Vendredi 22 mars 2013 5 22 /03 /Mars /2013 10:30

jenpotager_137.jpg

 

 

7 h du matin, le réveil sonne.

J'ai dormi, collée à Hassan. Il me donne un baiser et dit, "Va vite à la cuisine, Fatima, te dira ce qu'il faut faire."

"Je peux me laver, en vitesse?"

"Après! Grouille!"

Bon… Je n'ai toujours pour tout vêtement que les fers et le collier.

Je descends et toque à la porte de la cuisine. J'attends le "entrez", j'entre et dis, "Bonjour Madame".

"Il est 7 h 10'", me dit la grosse cuisinière, "Tu dois être ici à 7 h pile."

"Je viendrai plus tôt, Madame. Pourrais-je avoir un peu de café et quelque chose à manger, s'il vous plait?"

"La Princesse te donnera… ou pas."

Sympa!!

Elle s'active…

Hassan arrive. Je me lève pour l'embrasser, bien qu'on ait passé la nuit ensemble. Il s'est lavé, lui.

"Vous sentez bon, Monsieur."

"Toi aussi."

La cuisinière rigole… "Ça manquait dans la maison, des amoureux!"

Elle sert à Hassan, des pâtisseries pleines de miel et du thé à la menthe.

Je salive en le regardant manger.

"Elle te donnera", me dit-il.

"Ou pas", répète la cuisinière.

La sonnette provenant de la chambre de la princesse retentit.

Fatima me donne ses instructions, "Tu ouvres la porte de la chambre, tu déposes le plateau sur la table et tu attends. Vas-y et ne traîne pas."

Il y a plein de croissants sur le plateau! Mmmhhh… ça sent bon!

J'ouvre la porte de la chambre, il fait clair… La Princesse est couchée sur le ventre, un rayon de soleil dore son corps nu, c'est joli… Elle est mince, avec des fesses rondes… comme moi…

Je dépose le plateau et je me mets à genoux, poignets croisés sur les reins… Autant mettre toutes les chances de mon côté de recevoir un peu de nourriture.

La princesse s'étire… se redresse, me regarde, "Tiens, c'est vrai, c'est toi!".

"Bonjour, Maîtresse."

Je regarde ses seins, ils sont menus avec des bouts très foncés…

Son pubis est épilé et entre ses cuisses brunes un peu écartées, je vois son sexe rose.

Elle s'assied dans son lit, "Apporte-moi le plateau."

Elle se verse du café. Mange un croissant, puis un autre.

"Tu as faim?"

"Oui, Maîtresse."

"J'aime manger devant une esclave qui a faim! Tu crois que je te donnerai quelque chose?"

"Je ne sais pas, Maîtresse, vous êtes imprévisible."

Elle sourit, "Jolie réponse et imprévisible… plus que tu ne crois."

Elle jette un bout de croissant par terre. Je ne bouge pas. Elle me fait un petit signe de tête, je me mets à quatre pattes pour le manger, sans les mains. Ça lui plait. Elle m'en jette encore. J'attends chaque fois son signe et je mange à même le sol…

"Ça va, tu as bien mangé?"

"Oui Maîtresse, je vous remercie."

Elle me tend sa tasse à moitié pleine… je bois, mmmhh, c'est bon… Elle se lève… s'étire, je suis toujours à genoux, elle s'approche de moi, mon nez est contre son sexe, son odeur est… musquée, j'aime bien…

Elle va dans la salle de bains attenante à la chambre.

J'entends des bruits divers, pas très glamours. Je devine la suite, ce sera entre ma langue et son cul. "

Elle appelle, "mia."

"Oui Maîtresse." Je vais dans la salle de bains.

Elle est penchée sur la cuvette des WC, "Nettoie!"

Je me mets à genoux derrière elle et... lèche!

Il y a plus glorieux comme besogne…  

Quand c'est fait, elle se retourne et dit, "C'est agréable à faire??"

"… euh… non, Maîtresse."

"Ça, tu vois, je n'ai pas envie d'essayer!"

Ah, non! ça ne m'étonne pas. Elle est bien un peu dérangée, mais pas prête à faire cette chose dégoûtante!

 

Elle dit, "Tu vas me lécher la chatte, ça m'excite d'imaginer que je tu lèche mon cul sale!"

Elle retourne dans la chambre et se couche sur le bord du lit, les jambes bien écartées.

"Je dois me laver la bouche, Maîtresse? Je viens de lécher... euh… votre... "

Je l'énerve! "Quand je dis lèche, tu lèches, sans commentaire."

"Oui, Maîtresse…"

Elle a l'air très clean comme ça, mais sa chatte l'est beaucoup moins…

Un look de princesse, une chatte de fille des rues ou de hippie…

Je vais la connaître "intimement". L'odeur de sueur des aines, celle acidulée autour du clito et du méat, l'odeur marine vers son vagin…

Il y a quelques amas de sécrétions, le long de ses grandes lèvres. J'ai son goût sur le bout de la langue.

"Mets-toi en 69!", dit elle.

Je ne vais pas discuter. Je ne suis pas lavée non plus, mais elle veut mon cul sur son visage... tiens, le voilà! Je l'enjambe et me place sur son visage, ma chatte contre sa bouche et son nez dans mon cul.

"Une princesse m'a léché le cul", ça ferait un chouette titre pour un hebdo people!

Ce n'est pas le premier minou qu'elle a sous la langue, elle sait y faire! Elle lèche mon clito, le suce, le mordille. Je lui fais la même chose

Au bout d'un moment, on jouit, presque ensemble sur le visage l'une de l'autre.

Elle me donne une claque sur les fesses, "Bouge!"

Je me remets à genoux.

"Ça t'a plu?", me demande-t-elle.

"Oh oui, beaucoup… vous sentez bon…"

Elle rit, "Tu sais qu'on se ressemble?"

Oui, on se ressemble, enfin, autant qu'une princesse puisse ressembler à une esclave!

Elle met son visage contre le mien, me renifle, m'embrasse. Puis elle me congédie,  "Retourne à la cuisine et dit à Hassan de t'enlever ce collier et ces fers, c'est désagréable."

Je n'en crois pas mes oreilles! Surtout, pas de commentaires! Je me lève et je dis, "Oui, Maîtresse."

Enlever ces fers et ce collier… j'en rêve. Pourvu que ce soit vrai!

Je prends le plateau du petit déjeuner et je descends à la cuisine. Hassan est toujours là. "Ça a été?", me demande-t-il.

"Super! La princesse demande que tu m'enlèves les fers et le collier."

"Oui, je sais, elle m'a dit qu'elle n'aimait pas ça."

Il va chercher un genre de commande à distance, l'actionne et tous les fers s'ouvrent! Oooh!! Quel soulagement!! Je me sens toute légère. Je frotte les endroits où les fers ont laissé des marques rouges.

"Merci, mon chéri,". Je suis ravie et je l'embrasse.

"Tu sens la Princesse", me dit-il en souriant.

"Et elle, elle sent mia."

"Je m'en doute, je la connais. Maintenant tu peux aller te laver et il y a des vêtements pour toi sur le lit."

Me laver!! C'est pas que je sois maniaque, mais je sens… comment dire, la fille qui a eu très, très chaud… Et puis me laver les dents, j'en ai vraiment envie.

Je me lave et mets des vêtements… Une culotte! Une jupe bleu foncé et un chemisier blanc. Et des mocassins, bleus, aussi.

"Tu es belle comme tout, en secrétaire.", me dit Hassan

"Merci, mon chéri…"

"Va chez la Princesse."

Je l'attends dans une des pièces du bas.

Je dois taper quelques lettres. 

Il y a une machine à écrire dans un coin et heureusement, je ne m'en sors pas trop mal... à deux doigts.

 

L'après-midi, je suis sous les ordres de la cuisinière.

Je dois avouer que je suis un peu euphorique. Plus de fers! Hassan la nuit, la princesse qui me plait, sauf de devoir faire le papier cul!! Mais ça peut changer! 

La cuisinière a intérêt à me ménager, vu les alliés que je me suis faits dans la maison.

C'est rare que je sois sûre de moi, mais là, je le suis.

*** *** ***

Et puis, la Voix essaye de me prévenir :

*** Gaffe mia, quand tu es sûre de toi, il y a souvent une couille dans le potage!

- Mais, comment, tu parles, toi! Bon, je vais quand même faire gaffe! 

*** *** ***  

Fatima commence par me dire, "Déshabille-toi, tu ne vas pas nettoyer avec ces vêtements-là."

Logique.

Elle va chercher dans un placard, un vieux tee-shirt dégoûtant qui a servi à cirer des chaussures!  Pffffff!! ça ne me plait pas du tout, mais passons…

Elle me dit ce qu'il y a à faire, "La vaisselle, laver le sol… et aussi la lessive!"

Re... pfffffff!! 

J'enfile le tee-shirt maculé de traces de cirage, il m'arrive juste en dessous du nombril. C'est mini comme vêtement pour travailler!

Je commence la vaisselle, quand arrive un homme avec des légumes. Ils se connaissent bien Fatima et lui. Il a une cinquantaine d'années et porte une djellaba. C'est un paysan qui vient régulièrement apporter des fruits et des légumes.

"Ah! La petite nouvelle…", dit-il, "Bonjour."

"Bonjour, Monsieur."

Il a l'air très intéressé, surtout de la façon dont je suis vêtue.

"Elle a un beau cul!", dit l'homme.

"Ouais", dit Fatima, "Tu n'es pas le seul à la trouver à ton goût."

Il s'installe à table. Fatima lui sert du thé et ils discutent. Il lorgne mes fesses.

Petite particularité de la maison : on ignore qu'on est au XXe siècle, il n'y a ni  lave vaisselle, ni machine à laver.

Je fais la vaisselle… mollement, j'avoue. J'ai la tête ailleurs, je rêve d'évasion… De m'enfuir avec Hassan et de me balader sur une plage avec lui. Maintenant que je n'ai plus les fers…

Fatima ne fait pas attention à moi.

Après une bonne heure de corvées, je termine de nettoyer nonchalamment le sol et je dis, "Voilà, j'ai terminé, Madame."

"Tu as fait vite, très vite! On va voir si c'est bien fait."

Elle prend une assiette et passe le doigt dessus, "C'est encore gras et il y a des traces là et là."

"Oui, mais…"

"Oui mais, rien! Et le sol…", elle me montre différents endroits où je n'ai pas nettoyé, comme sous les meubles. Comme, si on nettoyait sous les meubles!!

*** *** ***

*** Je te l'avais dit, stupide!!!

*** *** ***

Fatima prend le paysan à témoin, "Qu'est-ce que tu en penses, Ahmed?"

"Je pense qu'elle se fout du monde!"

"Tu as raison, il lui faut une bonne leçon, non???"

 Aïe!, la couille dans le potage!!!

"Madame, je vais tout recommencer et je ferai attention!!"

"Ah, oui je suis sûre que tu feras attention!"

Elle prend dans un tiroir une grosse cuiller en bois. Aie, aie, aie!!

Elle la pose sur la table, devant moi.

"Avant ça", me dit-elle, "Je vais te faire goûter une spécialité de la région."

Ahmed a un grand sourire auquel, il manque deux dents de devant. Il sait de quoi il s'agit.

Oh que je déteste la tournure que ça prend!! Je regarde, affolée, vers la porte, je vais aller me réfugier chez Hassan!! 

"Tiens-la!!", dit Fatima.

Il m'attrape par un bras et m'assied fermement sur ses genoux.

Fatima prend un gros tube d'harissa et remplit une cuiller.

"Voilà, ça te fera réfléchir."

"Oh non, Madame, je vous jure, ça n'arrivera plus."

C'est vrai, quoi, merde! En plus, je n'aime pas ce qui est épicé!!

"Je crie NON! Je ne veux pas!! Je le dirai à…"

Je n'ai pas le temps de continuer, Ahmed me maintient contre lui et tire mes cheveux en arrière. Fatima pince mon nez et quand j'ouvre la bouche pour respirer, elle force mes dents et introduit la cuiller…

"Aaaaaiiiiihhhh!!!", ça me brûle la langue et le palais. J'essaie de cracher, mais elle me met la main sur la bouche. Il faut que j'avale ça, vite, mais je m'étrangle à moitié, je tousse et il y a un peu d'harissa qui me ressort par le nez, quelle horreur!!!

"Comme tu n'as pas été sage," dit Fatima, "Ce n'est pas fini."

À Ahmed, "Couche là sur tes genoux." Il me manipule, comme si j'étais une poupée et me couche à plat ventre sur ses cuisses. D'une main, il me maintient plaquée contre lui et de l'autre, il écarte mes fesses.

Fatima enduit son doigt d'harissa

Je gueule, "Noooooonnnn!!!!", quand elle enfonce son doigt plein d'harissa dans mon cul!! 

Ouch!!! Mon anus fait connaissance avec le feu du piment!

Je me débats, mais il a une force de… paysan!

Je vois Fatima qui prend la grosse cuiller en bois. Elle la lève bien haut et la partie plate vient s'abattre en plein milieu de ma fesse. "Aaaaiiiieii!!!".

Elle me donne une dizaine de coups de cuiller sur les fesses...

Je crie tout ce que je peux, "Aaaaiiii!!!! Pitiééééé!!!"

Enfin, elle s'arrête, "Voilà pour la petite leçon", dit-elle.  

Ahmed me remet debout. Bouuuuhhhh… je pleure… La bouche l'anus et les fesses en feu, ça fait beaucoup!! 

"Ce sera comme ça chaque fois que tu bâcleras le travail que je te donne. Maintenant, tu vas recommencer la vaisselle et le nettoyage!"

"Vvvoouiiii, Madame."

L'anus, c'est le pire, c'est comme si j'avais le feu pas au cul, mais dans le cul!!

"Attends Fatima…", Ahmed se met debout et soulève sa djellaba. Il a un gros sexe en érection. Je le sentais, quand j'étais sur lui.

Fatima rit, "Elle a peut-être encore de l'Harissa dans la bouche…"

"M'en fous, j'ai trop envie."

Elle me montre, le sexe, "Allez!!"

Je me mets à genoux, entre ses cuisses. Il rabat la djellaba sur ma tête.

 

bmmmsans-titre.jpg

 

Je suis dans le noir et il sent fort… la sueur, la pisse! Bèrke!!

D'accord, j'ai fait la conne. D'accord je paye, mais là, l'addition est salée!! Je prends le gland en bouche. Il est tout mouillé, je le lèche et le suce avec application. Oh non!! Je ne vais plus bâcler mon travail!!

Heureusement, il est terriblement excité et, rapidement, je sens son sexe se gonfler. Ses mains me maintiennent la tête sous la djellaba et du sperme chaud me remplit la bouche! Il doit y avoir des semaines qu'il n'a pas joui, car il décharge des quantités de sperme!! Je n'aime pas ça du tout, sauf quand je suis amoureuse, mais comparé à l'Harissa, le sperme, c'est comme une bière fraîche quand on est assoiffé!!

Quand, j'ai tout avalé, il relève sa djellaba et me caresse la joue, "Là, elle a bien fait son boulot!"

"Merci, Monsieur."

Je lève les yeux vers Fatima.

"Tu as compris la leçon?", dit-elle

"Oh oui, Madame."

La cuisine épicée, plus jamais!! Pour tout dire, j'en ai plein le cul et ce n'est pas qu'une image!

 

A suivre 

 

 

Un tout grand merci à Bruce Morgan pour le super dessin.

     pub pur erog

 

 

Par miasansdessous - Publié dans : BDSM - Communauté : LesMeilleursBlogsdeSexe
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Septembre 2017
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  
<< < > >>
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés