Vendredi 1 février 2013 5 01 /02 /Fév /2013 10:47

0807jenophain0708DSC_0176.jpg

 

Je regarde la belle Carolina. Ses fesses et ses jambes portent les marques de la badine de K. Elle est belle, même comme ça, enfin même plus belle comme ça.

K me regarde regarder les fesses de Carolina…, "Rêveuse mia??"

"Oui Madame, après vous, c'est elle qui me plait le plus."

K se marre, il suffit de quelques billets verts pour qu'elle soit de bonne humeur!

 

Dans l'entrée de la prison, il y a un tas avec nos uniformes, tout est mélangé.

Moi, ça ne me dérange pas, au point est, mais les autres ont un air un peu dégoûté.

On arrive dans la grande cour intérieure du fort où des soldats sont occupés à préparer… la fête?

Ils sont très intéressés par la nouvelle, d'autant plus qu'elle est nue.

Il y en a qui demande à K, "On peut  l'essayer??"

"Demain, elles seront toutes à vous," répond K, "et elles seront propres!"

Oooh??? Demain, on sera propres??? Franchement, ce ne sera pas du luxe… 

 

Il  y a un peu une ambiance de fin d'année scolaire dans le fort.

Maintenant ce qu'on nous réserve??? 

K nous laisse un moment dans la chambre, on chuchote… On regarde nos marques. Carolina et les filles, me demandent ce qui va se passer à mon avis, "On va se faire baiser par les soldats."

"On ne sera plus bâttue???", demande Caro

"…euh… pas forcément…"

K… revient, on éteint…

 

Le lendemain matin, on se lave.  Mmmmmhhh… ça fait du bien, même si c'est dans la cour, même si c'est avec un tuyau d'arrosages, même si les soldats se rincent l'œil!

Les détenues Arabes et Blacks se joignent à nous.

On se savonne l'une l'autre, on se fait mousser, on se marre, pour une fois.

K laisse faire…

Les marques de sa badine sont bien atténuées.

Après s'être lavé, épilation, maquillage… On se coiffe autrement qu'en queue de cheval.

On n'est pas mal… Non, belles! Et même pour certaines, très belles.

Quand on est prêtes, on retourne dans la cour.

À quelle sauce va-t-on être mangées??

Il y a du monde aujourd'hui, des hommes bien habillés, accompagnés souvent de jolies filles. Pas leurs épouses, plutôt le genre escorte internationale, le rêve pour les prisonnières que nous sommes.

K nous dirige avec les détenues Arabes et Blacks vers le centre de la grande cour où il y a des longues barres parallèles soutenues par des piquets. La barre la plus haute est à 50 cm du sol et la plus basse à 20.

Le tout sur une estrade longue et étroite à une cinquantaine de cm du sol.

On doit toutes monter sur l'estrade et se mettre à genoux. Des soldats viennent nous attacher la cheville à celle de la fille d'à côté à l'aide de liens en plastique.  Ensuite, on doit s'appuyer sur la première barre, de façon à l'avoir entre le nombril et le pubis. Nos poignets sont alors attachés à la barre la plus basse.

Seuls nos genoux sont au bord de l'estrade, nos mollets et nos pieds sont dans le vide.

Bref, on est attachées l'une à l'autre, les fesses en l'air et les jambes écartées. C'est à la fois inconfortable et indécent, mais ça, c'est un détail.

Quelques Messieurs viennent nous caresser les fesses…mais c'est tout. Bon, ok, ils n'ont manifestement pas l'intention de nous baiser.

Sans doute, n'ont-ils pas envie de mettre leur précieux engin dans le cul de détenues qui se font baiser par tout le monde? Ils viennent pour le spectacle.

On entend le commandant dire, "Vous pouvez y aller, les gars!"

Les soldats se précipitent! Ils sont moins délicats, eux. J'en ai instantanément un devant et un derrière. Je veux dire,  "Dou… Ouaille!!!", mais, mon "doucement" se termine dans un cri parce qu'on m'a enfoncé une bite dans le cul, d'un coup et à fond. De toute façon comme celui de devant m'a mis son sexe dans la bouche, ça gêne l'élocution.

Je suis "bouchée" : une bite dans le cul, une dans la bouche.

C'est la journée portes ouvertes et nous aussi on est portes ouvertes. La citadelle mia est complètement investie!! D'accord, elle n'était pas imprenable. C'est le genre "entrez, surtout sans frapper", "welcome stranger", "passez par-devant ou par-derrière…"

Bon, qu'est-ce que vous voulez une grosse bite qui va et vient dans mon cul, la chair est faible, surtout la mienne, alors, ça m'excite et… je participe. Celui de derrière me tient fermement par les hanches, ses couilles claquent sur le haut de mes cuisses, celui de devant me tient par les oreilles!

À côté de moi, il y a des filles qui gémissent et crient mais pas de plaisir. Toutes n'ont pas un cul aussi accueillant que le mien.

Celui de derrière jouit! Il me donne une bonne claque sur les fesses et dit,  "Au suivant!"

Comme si ça lui était adressé, celui qui est dans ma bouche jouit aussi, je recrache tout en douce.

Deux autres viennent les remplacer. Puis, il y en a d'autres, puis encore ... Là, ça devient pénible…

Heureusement, au bout d'un moment, ils ont tous déchargé une ou deux fois dans nos bouches et nos culs, plus rarement dans la chatte. Les plus vaillants baisent deux filles différentes.

Ok maintenant, on nous détache, s'il vous plait??

Non, des soldats prennent les tuyaux d'arrosages et nous arrosent copieusement.

Je me dis, si on nous lave ce n'est pas fini.

Effectivement, on entend une clameur, genre, "ouaauauauaooouuuuuu!!!", et les prisonniers arrivent à leur tour.

Je sens de grosses mains qui m'empoignent et puis "ouch!!" un sexe plonge dans mon cul, un autre dans ma bouche.

Il y a des filles qui crient, dans le registre aigu!! Ils nous baisent comme des brutes, bon, logique. Les miens font ça à toute vitesse, comme des… chiens, mais en plus brutal. Aaah, comme mes amis à quatre pattes et à deux queues me manquent, ils étaient gentils et doux, eux… Ils m'auraient protégée, eux…  

J'ai bien une demi-douzaine de détenus qui se relaient et me pénètrent tous les orifices.

Quand ils ont fini, les soldats leur font regagner leurs cellules…

On se dit, "ENFIN!"

 

NON!! Un soldat ouvre une des portes du fort et toute une populace qui attendait dehors se précipite.  Ils ont dû donner le mot aux traîne-savates, racailles, clochards de la ville et journaliers de la campagne.

mia49b.jpg

 

Plusieurs filles refusent d'ouvrir la bouche en voyant et surtout en sentant les sexes sortis de pantalons rapiécés. Heureusement que les hommes de la région sont circoncis. Même moi, qui ai "voyagé", je pince les ailes de mon nez délicat!

Et puis comme par magie on ouvre la bouche : Mohamed vient de faire claquer son fouet! 

"Enculez les, les gars", dit-il,"Faites vous sucer et après pisser sur ses salopes!!"

Il a du succès, les gars qui nous tendent des bites cradingues l'acclament, les spectateurs applaudissent.

mia49a-copie-1.jpg

 

Ça plait à tout le monde! Après avoir sucé et recraché, on se fait pisser dessus.

Le mien me pince le nez. C'est pas boooon!!  On a de la pisse plein le visage, les cheveux… Et dire qu'on s'est lavées, parfumées, déodorisées!!

 

Quand leurs couilles et leurs vessies sont vides. Ils repartent en remerciant le commandant au passage. Vachement sociaux, les chefs du fort ou alors il y a une raison.

La nuit tombe, tout le monde s'en va.

Franchement, j'aimais pas l'école quand j'y étais, mais au moins là personne ne me pissait sur le visage!!

On rentre dans la chambre, épuisées.

Je m'endors tout de suite.

Au milieu de la nuit, on est réveillées en sursaut! Sans doute, un violent orage.

 

À suivre.

 

Un tout grand merci à Bruce Morgan pour les super dessins.

pub pur erog

 

Par miasansdessous - Publié dans : BDSM - Communauté : blog sexe des amis
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Septembre 2017
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  
<< < > >>
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés