Vendredi 30 juin 2017 5 30 /06 /Juin /2017 12:23

 

Aurore

******

Petit résumé: Aurore est punie... comme d'habitude. Elle va faire un petit séjour à la cave.

***

Le garde ouvre la porte d'une des caves. Je suis d'abord surprise par l'odeur, ça sent très fort la vieille pisse. Il éclaire au moyen d'une lampe de poche. C'est une petite pièce avec un sol en béton. Il y a quelques bouteilles d'eau, une caisse en carton avec des morceaux de pain, un seau en plastique et... c'est tout. Le garde m’ordonne:

— Enlève tes vêtements.

J'ai juste le minuscule maillot qu'on doit mettre pour le pole dance. Je l'enlève. Il me pousse dans la pièce et ferme la porte. Je suis nue, dans le noir complet. Là, commençant à paniquer, je tambourine sur la porte en criant:

— Ne me laissez pas là, j'ai peur... j'obéirai!

Sa voix étouffée me parvient:

— À dans deux jours, ne fais pas de bêtise.

Oh, mon Dieu! J'ai peur du noir et je suis claustrophobe... De plus, je suis sûre qu'il y a des bêtes partout et que je ne les verrai pas! Je vais mourir piquée par une énorme araignée! Je reste immobile entre 10 minutes et 1 heure... comment savoir ? Pour finir, je fais prudemment le tour de la pièce en suivant les murs. Je bute contre la caisse de bananes avec des morceaux de pain. Je prends un morceau: il est dur comme du bois.

Je ne vais pas dire que je grelotte, il doit faire 18 °, mais je frissonne de peur et de froid. Je finis par m'asseoir sur le sol dur. Comment survivre? Non, ça, c'est idiot. J'ai de l'eau et du pain, même s'il est sec: je survivrai.

Le temps passe, mais c'est impossible de savoir depuis combien de temps je suis là. J'ai une nouvelle crise de panique, je frappe sur la porte en criant « Au secours! »

Je marche le long des murs en évitant la caisse de pain, les bouteilles d'eau... Je les mets au milieu pour mieux faire le tour de la petite pièce, je bois, je fais pipi... Et puis, je finis par me coucher sur le sol, en boule.

Des heures plus tard, j'essaie de manger, le pain est toujours aussi dur. Je mets un morceau dans ma bouche puis je prends une gorgée d'eau pour qu'il se ramollisse. Il faut vraiment longtemps avant que je puisse l'avaler. Je continue de mâcher... au moins, je fais quelque chose.

Beaucoup plus tard, j'entends du bruit. On vient me chercher? Quelqu'un ouvre la porte d'une autre cave. Le garde parle en khmer. Il referme la porte. Ensuite, ma porte s'ouvre et le garde entre avec une puissante lampe sur batterie. Éblouie par la lumière, je lui demande:

— Vous venez me délivrer?

— Je t'ai donné la permission de parler?

— Pardon Maître.

— Je suis là pour te faire faire un peu d'excise pour que tu ne prennes pas froid.

Il détache le fouet qui est à sa ceinture et…

Shllaaaa!

— Aaaaaïïïïeeee!

Je viens de recevoir un coup des lanières sur les mollets.

Shllaaaa!

— Aaaaaïïïïeeee!

Shllaaaa!

— Aaaaaïïïïeeee!

Shllaaaa!

— Aaaaaïïïïeeee!

Shllaaaa!

— Aaaaaïïïïeeee!

Sur les fesses maintenant!

J'essaie d'échapper aux lanières. Je cours dans cette pièce minuscule, mais:

Shllaaaa!

— Aaaaaïïïïeeee!

Sur les cuisses! Je finis par tomber et il en profite pour me donner encore quelques coups de fouet.

Shllaaaa!

— Aaaaaïïïïeeee!

Shllaaaa!

— Aaaaaïïïïeeee!

Le garde s'arrête et me dit:

— Je reviens tout à l'heure.

Je pleure couchée par terre. J'entends le garde qui s'en va.

Dans le noir, je frotte doucement jambes et mes fesses meurtries. Quand je suis un peu calmée, je vais me mettre près de la porte pour demander:

— Il y a quelqu'un?

Une fille me répond avec un accent:

— Oui, oui.

— Tu es également enfermée?

— Oui. Il y a longtemps que tu es là?

— Je ne sais pas exactement. Tu peux me dire l'heure?

— Six heures.

— Euh... du soir?

— Non, du matin.

— Alors je suis ici depuis environ 12 h. Encore 24 h à rester dans le noir et à se faire fouetter.

Je me remets à pleurer. Elle me demande:

— Pourquoi tu pleures?

— J'ai... mal aux jambes, aux fesses… j'ai peur, j'ai froid, j'ai faim...

On finit par se présenter et se décrire. On s'explique sur les raisons qui font qu'on se retrouve là. On se rassure... Je me rends compte qu'elle est beaucoup moins bavarde et moins impressionnée que moi.

On parle d'évasion. Je lui raconte comment ça se passe ici, le pole dance et tout le reste. Je lui parle de mon oncle, sa femme et ses deux fils qui m'ont fouettée et m'ont obligée de les sucer. Elle me répond:

— Ça va sûrement arriver avec celui qui m'a piégée. Bon, écoute, ne m'en veux pas, mais je vais essayer de dormir. J'ai eu une dure journée.

— Oui, excuse-moi, mais ça me rassure de parler à quelqu'un.

— Je dors un peu et on reparle.

Je finis par dormir un peu aussi... Quand on se réveille, on recommence à bavarder. Enfin surtout, moi.

Je suis encore fouettée 3 fois. Les lanières plates du fouet ne blessent pas, mais elles font vraiment mal. Ma... codétenue s'appelle Issara. Elle est fouettée aussi, mais ça la fait crier beaucoup moins que moi.

J'entends du bruit. Je vais m'asseoir contre la porte pour écouter.

278-A.jpg

Il l'ouvre et me dit:

— Dehors!

Je me lève et je sors de cette saleté de cave. Je dis:

— Tu sortiras bientôt, Issara.

Paf! Le garde me donne une bonne claque dans la nuque en disant:

— La ferme!

On remonte au rez-de-chaussée. Je continue d’être éblouie par la lumière des lampes. C'est le soir. Puisque je suis resté là 48 h, le garde m'amène à la douche et quand je suis propre, il me donne le minuscule costume qu'on met pour le pole dance. On va dans le bar. Kim et Annabelle me jettent un coup d'œil indifférent. On dirait qu'elles ont oublié que je viens de passer deux jours enfermée nue et fouettée dans une cave. Je demande à Annabelle:

— Je peux boire une bière, Maîtresse?

Elle regarde Kim qui hoche la tête. Je vais vite derrière le bar et demande une Shinga à la fille qui sert. Elle me la donne en murmurant:

— Ça va?

— C'est dur.

Je bois.... Puis, je me mets à l'entrée avec les autres filles à la disposition des clients. Je pense à Issara, dans la cave...

Un couple thaï d'une soixantaine d'années vient nous inspecter. Ils sont tous les deux... dodus. Leur choix tombe sur moi, ils veulent un happy massage. J'ai beaucoup de chance! Mais 48 h dans le noir, au pain sec et à l'eau, ça rend prudente. Aussi je m'incline devant eux en disant:

— Je suis ravie et honorée que vous me choisissiez.

Mon nez s'allonge, mais heureusement, ça ne se voit pas. Le happy massage, c'est le nom donné ici aux passes. Je vais devoir me farcir les deux. Kim vient à notre rencontre.. Elle les connaît bien. Ils s'embrassent et parlent en khmer... Kim me dit:

— Soigne bien mes amis, à moins que tu n'aies envie de retourner à la cave.

— Je ferai tout ce qu'ils demandent, Maîtresse.

Elle leur explique ce que c'est la cave. Ils trouvent ça amusant! Amusant? Eh bien allez-y, connards! Ils commandent des cocktails sans me demander ce que je veux boire.

On arrive dans la pièce "happy massage". Ils se déshabillent. Moi aussi. La femme me demande:

— C'est dur, la cave?

— Oh oui, Madame, 48 h dans le noir complet, avec de l'eau et du pain sec dur comme du bois.

— Tu avais un lit?

— Nooon! Il faut dormir par terre, sur le béton.

J'en ai les larmes aux yeux en le disant. Madame glisse deux doigts dans sa chatte et Monsieur commence à se branler mollement. Il me demande:

— Tu es sortie quand?

— Ce soir Monsieur. On m'a fait prendre une douche et j'ai dû travailler tout de suite après.

— Sans manger?

— J'ai reçu une bière, c'est tout.

La femme sort un paquet de Coconut Roll de son sac, en disant:

— Tu veux quelques biscuits?

— Oh oui Madame!

— Mendie.

Je me mets à genoux devant elle, les fesses sur les talons et les pattes avant repliées comme un chien qui fait le beau. Elle lance un biscuit et je l'attrape au vol. Mmmmhh... C'est la meilleure chose du monde quand on a faim. Elle continue à s'amuser à me lancer des biscuits. Ceux que je n'attrape pas avec la bouche au vol, je les mange par terre. Ils se marrent comme des... baleines, en me regardant faire.

278-B.jpg

Ensuite, la baleine femelle se couche péniblement sur le divan, les jambes écartées, et me dit en désignant sa chatte:

— Ton dessert.

Tu parles d'un dessert! Le gros mollusque mort depuis quelques jours qui lui sert de chatte est tout sauf appétissant, mais bon, je me mets à table. Je la lèche et je la suce tout en m'aidant de mes doigts. Elle m’ordonne:

— Mets ta main!

Oh? Bon... J'enfonce ma main dans son vagin. Elle aime, jappe, gémis... Son mari vient derrière moi et enfonce son sexe dans ma chatte, ça entre tout seul. Il doit être monté comme un canari, le mec. Ils ne sont pas assortis. 

Quelle galère: au lieu de digérer mes biscuits au chocolat, j'ai la main dans une grosse chatte et un canari qui me baise en levrette! Ils jouissent enfin, à peu près ensemble. Je gémis comme si je prenais mon pied. Ensuite, je leur dis:

— Mille mercis (Madame Baleine et Monsieur Canari). J'ai joui et, avec les clients, ça n'arrive jamais.

Mon nez fait un mètre de long, mais ça ne se voit toujours pas.

Ils me font un peu de cinéma, genre: « On ne sait pas ce qu'on va dire à Kim », histoire que je les supplie un peu.. Ils partent... On ferme, je peux aller dormir dans un lit!

 

A suivre.

 

Un tout grand merci à Bruce Morgan, pour les super dessins.

 

1DSC_0273.jpg 

Si vous aimez nos histoires vous aimerez nos livres. Ils sont vendus par La Musardine et Amazon.  

"Mia sans dessous." les trois tomes : http://www.lamusardine.com/P31258-mia-sans-dessous-3-morgan-bruce-michael-mia.html

Mes 5 livres en ebook et papier sont ici : 

https://www.amazon.fr/Mia-Michael/e/B01MRVYT44/ref=ntt_dp_epwbk_0  

 

Par miasansdessous - Publié dans : BDSM - Communauté : blog sexe des amis
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Novembre 2017
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30      
<< < > >>
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés