Vendredi 12 juillet 2013 5 12 /07 /Juil /2013 10:40

J'ai le visage plein de larmes et la gorge pleine de cris, étouffés par le bâillon.

Il revient au bout de... peut-être, cinq minutes, mais ça m'a paru des heures.

"Je vois que tu as été sage!"

Il tient un appareil-photo. "Pour  montrer aux copains, ce soir à l'apéro!!"

Pendant qu'il prend des photos, les crampes dans mon ventre se succèdent douloureusement.

"Tu veux te soulager???"

Je fais, "OOOOUUUUIIIII!!!" de la tête

"Et après, tu me raconteras tout, sans mentir??"

Je refais, "OOOOOUUUUUIIIII!!!"

Il me détache les chevilles, les poignets et enlève la ceinture.

Il laisse le bâillon et je n'ose pas y toucher.

Il m'aide à me relever, j'ai les jambes toutes molles… Il me fait m'accroupir au-dessus d'un grand seau et il enlève la canule.

Alors, je ne veux pas tomber dans le scato, mais je n'ai jamais été aussi heureuse de... chier… Tout part… Je pousse fort pour chasser tout ce qui peut rester d'eau et de laxatifs ...

Il m'enlève le bâillon… et dit, "Reste assise sur le seau..."

Je n'ai presque plus de voix, "Oui, Monsieur…"

"Maintenant, il te reste à tout me raconter… et, si je crois que tu me caches quelque chose, on recommence."

Il met en route un magnétophone.

Alors de même que mes intestins se sont vidés, je me vide aussi en paroles. Je raconte tout, tout, tout!

Il essuie mon visage avec un Kleenex, me fait me moucher.

Il me tend un paquet de Kleenex et me dit, "Relève toi et essuie-toi."

Il est presque gentil!! Ce type est fou!!

"Je peux remettre mon jean, Monsieur?"

"Tu dois d'abord vider le seau."

On repasse dans la grande pièce. Les policiers et les prévenus qu'ils interrogent sont très intéressés. Une jolie blonde, avec les yeux rouges et les fesses nues, qui tient un seau. C'est pas banal. Enfin, ici, peut-être que ça arrive souvent.

Un policier demande, "Elle a parlé??"

"Plus moyen de l'arrêter!!"

Ils rigolent.

Quand j'ai vidé le seau, on retourne dans la grande pièce, puis chez le commissaire.

"C'était pas trop chiant cette séance?", me demande-t-il en riant. Je me mets à pleurer...

"T'as pas le sens de l'humour!"

Aah non!

"Alors voilà, tu n'as rien dans le cul."

"J'ai tout dit, Monsieur, tout…"

"Oui, je pense aussi..."

"On devrait te renvoyer en Sierra Leone où tu étais emprisonnée pour trafic de drogue. Tu t'es enfuie, c'est ça hein?"

"Oui, Monsieur, sauf que ce sont des rebelles qui nous ont libéré."

"Oui... Tu vois cette région est tellement instable, que le procureur envisage de ne pas donner suite et de te proposer une transaction : 3 mois de prison. C'est à dire, juste pour le shit. L'héro, il veut bien croire que tu n'étais pas au courant! Tu acceptes?"

Comment refuser? "Je ferai ce que vous me dites, Monsieur."

Il me tend trois feuilles de papier, "Alors, tu écris la date, puis lu et approuvé et tu signes, et pas Marie Delavallée, hein."

Je demande timidement, "... et sinon...?"

"Procès... condamnation...mais pas trois mois bien sûr, peut-être trois ans."

Je commence à lire.

Il me dit durement, "J'ai dit, signer, pas lire!"

Je signe.

Il prend la feuille et me dit en souriant, "Bravo mia, tu viens de signer des aveux pour deux meurtres."

Tête de mia!!

"Mais non, je rigole."

Décidément, on a pas le même humour.

"Maintenant, tu vas remercier Ali, il t'a quand même fait te souvenir de beaucoup de choses que tu avais oubliées."

On rit. Lui d'un grand rire franc et moi d'un minuscule rire complaisant...

On repasse dans petite salle des lavements où je remets mes vêtements, puis dans la grande salle. Je vais remercier Ali, "Merci, Monsieur, je ne mentirai plus."

"Tout le plaisir a été pour moi, mia!"

On ne peut pas si bien dire!!

 

zzjenDSC_0061.jpg

 

La prison... Je connais, hélas... C'est un peu le prix à payer pour ma vie aventureuse et mon manque de prudence qui confine... à de...

*** *** 

*** A de la bêtise??

- Oui, la Voix. Mais moi j'aurais plutôt dit à de l'inconscience...

*** ***    

On me remet des menottes et on me fait monter dans une Jeep... On sort de la ville et après quelques kilomètres, on arrive devant la prison. Elle est spéciale, très spéciale. Au lieu de  hauts murs, c'est une clôture de barbelés et des tentes.

Au centre, il y a quelques baraquements.

C'est là, qu'on me conduit. Il y a plusieurs personnes, hommes et femmes derrière des bureaux.

Ils lèvent la tête pour me regarder.

Un homme dit, "Enfin, une blonde, le directeur va être content."

Aaah??

Il se lève vient avec moi, "On va te donner un uniforme."

Le policier m'enlève les menottes et donne les documents qui me concernent.

On va dans un local où il y a une détenue qui s'occupe des vêtements.

"C'est une mule", dit le gardien. La fille rigole et dit, "Bien, chef." et à moi, "Déshabille-toi."

Quand je suis nue, elle prend mes vêtements et les jette dans un coin, puis elle me donne une culotte rose.      

Je la mets. Elle m'arrive au-dessus de la taille.

"Ça te va bien", dit la fille en souriant, "Le soutien-gorge, on va avoir un problème, bon, je demanderai au chef."

Elle me donne un pantalon de toile orange, trop grand, bien sûr, elle ajoute une ceinture.

Puis elle me tend un tee-shirt "personnalisé" : "spécial mule", dit-elle.

Une horreur!! Sur le devant il y a une tête de mule ou d'âne en train de braire la gueule ouverte et les yeux exorbités et au dos, on  comprend pourquoi, il y a un cul de mule la queue levé et on lui enfonce une énorme carotte dans le cul.

"Mignon hein?", me dit-elle.

Je fais la grimace.

"Ta carotte, elle était aussi dans ton cul?"

"Non, dans la chatte..."

Elle rigole, "ça, on n'a pas de tee-shirt."

Elle me donne aussi de grosses chaussettes et des bottines militaires. Des chaussettes! À la lisière du Sahara!!

Je lui dis quand même, "ça va être chaud!"

"Oui, le directeur pense que la prison, ça doit être dissuasif, il ne veut pas qu'on soit trop bien."

Ah, ça, pas de danger!

Elle continue, "Les grosses bottines, c'est pour t'enchaîner aux autres filles.

Oh putain!! C'est quoi ce truc. Je dis, "Sérieux??"

La fille daigne m'expliquer, "Le directeur est un grand admirateur du shérif Arpaio et les détenues travaillent enchaînées, comme en Arizona

 

Quand je ressors des baraquements, il y a un groupe de filles enchaînées par les chevilles qui se dirigent vers une tente. Elles marchent  au pas. Il y a intérêt! Et elle chante en Arabe.

La fille qui s'occupe des vêtements me conduit dans une tente vide.

"Attends ici..."

Un autre groupe de détenues arrivent... Elles s'arrêtent devant la tente. Un gardien ouvre les cadenas et les délivre de leurs chaînes. Tous les yeux sont tournés sur moi.

Bien drillés, les filles, même sans chaîne, elles ne bougent et attendent que le gardien, leur dit, "Allez-y", et à une fille, "Occupe-toi de la nouvelle."

Il  y en a une qui vient me dire bonjour. Elles sont toutes Arabes ou     Blacks.

Elles regardent mon tee-shirt. "Une mule!!"

La chef de... tente arrive. Il y a une seringue sur son tee-shirt, c'est-à-dire dealeuse. C'est une grosse black à l'air commode.

"Présente-toi", dit-elle.

"Je m'appelle mia et j'ai été condamnée à 3 mois, pour avoir fait la mule."

Ici, mule c'est le bas de l'échelle de la délinquance. Au dessus il y a les dealeuses, les voleuses. Celles qui ont commis un délit plus grave ne sont pas ici.

La chef me désigne mon lit.

"Tu vas t'occuper des corvées avec elle". Elle me montre une jeune Black mince, qui a un peu le même air que moi, c'est-à-dire pas à l'aise du tout! Elle a le tee-shirt mule aussi.

Elle lui dit, "Tu es contente Trecy? Tu vas avoir de l'aide."

"Oui, merci, chef."

"Explique -ui ce que vous devrez faire."

On peut parler... ouf, ça fait du bien.

On partage des lits superposés, elle en dessous moi au-dessus.

Elle m'explique, "On doit nettoyer la tente, faire les lits, vider le seau le matin."

"Le seau?"

"Oui, c'est les toilettes", elle me le montre dans un coin. Avec les bords de la tente relevés, on est vu, même par les gens qui passent à l'extérieur.

Les autres filles se sont couchées sur leur lit, elles ont l'air fatiguées. Il n'y en a que deux qui sont assises sur un tabouret de part et d'autres d'une petite table.

Quand on approche de 7 h du soir, les filles se lèvent. On va au réfectoire. Au pas! Je n'ai pas évidemment pas  l'habitude. Un gardien m'interpelle.

"Tu vas devoir apprendre très vite, demain tu seras dans la chaîne avec les autres filles.".

"Oui, chef "

Le réfectoire, c'est jute un coin du camp où des détenues amènent des casseroles. On fait la file pour être servie.

Et c'est mauvais! Et peu!

Le directeur se vante  dépenser un minimum pour nourrir les détenus comme le shérif Arpaio. Celui-ci, dépense 60 cents par jour par détenu, alors que dans les autres prisons Américaines, c'est 8 $. Il ajoute même qu'il dépense plus pour nourrir son chien.

Il y a pas mal de filles et seulement quelques bancs. Je m'assois par terre.

C'est pas bon, alors je le dis... Les filles autour de moi ne bronchent pas.

Après le repas, celles qui veulent, peuvent aller dans un des baraquements qui sert de cantine. Moi, j'avais un peu d'argent, mais il a disparu!

Il y en a qui achète des chips, du chocolat...

A la vue d'une belle fille qui mange un mars, je salive... Pas sur la fille, sur le mars.

 

Le lendemain matin Trecy, l'autre mule et moi on va vider le seau. Pffff!! Dégoûtant! D'autres filles sont là avec leur seau. Je veux parler, mais Trecy me fait signe "chut" avec le doigt sur la bouche.

 

Après un petit déjeuner... de prison : pain rassis et thé pas sucré, on doit se mettre en file indienne. Un gardien vient nous enchaîner. Chaque fille a deux mètres l'une de l'autre. La chaîne fait une boucle sur la cheville de la chaussure,  fermée par un cadenas.  

On tient le morceau de chaîne, d'une main et on se dirige vers un car. Je fais super gaffe à imiter les autres et je m'en sors pas trop mal.

Il fait déjà très chaud et mes pieds sont déjà en nage dans les grosses chaussettes.

Le car nous dépose au centre-ville. Les passants nous regardent nettoyer les rues,  jeter les détritus dans des sacs.

Ma blondeur et mon tee-shirt mule ont beaucoup de succès. Bientôt, il y a un véritable attroupement autour de nous. Même le gardien est dépassé. Les passants jettent des déchets, là où je suis pour me voir les ramasser. Un couple âgé m'insulte, parce que j'ai amené de la drogue dans leur pays. Des jeunes crachent des noyaux de dattes qu'ils sont occupés de manger, devant moi. Ils me proposent de jouer à la mule et la carotte avec eux.

Une femme âgée me crache dessus, son fils se drogue!! J'en peux rien, moi!!

 

img214.jpg

 

Par contre, un homme bien habillé me jette quelques pièces. Je les ramasse... Oui, comme un de ces petits singes qui accompagnait les chanteurs de rues et les joueurs d'orgues de Barbarie, en 1900.

Toute la matinée se passe comme ça. Les gens viennent voir les femmes enchaînées et surtout, la blonde.

En fin de matinée, on reprend le car et on change de corvées parce que j'attire trop l'attention! On va creuser des tombes. Nettement, moins marrant. Les filles murmurent que c'est à cause de moi. Kes' j'en peux moi, si je suis blonde et... sexy!

Les filles qui doivent faire pipi, restent enchaînées et font sous les yeux de tous.

Creuser des trous, sous le soleil avec pas grand-chose dans le ventre, c'est très dur. La seule chose qu'on a à notre disposition c'est de l'eau.

Mon vilain tee-shirt est trempé de sueur et j'ai des cloches aux mains à force de manier la pelle et la pioche, mais je travaille du mieux que je peux.

En fin d'après-midi, on arrête enfin et on reprend le car,

Je m'endors sur l'épaule de ma voisine tellement, je suis crevée. Heureusement, c'est Trecy.

  

À suivre.    

 

PS : Les renseignements concernant le shérif Arpaio proviennent de son site.

Si j'ai fait une erreur, je rectifierai... Parce que, je ne veux pas aller dans sa prison!! 

 

Un tout grand merci à Bruce Morgan, pour le super dessin.

  pub pur erog 

 

Par miasansdessous - Publié dans : BDSM - Communauté : blog sexe des amis
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Septembre 2017
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  
<< < > >>
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés