Vendredi 22 novembre 2013 5 22 /11 /Nov /2013 10:52

   

La suivante s'appelle Flore. Elle a la trentaine. Elle est vêtue d'un tailleur qui serait super classe, s'il n'était pas taché et froissé. Son visage est beau, mais elle est pâle et ses traits sont tirés, ses yeux, cernés de mauve. Je pense qu'elle a dû avoir une nuit difficile. Ses cheveux sont roux ou plutôt auburn.

Je remarque ses chaussures : des vrais Louboutin avec des semelles rouges! Mon rêve, ces pompes! Moi, qui n'ai qu'une paire de tongs!

 

Elle sait ce qu'elle doit faire, se déshabiller. Le tailleur sale se retrouve par terre. En dessous elle a un chemisier qui semble en soie et un soutien-gorge noir. Pas de culotte.

Elle a la taille mince et des petits seins haut placés, genre taille a ou b, comme nous toutes ici. Son sexe épilé brille dans la lumière blafarde comme une luciole par une chaude nuit de mai sans lune!! Il doit sentir le jasmin, vu son prénom...

Quand elle se retourne, je vois des marques sur ses fesses blanches, elle a été sévèrement fouettée, très récemment.  

Il ne lui fait pas dire ce qu'elle a fait, mais raconte lui-même,  "Flore est une pute comme plusieurs d'entre vous. Sauf qu'elle, on ne lui glisse pas 500 dirhams entre les fesses pour se faire sucer! Dirigeante d'une société, elle a séduit un homme important pour lui voler des documents." Il se tourne vers elle, " En gros, tu es une pute et une voleuse??"

Tête baissée, elle répond, "Oui, Monsieur."

"Raconte ce que tu as fait en arrivant."

La fille rassemble son courage, "J'ai essayé de m'enfuir... je... j'ai insulté tout le monde... J'ai dit que je déposerai une plainte au... tribunal international de La Haye."

Le chef secoue la tête, "Il a fallu la calmer. Explique comment."

Flore avale sa salive, difficilement, je connais ça. "Vous avez appelé des gardes et... vous m'avez fait fouetter... et puis on m'a enfermée pour la nuit... à... à quatre pattes dans une toute petite cage."

"Ça t'a calmé??"

La fille s'écrie, "Oh oui Monsieur, je vous le jure."

"Bien... Tu vas venir à genoux devant moi et t'excuser pour le bordel que tu as fait hier."

La fille obéit, immédiatement. Le chef lui montre le fouet, "Fais ça bien, sinon..."

Elle joint les mains comme pour prier et dit avec... conviction, "Pardon, Monsieur, mille fois pardons. J'obéirai à tout. J'ai eu peur et je me suis conduite comme une folle et je..."

Le chef l'interrompt, "Mets ton front par terre."

Quand elle est prosternée devant lui, le chef met son pied entre ses omoplates et appuie un peu. Elle gémit, "Pitié, Monsieur..."

Le chef lui dit, "Tu vois ta place ici, c'est sous ma godasse."

Elle murmure, "Oui, Monsieur."

Il est satisfait. Elle s'est suffisamment humiliée. Il l'envoie se mettre à genoux sur un manche en bois avec nous...

 

Il reste six filles. J'écoute distraitement ce qu'elles disent. J'essaye de penser à autre chose qu'à mes épaules, mes genoux qui me font de plus en plus mal et la perspective du fouet.  

 

Comme c'est un bavard, le chef est parti pour un discours, "Alors, les filles,  on va  vous souhaiter la bienvenue à la manière du camp, c'est-à-dire en vous appliquant 10 coups de fouet sur les fesses."

Têtes des 10 filles agenouillées!!

Il prend son temps, après tout, ce sont nos genoux, nos épaules et bientôt nos fesses qui vont souffrir.

"Vous êtes ici pour être punies! Tout est fait pour vous rendre la vie la moins agréable possible. Cependant, une de nos priorités est de vous garder en bonne santé et de ne pas vous abîmer. Nous sommes donc des experts en punitions."

Il nous regarde l'une après l'autre, on est suspendue à ses lèvres.

"Tous ceux qui portent cet insigne...", il montre le petit fouet doré épinglé sur sa veste, "ont appris des techniques de punitions très efficaces. Nous sommes des experts!!!". Il a l'air content de lui, bouffi de vanité!! Experts!!!

"Seuls nous, pouvons vous fouetter! Les ouvriers, employés et visiteurs, doivent nous prévenir s'ils désirent vous faire punir. Par contre, n'importe qui peut vous prendre en travers de ses genoux et vous fesser à la main que vous l'ayez mérité ou non. Vous avez toutes compris?"

On fait un timide, "Oui."

"Plus fort! Et on dit chef, sinon ce sera 20 coups de fouet! Vous avez compris?"

On gueule, "OUI, CHEF!!"

Il continue son discours... de bienvenue! "Ici la plus grande faute est la désobéissance. Vous devez obéir immédiatement et sans discussion et à tous."

Et ça continue, "Les gardes qui ont cet insigne sont vos maîtres absolus, à part respirer vous devrez leur demander l'autorisation pour tout le reste. Dans ce cas, vous vous mettrez à genoux et attendrez qu'il vous adresse la parole. Prêtes pour la correction de bienvenue??"

Putain, non! On n'est pas prêtes, mais on crie, "Oui, chef!"

"Vous allez vous mettre là à quatre pattes." Il montre un endroit dégagé de la pièce. "Et vous allez recevoir 10 coups de fouet sur les fesses. Vous pouvez crier et bouger, mais vous "devez" rester à quatre pattes,  celle qui ne reste pas dans cette position sera attachée et en recevra 10 de plus. ALLEZ!!"

À l'aide de quelques bonnes claques, les gardes nous font aligner à 50 cm, l'une de l'autre.

Celle qui ne comprend pas assez vite reçoit un coup de pied dans les fesses! Ça aide à comprendre, vite!

Quand nos dix culs sont en rang devant eux, ils font des commentaires, genre,

"Regarde celle-là, elle ne doit pas avoir besoin d'un coussin pour s'asseoir!".

Trop marrant!! Surtout, qu'il s'agit du mien!

Les fouets se terminent par trois lanières plates. Le genre d'instrument qui pince bien!!

Deux gardes commencent par la fille à l'extérieur de chaque côté. Je suis en 2e position. Les fouets sifflent dans l'air et viennent claquer à peu près ensemble sur les fesses des deux filles. Deux cris aigus suivent de près le bruit des fouets.

10  fois les fouets claquent et 10 fois les filles poussent des cris, ça, c'est admis, mais il y a en une qui supplie, ça ce n'est pas admis.  À celle qui a osé parler, le chef dit, "10 de plus pour avoir parlé." Gémissements de la fille.

 

Mon tour arrive! J'entends le sifflement du fouet, le claquement sur mes fesses et instantanément la brûlure des lanières. "AAAAAiiiiieeee".

Ooooohhh!!! Que ça fait mal!!

10 fois les trois lanières viennent claquer sur mes fesses, je pousse un cri chaque fois, mais je ne bouge pas d'un cm.

OOOOUUUUFFFFF, c'est fini!!!

Au tour de ma voisine d'en prendre plein le cul.

Une autre fille bouge et se retrouve à plat ventre, ce qui lui vaut d'en prendre aussi 10 de plus.

La plus jeune, Hani, pousse des cris particulièrement aigus. Plus sensible, plus douillette... Heureusement, elle ne bouge pas et ne supplie pas.

Enfin, on y est toutes passées!

"Debout!" dit le chef.

On se lève péniblement... en gémissant. Je regarde les fesses des autres, beau travail... Même pour les deux qui en ont pris 20 coups de plus. Les marques rouges s'entrecroisent harmonieusement sur toute l'étendue de nos fesses. Des artistes, quasi!

On a épargné les fesses de Flore, la rousse qui avait un beau tailleur. Il faut dire que son postérieur avait été soigné la veille. Le garde l'a donc fouettée sur les cuisses et les mollets, ce qui est encore plus douloureux!! 

Le chef nous dit, "Maintenant, vous devez remercier pour la correction. Mettez-vous à genoux devant nous, mains derrière le dos."

On se met vite à genoux, le visage relevé vers celui qui a tout pouvoir sur nous.

 

img604.jpg

 

Quelques-uns se font embrasser la main. Bien sûr, d'autres sortent leurs bites, pas pour une fellation. Étant donné qu'ils peuvent avoir n'importe laquelle d'entre nous quand ils veulent et comme ils veulent! Ils ne sont pas en manque, c'est simplement, pour nous humilier. Pour moi, embrasser ou sucer une bite, c'est une formalité! La jolie Black qui est à côté de moi, le fait tout aussi facilement! Par contre, Flore qui doit avoir l'habitude de côtoyer des bites qui sentent... euh... l'after-shave (!) doit faire un réel effort pour prendre un membre peu appétissant en bouche. La plus dégouttée, c'est Hani. Ce n'est plus la mignonne chatte rose d'une copine qu'elle a sous le nez, mais la bite négligée d'un gros mec. Elle hésite et finit par se prendre une bonne gifle et c'est les larmes aux yeux et une joue rouge, qu'elle prend le sexe en bouche.  

 

img606.jpg

 

Ils ont bien observé la façon dont on réagissait. Moi, j'ai remercié humblement, le garde qui a promené son gland  sur mon visage et ma bouche, marquant son territoire : moi. En plus, il est pas mal. La tête levé, je le regarde dans les yeux tandis qu'il me mouille le visage de l'excitation de son sexe. Il met un de ses doigts en bouche, puis me le tend tout mouillé et je le suce.  

Les autres filles ont fini de remercier et sont debout.

Le chef rigole et dit, "Alors les amoureux!". C'est nous, le garde marqueur de territoire et moi qui lui suce le doigt. Aaah! Si c'était vrai, je veux un amoureux qui me protège. Il me sourit... Quand je suis debout, il me dit, "On se reverra..." Ouch!! Mon vagin se serre, tellement ce serait inespéré d'avoir un allié ici.  

La plupart des filles se sont conduite d'une façon qui plait au chef...  Sauf... "Ces deux-là",  dit le chef dit en montrant Hani et Flore, "On va leur faire un petit dressage spécial pour leur apprendre à remercier mieux que ça."

Tête des deux gagnantes du dressage spécial!

 

"Maintenant, on va vous dispatcher," dit le chef,  "Mettez-vous par ordre taille, la plus grande, ici."

On se regarde, bêtement! Le chef gueule, "Vite!! Vous voulez quelques coups de fouet supplémentaires?"

Aaaah, non!!! Je prends une grande par le bras et la met d'un côté. En quelques instants, on forme une belle rangée de filles aux fesses et aux yeux rouges. Moi, je suis l'avant-dernière, seule, Hani est plus petite moi. Enfin, on n'est pas des naines non plus, je mesure quand même... 1 m 63,5.

"Quel service a besoin d'une fille?", demande le chef,

Un gros type lève la main, "Faudrait une ou deux filles pour les crevettes, chef."

"Ok, ben prends ça!" Il nous montre Hani et moi! "Ça", c'est nous!

Il ajoute, "Que Fatima s'en occupe. Et dis-lui que la pucelle, faut la museler."

Les crevettes?? La museler??

Je veux quitter cet asile de dingues!!!

Le garde nous fait signe et on le suit, nues, les fesses zébrées et la mine penaude!

Putain! Pourquoi, j'ai frappé ces gamines, au lieu de leur obéir et d'aller pisser dehors!!

On suit le garde. Une porte donne sur l'intérieur camp. C'est immense! Il y a une végétation tropicale : des palmiers, des bananiers, des hibiscus... Ça sent bon. Au loin on aperçoit... des attractions, genre Grand Huit, Cynic Railway!!

Nous nous dirigeons vers une série de grands hangars. Des gens nous regardent, des ouvriers nous sifflent. Un d'eux demande au garde, "Eh Ali, elles sont disponibles??". "Ce soir les gars, mais pas la pucelle..." Il montre Hani, "Ou alors, dans la bouche."

Rires!!

Il y a aussi des groupes de gens bien habillées, en couple ou en famille. Certains sont dans de petites voitures tirées par des... filles! J'ai déjà joué à ça, Les filles sont nues et elles ont, elles aussi, des marques de fouet sur les fesses.

Je me fais une idée du camp. Punitions pour nous et distractions pour les visiteurs!

 

A suivre.

 

Un tout grand merci à Bruce Morgan pour les super dessins.

 

pub pur erog  

 

Par miasansdessous - Publié dans : BDSM - Communauté : blog sexe des amis
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Septembre 2017
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  
<< < > >>
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés