Vendredi 10 mai 2013 5 10 /05 /Mai /2013 10:00

jen042DSC_0044-copie-1.jpg 

 

"Il ne faudrait pas oublier l'autre.", dit Faiza.

L'autre, c'est Djamilla.

"Oui, ce ne serait pas juste."

"À moins que..."

Je sais déjà que Djamilla va y avoir droit. Elles jouent simplement.

Olivia essaye de jouer son rôle de maîtresse le mieux possible. Elle dit à Djamilla, "Toi! Aux pieds!! Et pas en marchant, à genoux, stupide!"

Djamilla va jusqu'à elle et met la tête sur ses pieds nus. Olivia lui dit, "Tu ne penses pas que tu dois être punie??"

"Je n'ai pas bougé, Maîtresse."

"C'est vrai, mais est ce qu'il faut une raison pour punir une esclave?"

"Non, Maîtresse."

Comme prévu Djamilla subit le même traitement que moi. J'entends le sifflement de la badine, le coup sur la plante du pied, les gémissements...

Je ferme les yeux, je pense à mon plan...

"Retourne à ta place!", dit Olivia.

On est à nouveau deux à genoux, immobiles.

Faiza, Olivia et Farès le chauffeur, discutent...

Je m'en fous de ce qu'ils disent, parce que...

Faiza interrompt ma rêverie qui s'adresse sèchement à Olivia, "J'ai changé d'avis, retourne t'agenouiller."

Olivia gémit, "J'ai fait quelques chose de mal, Maîtresse?"

"T'es une pleurnicheuse, va te mettre avec les autres."

Ça, ça ne doit pas être marrant! Elle qui espérait  sûrement une soirée avec ceux qui tiennent le manche du fouet!

Elle n'apprécie pas le piquant de la situation!

Elle vient se mettre à genoux à côté de nous.

 

Faiza s'étire, se lève et dit à Farès, "Occupe-toi des filles. Tu veilles à ce qu'elles s'apprêtent, mais tu as le temps de t'amuser. Amuse-toi avec elle si tu as envie."

 

Farès nous regarde et dit, "Je ne sais pas ce que je vais faire avec vous..."

On ne bouge pas, mais on est suspendue à ses lèvres...

 

"Peut être vous fouetter un peu et vous laisser encore une demi-heure à genoux... ou alors...". Il fait une pause.

On ne peut pas s'empêcher de tourner la tête vers lui.

"... ou alors... on monte et on s'amuse... Qu'est-ce que vous préférez?"

On parle ensemble,"Oh oui Maître, on va s'amuser", "On va vous sucer", "On se pliera en quatre pour vous." (Ça,c'est de moi!)

Il attend un moment puis il lâche, "Venez ici."

On se précipite à ses pieds.

"Vous avez quelque chose d'excitant à me proposer?"

Djamilla répond avant nous, "Je vous sucerai avec Olivia, pendant que mia vous léchera le cul, c'est une championne pour ça!"

Eh! Oh! La garce! 

 

"D'accord, ce que propose Djamilla me plaît. Je vais vous montrer ce qui va arriver, si vous ne filez pas droit. Tends tes fesses, mia!"

Aïe! De nouveau, moi!

Je lui présente mes fesses, paf, je reçois une bonne claque "Aiiiee!! Merci Maître". Puis une autre... jusqu'à 10. Il tape... vigoureusement! Mes fesses deviennent brûlantes. Je compte les coups, je crie, je dis "pardon", je dis "merci". Quand il a fini, j'embrasse sa main et je lui souris à travers mes larmes.

Il me sourit aussi, "Tu as des fesses qui donnent envie de te fesser."

"Mes fesses sont à vous, Maître!"

Djamilla commente, "mia, fait sa pute!"

Farès lève la main, "Tu en veux une aussi?"

"Pardon, Maître, mais on a tellement envie d'être votre favorite."

Qui fait sa pute, maintenant?? Mais bon, je n'ai pas envie de nouvelles claques!

Et puis, on sait tous que ce jeu ne va continuer que si Djamilla le décide!

Farès se lève, "On y va".

Djamilla et Olivia se mettent à côté de lui. Moi, il m'indique de marcher devant. Ils rigolent de mes fesses toutes rouges.

 

Quand on est dans la chambre, Djamilla lui dit, "Avant de vous lécher, vous devriez demander à mia de vous faire son numéro de l'imprégnation et de la vache. C'est très... spécial!"

Je deviens toute rouge! Merde! C'est une... chose... très intime. Je n'ai fait ça, que deux fois avec Hassan, après avoir bu du vin de... Paga!  

Djamilla me dit, "Tu n'as peut-être pas envie de faire plaisir au Maître?"

"Peut-être, n'a-t-elle pas envie de jouer à ça, avec moi!", dit Farès.

"Oh si, Maître, vous me plaisez beaucoup."

Il me coince, "Plus que Hassan?"

J'esquive, "Autant, Maître..."

Il sourit, "Allez fais-moi le numéro de l'imprégnation."

Bon...

Alors Djamilla cesse de faire l'esclave, elle dit, "Attend, je vais appeler Faiza!"

Elle crie, "Faiza, viens voir!"

Evidemment, elle arrive.   

Je me couche sur le dos, les cuisses écartées, "Maître, je vous aime et j'ai envie de faire l'amour avec vous. Je suis toute mouillée et j'ai tellement envie de vous sentir en moi."

 

C'est vraiment gênant de dire ça, devant des spectateurs et la suite est... pire!

 

"Je vous en prie, embrassez-moi..."

Je tends les bras. Farès se couche sur moi et je l'embrasse avec passion. Nos langues se mêlent, nos salives se mélangent.

Quand il se retire de ma bouche, je dis, "Pénétrez-moi Maître."

Son gland est contre ma vulve... Il s'enfonce en moi... Mmmmmhhh, je gémis et pour une fois de plaisir. Je lève les jambes et croise les pieds sur ses reins pour qu'il pénètre au plus profond de moi.

 

"Oh Maître, c'est bon... je sens votre gland au fond de mon vagin. Il cogne contre le col de mon utérus. Je suis en pleine période d'ovulation, je vous en prie

imprégnez-moi! Fécondez-moi!"

Il me regarde avec de grands yeux.

Ça a cependant l'air de lui plaire et de l'exciter. Il me baise à grands coups de reins.

 

"Oooooh ouiiii!!! Arrosez-moi de votre semence. Qu'elle pénètre dans mon utérus. Un ovule est à votre disposition. Il attend le plus fort de vos spermatozoïdes. Fécondez moi, Maître. Je veux avoir un enfant de vous. Je veux avoir un ventre énorme, que vous montrerez à tous vos amis! Je veux accoucher de votre fils et puis avoir des seins gonflés de lait pour le nourrir. J'aurai tellement de lait que vous en vendrez. Je deviendrai comme une vache laitière!! Je serai obligée de produire des litres de lait tous les jours. Vous me ferez traire par un garçon de ferme brutal, qui me fouettera au moindre prétexte ou simplement pour distraire vos invités venus visiter votre étable.   J'aurai un collier avec une cloche autour du cou et une étiquette avec mon numéro dans l'oreille.   Vous m'accouplerez avec un bouc. Je serai obligée de sucer son sexe malodorant...  Il me montera, devant vos invités, mes mamelles pleines de lait se balanceront douloureusement sous ses coups de butoirs et... et... vous...  oooohhhhh...."  

C'est trop là!!! Son sexe se gonfle et son sperme m'inonde par saccades!!!

"Aaaaaahhh!!! Oui..."

On jouit ensemble.

 

img077.jpg

 

 

PPffuiiii... Il pousse un long soupir... et se retire. Je mets mon visage dans mes mains, c'est tellement... horriblement... gênant!!

Djamilla me dit, "Alors comme ça ton fantasme, c'est vache laitière??" Elle me caresse les nichons, "Ce ne serait pas plutôt hamster femelle laitière??"

Ils rigolent tous.  

Pour changer - oui!!!- je pleure dans mes mains. J'ai trop honte, la vache laitière, le bouc!!!

Farès me caresse la joue, "Dis donc, petit hamster, t'as une contraception au moins?"

Ça fait retomber la tension et un peu ma gêne. Je ris, un peu, avec eux.

J'essaie d'expliquer, "C'est dans l'action, que je..."

Djamilla me dit, "On s'en fout, mia! T'es une salope qui a envie de sucer un bouc, je vais essayer d'arranger ça!".

Je la regarde, elle se fout de moi??? Avec elle tout est possible!

Bah, des choses peuvent arriver d'ici à ce qu'elle le fasse!

On n'aura pas léché Farès, pour finir, mais toute gênée que je sois... ça m'a beaucoup plu de me faire... "imprégner" par lui!

 

Bon... euh, si on passait à des choses... moins gênantes?

D'ailleurs, Farès nous dit, "Z'allez préparer vous les petites putes!"

Faiza demande à la Princesse, "T'est quoi, maintenant."

Elle répond, "Une esclave, Maîtresse."

Facile pour certaines!

On se coiffe et on se maquille l'une l'autre. Khol et vert pour les yeux, rouge vif sur les lèvres. Discret!

Alors nos vêtements, une tunique fermée sur une seule épaule, qui laisse un sein à l'air. Comme les esclaves romaines. Au-dessus, on met une djellaba. On est pieds nus.

 

J'ai mille questions à poser comme quand j'étais petite, genre, c'est où qu'on va? qui sera là? qu'est-ce qu'on devra faire?

 

On s'installe dans la voiture, on parle un peu. Ils se connaissent bien tous les trois, ils parlent de gens que je ne   connais pas... Je rêve...

On approche de la côte, l'air est chargé de senteurs marines... Le soir tombe, la lune apparaît... Je fredonne, un air de Supertramp :

 

I said hey, Sister Moonshine,

Won't you send me a little sun

I said hey, Sister Moonshine,

Who's a stranger to everyone.

 

J'adore Supertramp... et puis ça m'empêche de stresser en pensant à ce qui va se passer, ce soir... et après...

 

On entre dans une ville portuaire. Il y a des bateaux genre porte containers, le long des quais. Nous on se dirige vers une partie plus délabrée, où il y des bateaux de pêche. Il fait sombre sauf quelques bars éclairés. Je sais dans quoi on va tomber : un bar à matelots. J'ai travaillé dans un de ces endroits "La Sirena Desnuda", dans le Bario Chino de Barcelone. Ce ne sera pas pire ici, enfin, j'espère...

 

Faiza, nous dit, "Ce soir le spectacle, ce sera vous, une battle entre filles. Vous et quelques autres. Et le fouet, spécialement pour mia. Ça met toujours de l'ambiance de voir une fille supplier sous le fouet, hein mia??".

Tête de mia!!! "Hélas, oui Maîtresse."

Elle se retourne et me fait un grand sourire, "Tu croyais que ton gros cul allait échapper au fouet?"

"Hélas, non Maîtresse!"

Elle rigole, "On devrait t'appeler Hélas, ça t'irait bien."

 

On finit par arriver devant un grand établissement, mi-bar à matelots, mi-night club miteux.

On entre, ce n'est pas très propre. Il y a même des crachoirs, bèrke!!

Il faut dire qu'il y a plusieurs hommes qui fument le narguilé. Il y a des gens qui ont l'air très aisé, hommes et femmes et puis la faune des ports : dockers, ouvriers, peut être commerçants ambulantes. Certains sont limites, poivrots ou clochards.

Le patron est un gros type avec une moustache noire tombante.

 

Les clients sont ravis de nous voir. Tu m'étonnes, qu'ils sont heureux de se rincer l'œil!  

Il y a une estrade dans un coin et un rideau crasseux. La grande classe!

Faiza me pousse derrière le rideau... "Qu'est ce que tu as de nouveau à rêvasser, toi???".

Puis elle s'adresse à nous trois, "Vous allez chanter et danser nues."

Ouch!! Danser ça va... même si mes pieds sont très sensibles... Me mettre nue, rien de plus facile aussi, mais chanter!! Je chante juste mais avec une voix très aigue, alors que je voudrais avoir la voix de Kim Carnes quand elle chante "Bette Davis'eyes."

Heureusement, il y a deux filles qui commencent.

Je dis à Faiza, "Je ne sais pas chanter, Maîtresse..."

Elle me donne une bonne gifle, "Et, maintenant, tu sais chanter?"

J'ai les yeux plein de larmes et une joue rouge, "Oui, Maîtresse."

 

A suivre.

 

Un tout grand merci à Bruce Morgan, pour le super dessin.

 

    pub pur erog 

Par miasansdessous - Publié dans : BDSM - Communauté : LesMeilleursBlogsdeSexe
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Septembre 2017
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  
<< < > >>
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés