse les bras.

Le but n’était pas de me faire plaisir, mais de me montrer la différence entre elle, imperturbable sous la caresse de ma langue, et moi, grimpant aux rideaux dès qu’elle me tripote la chatte. C’est le genre de femme à essayer de montrer qu’elle est la meilleure dans tous les domaines et pas seulement pour buter des communistes.

Tant que ce sont des caresses, ça me convient.

On retourne dans le bar et elle rejoint son ami des forces spéciales.

Je retourne danser pour des Thaïs saouls et des touristes bourrés!

La soirée se termine tard, trop tard. Je m’endors collée à Shana. Je la vois si peu...*

Le lendemain, on commence par les corvées. Occasion pour Kim d’humilier son père. À la place de cet homme, je lui préparerais des nems aux champignons des bois! Voyez comme ça m’a bien réussi!

Il y a une nouvelle pensionnaire, une très jolie Thaï qui a l’air perdue de se retrouver ici. Tu m’étonnes! Elle doit venir d’un milieu aisé et je l’aide pour faire les corvées. Moi, je commence à avoir l’habitude.

L’après-midi, les pieds continuent à défiler. Si je pouvais attraper un rhume et ne plus rien sentir!

Le soir, on danse. Tandis que j’attends les clients à l’ouverture de la boîte, je vois arriver... Mais avant de préciser de qui il s’agit, disons que les probabilités pour que certaines de mes connaissances entrent dans cette boîte du fin fond de la Thaïlande sont quasi nulles. Sauf si mon père ou ma belle mère ont fait courir l’info, bien sûr. Donc je vois entrer dans le bar, mon oncle Paul, sa nouvelle femme Louise, dites Lou et ses deux fils, mes cousins Raoul et Jean-François, dit JF! Deux affreux jojos prétentieux, menteurs, sournois, vicieux... Quand on jouait ensemble, ils n’arrêtaient pas de soulever ma jupe et d’essayer de me peloter! Je me suis plainte à mon père de leur comportement un nombre incalculable de fois. Mais comme ils étaient à peine punis, ça recommençait tout de suite. Heureusement qu’on ne les voyait qu’aux fêtes et aux anniversaires. Et maintenant, oh, non! Je vais devoir danser presque nue devant ces deux porcs!

Leur père, mon oncle Paul, est un peu le mouton noir de la famille. C’est un bel homme qui est toujours à courir derrière le premier jupon qui passe. Ses fils lui ressemblent. De plus, il boit et il joue. Il est divorcé et change de maîtresse régulièrement. Bien sûr, il me désigne pour venir danser sur leur table. Je dis à Kim:

— Ce sont des gens de ma famille, mademoiselle...

— Et alors?

— Mais c’est mon oncle et mes cousins...

— Ça t’a plu, te faire fesser?

— NON! Pardon... non, Mademoiselle, mais...

— Tu as cinq secondes pour aller balancer ton cul sous le nez de tes cousins! Cinq... quatre... trois…

Je saute sur la table et je danse sans les regarder.

 

273-B.jpg

Rapidement, les sales gamins me caressent les fesses. La nouvelle femme de mon oncle est beaucoup plus jeune que lui. Elle doit avoir une trentaine d’années et elle est vulgaire à souhait. Je l’imagine très bien faisant le tapin au Bois de Boulogne. Je sais que je suis mal placée pour la traiter de pute, mais moi, je suis forcée de le faire. Elle demande à mon oncle:

— Alors c’est elle, Aurore? Celle qui a essayé d’empoisonner sa belle-mère?

— Oui, répond-il. Elle lui a fait une omelette aux champignons des bois, mais cette idiote a cueilli des amanites tue-mouches à la place d’amanites phalloïdes. Résultat, sa belle-mère en a été quitte pour des délires avec des visions colorées et un lavage d’estomac. C’est une jolie gamine, mais elle est stupide.

Voix de Raoul, mon cousin:

— Elle a l’air d’aimer quand je lui mets un doigt dans le cul!

Rires de la si sympathique petite famille…

Oh que oui, ils me mettent leurs doigts dans le cul! Et dans la chatte, et ils me pincent les fesses. Je danse en poussant des petits cris de douleur.

Mon oncle appelle Kim pour lui demander:

— Cette fille fait les happy massages?

— Certainement, Monsieur.

— Mes deux fils peuvent se faire masser ensemble?

— Ils ont plus de 18 ans?

Aussitôt, les abominables frères sortent leurs passeports.

Kim dit à mon oncle:

— OK, parfait. C’est 2000 bahts pour les deux et la fille est "full access", bouche, chatte et cul.

— Ouaaaiiiisss!

C’est ce petit salopard de JF qui manifeste sa joie. Il ajoute même:

— Depuis le temps que j’ai envie d’enculer cette Sainte Nitouche...

Kim lui dit:

— Si elle ne fait pas tout ce que vous voulez, donnez-lui une bonne fessée. Elle en a déjà reçu une cet après-midi.

La nouvelle femme de mon oncle s’écrie:

— Oh! J’ai envie de voir ça!

— Pour 4000 bahts, elle est à vous quatre.

Mon oncle Paul remet l’argent à Kim et s’adresse à moi pour la première fois:

— Arrête de danser, tu vas nous montrer ce que tu sais faire d’autre avec ton cul et ta langue!

Sa nouvelle femme, Lou, ajoute:

— Je me ferais bien lécher la chatte.

— Bien sûr, p’tit loup.

Kim leur dit:

— Vous pouvez vous installer dans la chambre marquée « privé ».

On quitte le bar pour y aller. J’ai aussitôt deux mains collantes sur les fesses!

On entre dans une pièce plus grande que les autres, avec un canapé et une table de massage. Raoul, mon cousin, me dit:

— Il va falloir être très gentille, sinon on être obligés de te donner une bonne fessée…

J’essaie d’amadouer leur père:  

— Je t’en prie oncle Paul, c’est très dur et...

Mais il me coupe:

— Tu es censée appeler les clients par leurs prénoms et les tutoyer?

— Non, Monsieur, pardon.

Les deux frères m’enlèvent mon minuscule maillot en ricanant. JF me dit:

— Tu fais moins de cinéma que lorsqu’on soulevait ta jupe, hein salope?

— Oui, Monsieur.

— Depuis le temps que je rêve de te donner une fessée…

— Mais j’ai rien fait!

— Oh que si! Ça fait des années que tu nous traites comme de la merde!

Mon oncle leur dit:

— Les enfants, faisons les choses dans l’ordre. On va commencer par tous se déshabiller.

— Ouais, p’pa.

On se retrouve tous à poils. Lou est jolie, avec de beaux seins en poire. Mon oncle a une très grosse bite, mais par contre, ses deux fils n’ont que deux petites bites dégueulasses.

273-C.jpg 

Leur père demande:

— JF, tu veux commencer par la fesser?

— Oh oui, p’pa, je me branle depuis des années en pensant où jour où je pourrai frapper sur ses grosses fesses.

Il se tourne vers moi en disant:

— Mets-toi à genoux et commence par demander que je te donne la fessée.

— Mais...

— Bon, j’appelle la patronne.

— NON!

Je me mets à genoux en lui demandant:

— Vous voulez bien me fesser, Monsieur?

— Mais oui, petite pute, je veux bien. Viens t’allonger sur mes cuisses.

J’obéis. Il pose la main sur mes fesses et les tapote en disant:

— Tu te souviens de ce que je fais comme sport?

— Du tennis, Monsieur.

— Exactement et mon point fort, c’est le coup droit. La preuve:

— PAF... Aaaaaiiiieee!

Oh, il frappe fort!

— Alors?

— Ça fait mal, Monsieur, pardon pour....

— Silence, on commence le match.

PAF!

— Aaaaaiiiieee!

PAF! « Aaaaaiiiieee! » PAF! « Aaaaaiiiieee! » PAF! « Aaaaaiiiieee! »

PAF! « Aaaaaiiiieee! » PAF! « Aaaaaiiiieee! » PAF! « Aaaaaiiiieee! »

PAF! « Aaaaaiiiieee! » PAF! « Aaaaaiiiieee! » PAF! « Aaaaaiiiieee! »

PAF! « Aaaaaiiiieee! » PAF! « Aaaaaiiiieee! »

Une série de claques me brûlent les fesses! Quand il s’arrête enfin, je lui dis en pleurnichant:

— Vous avez gagné la partie, Monsieur. Vous êtes un champion et je suis nulle.

Ça les fait rire, heureusement. Ils viennent tous tâter mes fesses, en commentant:

— Ouais, bravo p’pa, elles sont brûlantes! On dirait une guenon en chaleur avec son cul tout rouge.

Raoul, l’autre cousin, intervient:

— A moi maintenant, p’pa ?

— Tu veux aussi la fesser?

— Non, je veux qu’elle me suce la bite.

— D’accord, mais ne jouis pas dans sa bouche, je veux que vous la baisiez à deux. Allez Aurore, tu vas te mettre à genoux et sucer ton cousin. Et fais ça bien, sinon c’est avec ma ceinture que je m’occuperai de tes fesses.

— Oui Monsieur, je ferai tout ce que vous voudrez.

Je me lève péniblement, les fesses déjà en feu, et je m’agenouille devant mon horrible cousin.

 

273-D.jpg     

Il ressemble à un crapaud hilare et lubrique! Ce batracien se met debout en disant:

— Commence par me lécher les couilles, mais attention, si ce n’est pas parfait, tu vas vite regretter la fessée, puisque tu as entendu que ton oncle se servira de ceinture pour te dresser.

— Oh! non Monsieur, pitié...

— Alors vas-y, embrasse mes couilles.

 

A suivre.

 

Un tout grand merci à Bruce Morgan, pour les supers dessins.

pjj2DSC_0052.jpg 

 

Si vous aimez nos histoires vous aimerez nos livres. Ils sont vendus par La Musardine et Amazon.  

"Mia sans dessous - 3" est ici : http://www.lamusardine.com/P31258-mia-sans-dessous-3-morgan-bruce-michael-mia.html

Mes 4 livres en ebook et papier sont ici : 

https://www.amazon.fr/Mia-Michael/e/B01MRVYT44/ref=ntt_dp_epwbk_0

 

Par miasansdessous - Publié dans : BDSM - Communauté : blog sexe des amis
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Novembre 2017
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30      
<< < > >>
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés