Vendredi 19 avril 2013 5 19 /04 /Avr /2013 09:34

Hassan me dit, "Je sors ce soir."

J'attends la suite… il n'y en a pas.

Il pourrait me dire, "Je dois faire un truc pour la Princesse." Ce serait normal.

Ah si, il précise, "Je rentrerai tard."

C'est tout!

C'est pas que je sois jalouse…

 

*** Quoi???

 

Bon, bon, je suis jalouse! Pour tout dire, je suis à la fois, infidèle et jalouse! D'un autre côté, je n'ai jamais dit que je n'avais que des qualités, hein??

Le fait qu'il ne me dise rien de plus, me fait supposer qu'il va rejoindre une fille. Pourquoi tout de suite penser à ça?? Parce que… je suis jalouse…

En plus, je ne peux pas trop le montrer, car Hassan est gentil avec moi, mais il a des limites et… des grandes mains. C'est très agréable quand il me caresse, ça ne l'est pas du tout quand il m'envoie une bonne claque sur les fesses.

Alors plutôt que de râler, je fais la victime, genre, "pôv'mia séduite et abandonnée…". Elle restera seule à pleurer dans le grand lit...

Il n'aime pas que je fasse la victime. Alors, il me prend par une oreille, déjà pas sympa comme geste, et me dit les yeux dans les yeux, "Je dois sortir, mia! Ne joue pas les victimes, sinon tu vas avoir une bonne raison de le faire."

OK, message reçu! "Aïe, mon oreille!! C'est parce que, j'aime m'endormir contre toi. Je suis un peu triste, c'est tout!"

Il me lâche l'oreille, ouf! et me dit "D'accord, mais n'en fait pas des tonnes, comme d'habitude."

Je lui dis fermement, "Maintenant tu vas me dire où tu vas et quelle pute, tu vas rejoindre!!"

Non, je rigole, je ne demande rien du tout.

 

Je me couche seule. Seule avec mon médius. C'est est un bon consolateur, mais, bon il n'arrive plus à me surprendre!

J'ai fini depuis un bon moment de cajoler ma chatte, quand il revient.

Il se déshabille et vient se coucher derrière moi, en cuiller, vous voyez? Il  m'embrasse dans le cou, puis prend ma main et… renifle mes doigts. Oops!! Et l'intimité??

"Tu t'es consolée toute seule, on dirait?".

Je deviens toute rouge, heureusement, ça ne se voit pas dans le noir.

Et puis son sexe vient trouver sa place au plus profond de moi.

Je ne veux pas faire de peine à mon médius, qui me fait souvent plaisir et ne m'engueule jamais, mais une bite, on croirait vraiment que c'est fait pour ça!

 

jenpotager_255.jpg

 

Le lendemain, tout se passe comme d'habitude. Pourtant, je sens qu'il va se passer quelque chose… 

C'est à 2 h de l'après midi, quand j'arrive dans la cuisine qu'on passe doucement dans une autre dimension.

Je demande à Fatima, "Je commence la vaisselle, Madame, ou on fait la sieste?".

Oui bon, on a l'habitude de faire une petite sieste, ça rend les rapports avec elle plus agréable.

"Change-toi et assied-toi… on attend quelqu'un…".

Aaah?? Sans doute les deux paysans de la dernière fois. Il y a un qui connaît le mode d'emploi. Ça m'excite et ça me rend honteuse à la fois.  

Bah, comme disait ma grand'mère, "Un petit moment de honte est vite passé."

Je quitte mes vêtements de secrétaire et enfile le tee-shirt, toujours le même!

Ce n'est pas que mon odeur de transpiration me dérange, mais je n'aime pas qu'Hassan me voit avec un truc aussi crade.

Je m'assois. On attend.

Un homme arrive, avec des denrées variées.

Je me lève et je dis, "Bonjour…". Il me regarde, je dis vite, "Bonjour, Maître!"

Oui, bon, c'est comme ça, c'est le paysan qui a la manière. Il s'appelle Majid.

Il n'est pas jeune, pas beau, mais… comment dire… énergique! Il a des cheveux gris en broussaille et des rides très marquées comme souvent les gens qui travaillent à l'extérieur.

Il embrasse Fatima et me dit, "Il a tardé le bonjour Maître."

Je me mets à genoux, "Pardon Maître… je... j'ai..."

Il me coupe, "On s'occupera de toi tout à l'heure, on attend quelqu'un!"

Encore?!?

On toque timidement.

C'est la Princesse… nue!!

Fatima lui dit, "Et alors Djamilla? 2 h c'est 2 h, pas 2 h 5'"

"Pardon, Maîtresse", dit la Princesse.

Moi je fais des yeux comme des soucoupes!!

"C'est vrai ça," dit Majid, "Où as-tu as été élevée? Dans une étable??"

"Pardon, Maître.", dit la Princesse.

 

Alors, je suis qui et ici c'est où??? Je suis peut être mia… lice, je vais voir passer le chapelier fou… ou le sourire du chat de Cheshire!!

Fatima me dit, "File-lui ton tee-shirt."

Je l'enlève et lui donne.

Fatima, m'en tend un autre, tout aussi court, mais propre.

"Allez au travail les pouffiasses", dit Fatima. Majid se marre...

Pouffiasses!! Bon, moi à la limite, mais la Princesse!

Bon, les pouffiasses font la vaisselle.

Fatima et le paysan boivent du thé et mangent des pâtisseries…

Et puis Djamilla fait un faux mouvement et fait tomber une assiette.

Il fallait un prétexte, il y en aurait eu un de toute façon!

Colère de Fatima qui l'engueule, "Espèce d'idiote tu ne peux pas faire attention??"

"Pardon, Maîtresse."

"Va chercher la cuiller, maladroite!!"

Djamilla va chercher la cuiller en bois qui pend à un clou et la tend à Fatima.

"Ta main! Doigts réunis".

Elle frappe le bout des doigts avec le plat de la cuiller. Ouch!! On m'a déjà fait ça et ça fait vachement mal.

Cinq coups sur la droite, cinq coups sur la gauche. Sur les mains de la Princesse!!!

Djamilla, toute dure quelle soit a les yeux pleins de larmes. Quand c'est fini, elle secoue les mains, le bout des doigts tout rouge.

Fatima se met à crier, "Non, mais qu'est ce que c'est ces manières, quand je daigne te punir, tu dois te mettre à genoux et me remercier, au lieu de secouer bêtement tes mains."

Djamilla se met rapidement à genoux et dit, "Pardon Maîtresse et merci de m'avoir punie."

"C'est trop tard!", dit Fatima, "Je vais te donner une bonne fessée, ça t'apprendra la politesse. Ce n'est pas la première que tu reçois, tu sais comment faire ou tu es encore plus stupide que tu en as l'air?"

Djamilla se dépêche  de se coucher sur les genoux de Fatima, comme une vulgaire   mia!

"Tu n'emploies pas la cuiller?", demande majid.

"Non, elles ont une soirée ce soir."

Oh putain!! On a une soirée?? Qu'est ce que ça va être ? Pourvu que ce soit elle, qui continue à tout prendre.

Djamilla est juste vêtue de son... de mon tee-shirt. Elle prend bien la position, les fesses surélevées, les mains à plat sur le sol.

Elle est super excitante comme ça. La position accentue sa cambrure et ses fesses sont mises en valeur. Fatima les caresse. "Prête à payer pour ta maladresse?"

"Oui, Maîtresse."

Fatima lève la main bien haut et l'abat sur les deux fesses. Je connais la force des claques de Fatima et je ne sais que trop bien l'effet que ça fait, mais je n'ai pas souvent l'occasion de voir comment ça se passe. Alors, je suis très intéressée, surtout que les fesses de Djamilla, sont des cibles idéales. Bien sur, elle ne crie pas, ne supplie pas comme moi! C'est à peine si elle pousse un gémissement chaque fois que la main de Fatima aplatit ses fesses avec force.

Par contre elle ne peut empêcher ses fesses de parler pour elle… si je  puis dire!

Sous les gifles bien appliquées, son joli cul danse! Il s'ouvre et se ferme tour à tour. Quand la main de Fatima est en l'air, ses fesses montent comme au devant du coup, puis s'abaisse ensuite sous l'impact. Ses fesses rougissent rapidement. Il y même des marques plus foncées laissées par le bout des gros doigts de Fatima.

Cette danse des fesses, c'est... troublant, surtout à la pensée du nombre de fois où mon cul s'est donné comme ça, en spectacle.

Après une vingtaine de solides claques, Fatima, s'arrête,

"Regarde," dit Majid, "son derrière fume!"

C'est vrai, une légère buée monte de ses fesses. Elles sont agitées de soubresauts.

"Tu t'arrêtes, déjà?", demande Majid.

"Non, je me repose un peu", dit Fatima.

Djamilla fait la grimace et ses fesses se serrent, "Pitié, Maîtresse." Là, elle supplie.

Majid intervient, "J'ai envie de me faire sucer par ces petites putes, toi pas?"

Fatima réfléchi, "Je ne sais  pas si la leçon est suffisante..."

Elle donne une bonne claque sur les fesses de Djamila qui pousse un cri, "Qu'est ce que tu en penses??"

"Je serai sage et obéissante et... plus jamais maladroite...". On dirait moi!

"Bon... remercie, maintenant!"

Djamilla descend des genoux de Fatima et s'agenouille devant elle. Elle prend la main qui l'a fessée et l'embrasse, "Merci Maîtresse."

 

Fatima et Majid se lèvent et on les suit dans la chambre.

Ils se déshabillent. Fatima, je vous lai déjà décrite. Majid lui est musclé, mais avec un gros ventre. Il est très poilu, des poils gris. Mais, il a la manière.

Djamilla et moi on enlève nos tee-shirts.

Eux et nous, c'est... les belles et les bêtes!

Fatima écarte ses grosses cuisses et montre sa chatte mouillée à Djamilla. "Lèche bien, sinon je prend la cuiller pour te réchauffer les fesses."

Sans hésitation, le joli visage disparaît entre les cuisses.

Fatima lui caresse la tête.

Majid et moi on regarde. Je pose la main sur les fesses de Djamilla, elles sont brûlantes.

Majid me dit, "Ça t'a plu de regarder ta copine recevoir une fessée?"

"Oui, Maître."

"Tu en veux une aussi??"

"Non, Maître, je veux vous servir."

Il rigole, "Bon, tu vas te coucher sur le dos. Je vais me mettre au dessus de toi et baiser ta bouche, comme si elle était un vagin, tu comprends?"

"Oui, Maître."

"Mets un oreiller sous la tête et ne bouge pas!"

Ile se met à 4 pattes au dessus de moi. D'une main il tient son sexe et frotte le gland tout mouillé sur mon visage. Il sent fort la... campagne. Quand il a bien "marqué son territoire", il enfonce son sexe dans ma bouche jusqu'à ce que j'ai le nez dans ses poils. Puis il le ressort presque complètement et l'enfonce à nouveau.  Il baise ma bouche lentement à grands coups de reins.

Au bout d'un moment, il se retire et me demande, "Tu es quoi?"

"Un vagin... euh... à votre disposition, Maître."

"Tu te rends compte de l'honneur que je te fais de daigner mettre ma bite dans ta bouche pas très propre??"

Ouch!! Il a les mots qui font mouche!! "Oui, Maître."

"Tout à l'heure, je pisserai peut être dedans, ça te plairait??"

"Oui,  Maître!"

"Maintenant, je vais baiser ta copine au cul rouge. Bouge!"

Djamila, qui sait lécher une chatte, a déjà fait jouir Fatima et toutes les deux nous regardent.

Majid montre du doigt, l'oreiller que je viens de quitter à Djamilla.

Elle se couche et Majid se met au-dessus de sa bouche ouverte.

Je regarde, le gros sexe s'enfoncer entre les lèvres délicates de Djamilla. Elle a fermé les yeux et semble apprécier!

Il prend son temps, Majid. C'est un paysan, mais pour le sexe, c'est un seigneur. Après avoir longuement baisé la bouche, il se retire et nous dit,  "Maintenant, vous allez me sucer toutes les deux, petites putes. Mettez vous à genoux devant moi."

Il me donne une claque sur les fesses, "Vite!"

"Aïïe!! Oui, Maître!"

On se met, a genoux entre ses cuisses, joue contre joue.

Il plonge son sexe dans la bouche  de l'une, puis dans la bouche de l'autre.

Djamila et moi on mélange notre salive.

Au bout d'un moment, il pousse un grognement et dit, "Je vais vous arroser!!".  Il branle son sexe en frottant le gland sur nos lèvres et des saccades de foutre tiède viennent s'étaler sur nos visages et dans nos bouches.

Quand il a fait sortir la dernière goutte en pressant son sexe, il dit, "Léchez -ous!".

On s'embrasse et on lèche le sperme qu'on a sur le visage.

 

Il se rhabille. Nous, on attend, toujours à genoux.

Il dit quelque chose en Berbère à Fatima.

Elle rigole

"On va dehors", nous dit-il.

On les suit.

"A genoux!!",  nous dit il, "Je crois que j'ai oublié quelque chose, non, mia??"

"De faire pipi, Maître."

"Ah  oui, c'est ça. Après avoir servi de vagins vous allez me servir de chiotte, ça vous plait??"

On dit toutes les deux, "Oui, Maître."

On ouvre la bouche.

 

img049.jpg

 

Il secoue un peu son sexe puis pisse dans nos bouches. Un jet dru bien jaune, sentant... la pisse! On avale un peu et on laisse couler le reste sur nous. La pisse, même d'un Maître, c'est pas très bon!

On est toutes mouillées.

Quand il a fini, il dit, "A toi Fatima", et à nous "Couchées! Sur le dos!"

On se couche. Fatima s'accroupit au dessus de nos visages.

 

img050-copie-1.jpg

 

Elle fait quelque bruits en poussant! Ça les fait rire! Sa chatte s'entr'ouvre et elle nous arrose d'un jet vigoureux. Quand c'est finit elle vient poser sa chatte contre les lèvres de Djamilla, qui a déjà sortit sa langue rose et lèche les dernières gouttes.

 

Dire qu'on est fraîches et séduisantes, ce serait mentir.

Mais Djamilla, ma nouvelle copine (!) cesse le jeu! Tout le monde le comprend bien!

Elle me dit, "Viens on va plonger dans la piscine!"

Chouette!!

 

A suivre

 

Un tout grand merci à Bruce Morgan pour les super dessins.

      pub pur erog 

Par miasansdessous - Publié dans : BDSM - Communauté : LesMeilleursBlogsdeSexe
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Septembre 2017
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  
<< < > >>
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés