Vendredi 31 mai 2013 5 31 /05 /Mai /2013 10:08

Le lendemain, je suis réveillée par les bruits du port. Je suis toujours allongée contre la fille sans nom. Bob s'est couché de l'autre côté et il a mis une patte sur moi. II doit penser que je suis sa femelle.
Les autres sont réveillés.
On se dit, "Bonjour Maîtresse", "Bonjour"," Bonjour", le cérémonial du matin... dans un container éventré!
Je dis à Lisa, "Je dois faire pipi, Maîtresse."
Elle dit au chien, "Va pisser avec elle."
On sort. Je cherche un coin discret, on fait pipi, et puis tout quoi. On se regarde Bob et moi. Il agite la queue, je veux dire celle qui est poilue! Il est gentil. 

Quand on retourne au... campement, la fille a fait le petit déjeuner : thé très sucré, crêpes, biscuits, vache qui rit. Heineken, pour Danny, le frère.
Drôlement bien drillé, la fille sans nom, elle nous sert et attend un signe de sa Maîtresse pour manger et boire.
Je demande à Lisa, "Je pourrai rejoindre mes amis, ce matin, Maîtresse?"
Elle me regarde, "Tes amis débarquent du Ferry à 11 h, c'est ça?"
Je deviens toute rouge... facile pour mentir!!
"Demande à ta compagne de nuit ce qui arrive aux menteuses."
"Dis la vérité, Hélas, ou la Maîtresse va te punir."
"Je vous jure Maîtresse que... que je dois aller vers le Nord."

Lisa me donne un jean, un tee-shirt qu'elle a porté pour remplacer la chemise et des tongs.
Elle me dit, "Bye, Hélas, tu es libre..."

À ce moment, Danny, qui est allé parler avec le gardien, revient et dit à Lisa,
"Elle est recherchée... activement!"

Aïe! Ce n'est certainement pas la Princesse.  Plutôt la... Société, qui m'a envoyée chez elle.
Je ne comprends pas pourquoi, ils me recherchent. Après tout je suis juste une fille avec un petit nez et un beau cul. Ça coure les... rues et même les trottoirs, les filles comme moi. Parfois même on en voit appuyées contre un réverbère avec une jupe noire fendue très haut et une cigarette entre leurs lèvres rouges.
Oops! Je crois que je viens de faire un bond dans le temps de 40 ou 50 ans en arrière!!

C'est surtout demain et après-demain que ça va être dangereux pour moi, après ça, ils auront d'autres chattes à fouetter. Au propre et au figuré!
Si je pouvais rester ici, deux ou trois jours, ce serait cool.
D'accord, Lisa m'a donné quelques coups de fouet sur les fesses... mais les marques sont à peine gonflées...
De plus, je suis un peu le genre à embrasser la main qui m'a battue... pas trop fort!
Et puis... elle me plaît. Son look : tatouages, piercings, jean déchiré, santiags qui ont fait la guerre, moto... et puis sa façon... de se faire obéir...

Elle est assise sur une caisse et boit un coca.
"Alors... Hélas, qu'est-ce que tu attends?"
Je me tortille un peu, je ne sais pas comment lui demander.
"Tu dois encore pisser???"
"Euh... je voudrais rester deux ou trois jours avec vous, Maîtresse."
"T'es tombée amoureuse de Bob?"
"Non, mais on me rechercher et..."
Je me mets à genoux devant elle, j'entoure ses jambes de mes bras, "Je voudrais rester un peu... Je lèche bien Maîtresse..."
Elle rigole, "Tu sais lécher autre chose que les chiens?"
"Oui, Maîtresse."
"Mais Machine lèche bien aussi et elle obéit au doigt et à l'œil, qu'est-ce que tu as de plus qu'elle??"
"... euh...". Qu'est-ce que j'ai de plus qu'elle??... Dire quelque chose... "De l'imagination, Maîtresse."
"Vas-y!"
"Je vous lécherai pendant que Machine, pour vous rafraîchir, agitera une palme, comme une esclave romaine."
"Pas mal, ensuite???"
"..euh...".
"Si j'accepte, tu devras obéir immédiatement, sous peine d'être punie. D'accord??"
"D'accord, Maîtresse, la seule chose, c'est que j'aimerais ne plus devoir sucer Bob, le reste d'accord. Mais lécher son sexe... c'est... dégoûtant!"
"Tu entends ça Bob?? Elle prend son pied deux fois avec toi en jappant comme une femelle en chaleur! Et maintenant, elle te snobe. Mademoiselle Hélas trouve que te sucer c'est dégoûtant!"
Elle me regarde, "Tu crois quand même pas que je vais discuter avec toi??"
Elle fait un geste de la main, "Allez! Casse-toi, tu me fatigues!!"
À genoux, devant elle, je joins les mains, comme Bernadette Soubirous devant l'apparition de la Vierge...
*** ***

***Je ne sais pas si la comparaison est très heureuse, mia...
- Bah, la Voix, le pape ne va pas m'excommunier pour ça...
*** ***
Je dis, "Aucune restriction, Maîtresse!"
"Bon, c'est mon jour de bonté... Tu peux rester trois jours. Tu feras une petite vidéo, en échange du gîte du couvert et de la protection de ton garde du corps. " Elle me montre Bob. Oui, elle a le sens de l'humour!!

Dany, son frère, lui dit, "Alors, tu dois aller voir le gardien pour la vidéo.

Prête-lui les deux petites pouffes, s'il a envie."
Deux petites pouffes?? Non, mais dis donc, sois poli, connard!! Enfin, je le pense mais je ne le dis pas!
Il embrasse Lisa sur la bouche et part tatouer en ville.

On attend, la fille sans nom et moi, le bon vouloir de la maîtresse....

Elle me regarde pensivement, "... on va voir si tu as la langue aussi agile que tu le dis..."
Aaaah?? Cool!
Elle enlève son jean et son tee-shirt... Elle n'a pas de sous-vêtements. Ses seins en poire sont un peu lourds, j'aime bien ça... De plus, elle des poils noirs, sur le pubis et sous les bras...
Elle s'étend sur le dos sur un tas de couvertures douteuses.
"Je peux faire comme je veux Maîtresse?"
"Comme tu veux... tu as 10 minutes pour me faire jouir...".
Elle ajoute, "Machine! Prends un carton et fais l'esclave qui évente."
Je me mets à genoux près d'elle et je l'embrasse sur la bouche...
Elle me rend mon baiser.... J'avais peur qu'elle soit dégoûtée, parce que j'ai... euh... un peu... flirté avec Bob, son chien.
Je quitte sa bouche pour descendre vers ses seins... Ils sont moites et ils ont le goût salé de sa sueur. Elle lève le bras et je mets mon nez dans les poils humides de son aisselle. L'odeur est musquée et... puissante... Je pense à une phrase que j'ai lue, il y a longtemps. C'est dans "Le lys de mer " : Une odeur telle que le roi Salomon dû s'en mettre plein le nez aux aisselles de la Reine de Saba."
"Je sens bon??", me demande-t-elle.
"Meilleure que la reine de Saba, Maîtresse."
Elle rigole, "Je dirai ça à Danny, quand il m'envoie me laver."
Peut-être que je manque de sel, mais ça me plaît de lécher sa sueur.
Soudain, elle se redresse et dit, "Passe-moi la badine!"
Aïe!! Je la prends et lui tend, "J'ai fait quelque chose de mal, Maîtresse?"
Mais ce n'est pas pour moi. Elle donne cinq méchants coups sur les fesses de la fille sans nom, qui pousse des cris aigus.
"Plus vite, paresseuse!!"
Ça fonctionne!! Notre ventilateur agite le carton à toute allure.
C'est vrai que c'est délicieux d'avoir une esclave qui fait "air climatisé"!
D'autant qu'il doit y avoir 25° dehors et 30° dans le conteneur.
Il faut que je m'occupe de sa chatte pour être dans les temps, mais elle a envie de me  compliquer les choses, "Puisque tu trouves que je sens bon, lèche mes pieds..."
Je lui retire ses vieilles santiags... Oui, bon... Ce n'est pas glorieux, l'odeur des pieds dans du vieux cuir! Mai, je lèche ses pieds et suce ses orteils.
Les 10 minutes vont être dépassées... Je lui dis, "Ils sont propres, Maîtresse, je peux..."

 

img126.jpg

 

Elle fait un signe de tête. Je plonge entre ses cuisses. Le nez dans ses poils. Sa chatte est collante et comment dire?? Sauvage, voilà...
Je pourrais décrire les différentes odeurs, mais bon je l'ai déjà fait et puis je ne voudrais pas que vous pinciez les ailes de votre nez délicat...
Alors, j'efface mentalement ce que je pourrais écrire, disons : une chatte qui a une odeur sauvage, comme si je faisais un cuni à une jolie Magdalénienne (12.000 ans avant JC, ça caillait méchamment en Europe, heureusement, il y avait du feu, des grottes, des fourrures et des femmes pas épilées!)
   

img127.jpg

En ce qui concerne ma Maîtresse, elle ne dit rien... MAIS... ses cuisses tressaillent et elle a un mouvement du bassin pour accompagner ma langue... et puis sa main vient se poser sur ma tête. La Maîtresse c'est moi pour quelques minutes... Elle jouit et me mouille abondamment le visage...

La maîtresse va sûrement me complimenter au sujet de ma technique (je rigole!). Aah non! Elle dit, "11 minutes, Hélas, tu as perdu!".
"Oui, Maîtresse."
"Va te laver le visage, tu sens la chatte!"
Je me lave dans un petit bassin avec de l'eau minérale. C'est... frugal, comme salle de bain.
On s'habille et on quitte le camp avec Bob qui gambade autour de nous et vient me sentir le cul. Il comprend très vite que je suis excitée et que je me mettrais volontiers à quatre pattes pour qu'il me monte et... il a raison!

Le gardien habite une grande cabane un peu en hauteur d'où il a une vue sur une vieille casse de voitures et débris divers.
Il doit avoir une bonne cinquantaine d'années, il est gris de poils et ridé comme les hommes qui sont beaucoup au soleil. Il traîne un peu la patte. Il est ravi de voir Lisa - ils sont "en affaires".
Ils commencent par discuter, puis Lisa nous regarde et montre la porte du doigt, "Allez attendre dehors.".
La fille sans nom me prends la main, "Viens. "
On va se mettre à une dizaine de mètres face à la porte et on les regarde.
Ça ne plaît pas à Lisa qui sort et nous gueule dessus, "Pas juste derrière la porte, stupides! Là!". Elle nous montre des carcasses de voitures empilées nettement plus loin.
On se dépêche d'y aller.
Je lui demande, "Tu crois qu'on peut parler?"
Elle fait non de la tête...
Pffff, si c'est ça la liberté!!. Mais bon, dans trois jours, je remonte vers le Nord.
C'est long!! Il fait chaud!! Le thé du matin se rappelle à mon bon souvenir :  j'ai une méchante envie de faire pipi.
Si je vais demander à Lisa, elle ne va pas aimer du tout!
Je dis à la fille sans nom, "Je dois trop faire pipi."
"Moi aussi."
On regarde toutes les deux vers la cabane, c'est calme, alors, on baisse notre jean et on s'accroupit.
Je lui souris, j'aime bien faire pipi avec une copine. Le tout c'est que Lisa ne sorte pas maintenant.
On est juste occupées d'éclabousser nos pieds nus quand on entend une voix, "Eh!! Faut pas vous gêner!!"
Oopps!!

 

La fille sans nom et moi on remonte vite notre jean.
C'est un petit groupe de jeunes qui arrivent en contournant un tas de ferraille et de carcasses de voitures. Ils ont dû passer par une brèche dans la clôture.
Ils ont des sacs en plastique avec des objets qu'ils ont dû voler dans les boîtes à gants ou les coffres des voitures accidentées.
Il y a quatre garçons qui se marrent de nous voir remonter nos jeans à toute vitesse et une fille. Elle nous dit, "Vous savez, ça existe des toilettes, chez nous!
Vous faites ça dans votre pays, pisser en public??
Se faire engueuler par une voleuse! Je ne vais pas me laisser faire!!
Je lui dis, "Vous êtes dans une propriété privée, si le gardien vous voit piquer dans les voitures, vous allez prendre du plomb dans les fesses."
Un des garçons lui dit un truc en Arabe. Je comprends que ça veut dire, "Discute pas, on s'en va."
C'est bien ce que je pensais ce sont des voleurs.
La fille me dit encore, "Montrer ses fesses en public, c'est puni ici."
Je riposte, "Et voler, c'est puni aussi. Vous avez intérêt à déguerpir...."
La fille me tend son médius et elle dit, "On se retrouvera!"
Pppfff, quelle sale gamine agressive!!

 

A suivre...

 

Un tout grand merci à Bruce Morgan, pour les super dessins.

    pub pur erog 



Par miasansdessous - Publié dans : BDSM - Communauté : blog sexe des amis
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Septembre 2017
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  
<< < > >>
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés