Vendredi 15 septembre 2017 5 15 /09 /Sep /2017 12:58

    Revo répond:
   — T'as pas un petit coup à boire, Nanda?
   — Un coup de baijiu maotai, ça vous dit?
   — Super.
   Il se tourne vers Shen pour lui demander:
   — Et le jouet, ça va?
   — Ça va... Dites, ça ne vous dérange pas qu'elle se change devant vous?
   Les deux hommes rigolent. J’ai l’impression que s'ils sont ici, c’est en grande partie pour le spectacle.
   Shen m’ordonne:
   — Déshabille-toi!
   Je ne vais surtout pas lui donner un motif de me punir. J'enlève la longue jupe et le corsage que Victoria m'a fait mettre. Ce serait bête de dire que je suis gênée d'être toute nue devant ces gens, surtout après avoir passé des jours à poil dans la mine, mais voilà, je suis effectivement un peu honteuse. Shen ajoute:
   — Danse comme tu l'as fait dans le camp.
   Je tourne un peu sur moi-même... Danser nue dans une cuisine chez des cinglés, c'est pas évident. Mais bon, j'ai pas vraiment le choix, alors je remue mon derrière en le tournant vers les hommes. Car oui, je suis persuadée que mon salut viendra d’un homme: le Prince charmant qui m'enlèvera pour m'épouser...
   Même les petites servantes regardent. Nanda s'adresse à l’une d’elles en birman. Aussitôt, la fille bondit et revient quelques minutes plus tard avec un uniforme. Elle le dépose devant moi. Shen me lance:
   — Enfile-ça!
   Je mets cette robe noire en tissu tellement grossier qu’il gratte. Mais bon, franchement, je me vois mal dire "Aïe, ça gratte!". Il y a un grand tablier que j'attache à la taille et autour du cou. Pas de coiffe, tant mieux. Il reste des chaussures noires montantes à lacets. Elles sont un peu grandes, mais c'est évidemment mieux que l'inverse. Je ne dois pas avoir beaucoup de formes dans cet… uniforme. Shen dit:
   — Je dois lui montrer la propriété, pour qu'elle sache où aller si on la réclame. Sando, t'as pas envie de le faire? Moi, j'ai des occupations.
   — Demande ça mieux, lui répond-il.
   Shen se lève et va s'asseoir sur ses genoux. Il lui caresse les fesses, tandis qu'elle l'embrasse sur la bouche... Quand leurs lèvres se séparent, il lui dit:
   — D'accord, allumeuse.
   Elle rit, puis ajoute:
   — Mais je t'éteins quand tu veux… En attendant baise la petite si tu veux.
   Et si la petite ne veut pas? Hélas, je crois qu'elle n'a rien à dire... Il se tourne vers moi pour dire:
   — Bon... on va y aller. C'est quoi ton nom déjà?
   — Aurore, Monsieur.
   Il répète "Auwowe". Pas facile à prononcer pour un Birman. Pour un Anglais non plus. Il y a trop de «?r?». La cuisinière met son grain de sel:
   — Vu ses fesses, on pourrait l'appeler "myi sai".
   Ça fait rire les deux hommes et même les servantes birmanes. La cuisinière dit à Shen, qui est Chinoise:
   — Myi sai, ça veut dire "cul". Comment ça se dit cul en Chinois?
   — Pigu.
   — C'est joli...
   Shen m’annonce:
   — Dorénavant, Auwowe, tu t'appelleras Pigu.
   — Oui Mademoiselle Shen.
   Et toi, "Face de citron"! Je le pense, mais évidemment, c’est sans oser le lui dire. Et d'abord, j'ai de belles fesses rondes, sans cellulite! J'ai un beau pigu, moi! Revo, le garde, me dit:
   — Viens Pigu, je vais te montrer le domaine et peut-être jouer avec ton pigu.
   — Oui Monsieur.
   Lui ou un autre... En plus, il est pas mal... On sort par l'arrière. Il me donne quelques explications:
   — Monsieur veut vivre complètement à l'époque victorienne. Tout ce qui est plus récent est caché derrière des arbres. Comme la piste d'atterrissage de l'hélicoptère. Il veut aussi que tout le monde parle anglais.
   On remonte un chemin. Il y a des fleurs un peu partout. Revo continue:
   — Derrière la rangée d'arbres que tu vois à droite, il y a des bâtiments modernes. C'est ce qu'on appelle les bâtiments alpha. Il y a peu de chance que tu doives t’y rendre. On va aller voir plus bas, mais en attendant, nous allons un peu nous amuser.
   On marche sur une pelouse qui se trouve devant une fontaine. Il y a une grande nymphe dans une coquille. Elle ressemble un peu à la Vénus de Botticelli, sauf qu'elle a la main sous ses seins et que des jets en jaillissent. C'est d'un goût!
   Des deux côtés de la fontaine, il y a un banc en bois. Revo me dit:
   — Tu vas retrousser ta jupe et te mettre à genoux sur le banc.
   Après que je lui ai obéi, il ajoute:
   — Maintenant, attire-moi avec ton cul.
   Je tourne la tête pour dire:
   — Je ne comprends pas bien ce que vous voulez dire, Monsieur.
   — Bouge ton cul! Fais en sorte que j'ai envie de te baiser.
   Bon... je tortille mon derrière en le faisant aller de droite à gauche et de haut en bas. J'entends siffler. Je me retourne et je vois un Birman assez âgé accompagné d'un jeune homme. Ils ont des instruments de jardinage. Revo me crie:
   — Je t'ai pas dit de t'arrêter!
   Je recommence à remuer mon derrière, tandis que le jardinier lui demande:
   — C'est une petite nouvelle, M'sieur Revo?
   — Oui, Mademoiselle vient de l'acheter. C'est Shen qui doit s'en occuper et elle l'a baptisé Pigu, cul en chinois. Tu comprends pourquoi?
   Ça les fait rire. Connards!
   Le jeune homme, ça doit être un apprenti, lui demande:
   — Vous allez la tirer, M'sieur Revo?
   — Oui mais je voulais qu'elle me le demande avec son cul.
   Le jardinier met son grain de sel:
   — Eh, Pigu, écarte bien les jambes et fais bouger ton trou du cul!
   Il est malade! Mais bon, j'écarte largement mes cuisses, puis je contracte et décontracte mon anus. Le jeune fait finement remarquer:
   — Y a son trou du cul qui m'fait un clin d'œil!
   Rires à nouveaux. On se croirait à l'école maternelle… Revo leur dit:
   — Je la baise et ensuite, si le cœur vous en dit...
   Bien sûr pourquoi pas? Aurore ou plutôt Pigu et son cul à la disposition de tous! Revo vient me flairer l'anus du bout de son sexe. J’essaie que ça se passe pas trop mal:
   — Doucement, s'il vous... Aïe!
   Ce type vient de me donner une méchante claque sur la fesse droite! Il dit:
   — Il faut la boucler quand on te baise. Tu voulais de la douceur?? D'accord, en voilà!
   — Aaaaïïïïïeeeeee!
   Le salaud, il vient de m'enculer jusqu'aux couilles, d'un seul coup! J'ai l'impression d'être empalée. Il se met à me limer à grands coups de reins. À chaque fois, il ressort presque complètement, puis s'enfonce à nouveau jusqu’au bout. L'apprenti est tellement enthousiaste qu'il s’exclame:
   — Hou là, qu'est-ce que vous lui mettez, M'sieur Revo!
   Malgré la douleur du début, je finis par avoir des sensations pas désagréables et je me mets à accompagner ses coups de reins en me cambrant. Mais surtout, je veux lui plaire. Le jardinier le remarque et dit:
   — Voilà Pigu, tu as compris, offre bien ton cul.
   C'est ce qu'il faut faire... Il accélère en grognant et finit par jouir en moi. Je pousse quelques cris pour lui plaire et puis c'est bon, malgré tout!
   Il sort de moi, un peu plus délicatement. Je vieux jardinier dit au jeune homme:
   — Tu peux y aller, petit.
   — Merci M'sieur. Je suis si excité que je baiserais une femelle yack!
   Oui, ben ne te gêne pas! Il se déshabille et se couche sur le dos dans l'herbe. Il n'est pas mal du tout. Mince mais musclé et un joli visage. Son sexe est nettement plus gros que celui de Revo. J'espère qu'il ne va pas vouloir me prendre par-derrière, lui aussi. Il m’ordonne:
   — Enlève ton uniforme et viens t'asseoir sur ma bite.
   Je ne demande pas par quel côté, pour ne pas lui donner l’idée d’imiter Revo. J'ôte le tablier et la robe qui gratte et je m'accroupis sur lui et je m'assieds... complètement, jusqu'à ce que je sente ses couilles contre mes fesses. Oui, je suis très mouillée, c'est mécanique, je veux dire indépendant de ma volonté. Il m'attire vers lui, je m’allonge sur son torse tandis qu'il m'embrasse sur la bouche.
 

389-A.jpg 

Putain! Je n'aurais jamais imaginé tomber sur quelqu'un qui savait s'y bien s'y prendre. Sa langue fouille ma bouche, sa queue me remplit la chatte et il me tient fermement par les hanches. Je vais de nouveau dire, à mon insu, je.... oh oui... je dis dans sa bouche: «Je jouiiiiisss....?» Au bout d'un moment, il dit: «Moi aussi...?» Quel orgasme!
   Hélas, la voix du vieux jardinier me ramène sur terre:
   — À moi, Pigu.
   Après s’être assis sur le banc, il sort un membre qui n'a pas du tout l'air comestible. Et pourtant, le jeune homme me donne une claque sur les fesses en disant:
   — Allez petite, va sucer mon patron.
   Je vais me mettre à genoux entre les cuisses du jardinier. Ce n'est pas qu'il soit trop vieux, mais plutôt que... on lui a coupé l'eau. Bah, ce n'est qu’un "sale" moment à passer, après un moment de plaisir. Je le lèche et le prends vite en bouche pour ne plus le sentir. Son gland est bien mouillé. Étant très excité, il ne lui faut que quelques minutes pour jouir dans ma gorge... Il presse bien son sexe de la base vers le gland pour que je sois forcée de tout avaler, jusqu'à la dernière goutte. Revo leur annonce:
   — Je vais continuer à lui montrer le domaine.
   Tous les deux, ils le remercient, j'ai même droit à un compliment du jardinier:
   — T'es un bon coup, Pigu.
   — Merci, M'sieur.
   — Le jeune homme est content aussi, puisqu'il ajoute:
   — Un super coup.
   — Merci, vous êtes gentils.
   Je remets ma robe qui gratte et on repart. Je demande à Revo:
   — Je peux vous parler, Monsieur?
   — Si c'est pour dire quelque chose d'intéressant, oui.
   — Il paraît qu'on fouette les servantes, ça me fait peur.
   — C’est vrai, il y a régulièrement des servantes punies, et même des invitées, si elles ont déplu à quelqu'un. Le garde qui fait ça, on l'appelle Wizard (magicien ou sorcier), il sait y faire.
   — On est parfois blessées, Monsieur?
   — Non, ça pince fort, mais heureusement, il peut déjà recommencer le lendemain. C'est un fouet à plusieurs lanières que Wizard manie très bien.
   Je pends sa main et je l'embrasse, ça le fait rire. Tant mieux. Si tu fais rire un homme, il te fera évader. Oui, c'est un proverbe que je viens d’imaginer!

389-B.jpg

    Il me prévient:
   — Ne fais pas ça à d'autres, Pigu. Tu es une servante, reste à ta place.
   — Oui Monsieur.
  
   À suivre.

 

   Un grand merci à Bruce Morgan, pour les supers dessins.

--DSC_0057.jpg  

 Si vous aimez nos histoires vous aimerez nos livres. Ils sont vendus par La Musardine et Amazon.    

 "Mia sans dessous." les trois tomes : http://www.lamusardine.com/P31258-mia-sans-dessous-3-morgan-bruce-michael-mia.html  

Mes 5 livres en ebook et papier sont ici : 

https://www.amazon.fr/Mia-Michael/e/B01MRVYT44/ref=ntt_dp_epwbk_0             

Par miasansdessous - Publié dans : BDSM - Communauté : blog sexe des amis
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Septembre 2017
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  
<< < > >>
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés