Vendredi 3 janvier 2014 5 03 /01 /Jan /2014 10:02

Des serveuses terminent de ranger et de nettoyer. Il n'y a pas de femmes libres, comme les ouvrières de l'atelier, mais des prisonnières, ça se voit tout de suite. C'est le genre de saloon, qu'on devait trouver dans les petites villes-champignons qui poussaient tout au long de la route de la Conquête de l'Ouest ou de la Ruée vers l'Or.  C'est un peu fait  de bric et de broc... Pas très propre, genre de la sciure par terre, pour ceux qui veulent cracher... décidément!  

Un écriteau donne les tarifs des consommations. Ce sont des prix très bas. En dessous, il y a écrit "Fellation gratuite au comptoir du fond." Et en dessous "Prenez votre ticket". Ppppfff... C'est sûrement pour ça qu'on est là.

Ce qu'il y a de plus beau dans le saloon, ce sont les filles. Les serveuses sont mignonnes, habillées, style western, jupe courte, chemise, bottes... Celle qui semble être la patronne est spectaculaire : une belle rousse avec des courbes, genre Jessica Rabbit, la vamp de Tex Avery. Elle porte une robe ample, comme les entraîneuses de saloon dans Lucky Luke. Le corsage est tellement décolleté qu'on voit le début de ses aréoles pâles. Elle est belle et... sympa... non je rigole, vraiment belle, mais sûrement pas sympa.

   

 

img664

 

 

On s'en rend tout de suite compte, car elle nous examine comme si on était des  mouches qui viennent d'atterrir dans la chantilly de sa dame blanche.

Il faut dire, qu'on est couverte de sueur et maculée de poussière jaune.

Avec le bout de la cravache qu'elle a en main, elle me soulève le menton pour que je redresse la tête, "Regarde-moi dans les yeux, toi!"

C'est vrai, j'ai un regard qui a tendance à filer vers le bout de mes pieds... "Oui, Madame."

Elle fait le même geste avec sa cravache à Hani en disant, "Tiens-toi, droite."

Elle appelle à une des filles, "Il faut qu'elles se lavent, elles puent comme 36 putois..."

La formule est gracieuse!!

La fille nous amène dans une salle de douches, "Lavez-vous bien... Madame vérifiera."

Je commence à lui poser une question, mais elle met un doigt sur la bouche, "chhuuut."

Bon... quant à Hani, elle m'ignore! On se lave, on s'essuie, ça fait du bien...

On se dépêche de retourner dans le saloon. Moi d'abord, car je suis une rapide.

Madame me renifle, "C'est mieux!".

Elle dit en me montrant, "Elle, serveuse".  Puis à Hani qui arrive, "Toi, suis-moi."

 

"Viens!", me dit la fille qui nous a amenées à la douche. On va dans une petite pièce qui sert de loge. Des filles se préparent en silence. J'aimerais avoir un tout petit peu de renseignements!

La fille me maquille et me coiffe rapidement. Puis, elle me donne des vêtements :  une courte jupe tachée, une chemise à carreaux, pas lavée, qui a des auréoles de sueur sous les bras et un foulard rouge à mettre autour du cou. Pour me chausser, elle me donne des bottes courtes qui ont déjà bien vécu! Je jette un coup d'œil dans le miroir, je suis un peu cra-cra mais sexy.

On retourne dans le bar. Il y a un pianiste qui commence à jouer...

La patronne hoche la tête en me voyant : je ne dépare pas son bordel! Elle m'explique ce que j'ai à faire, "Tu sers à boire et tu te laisses caresser, mais tu ne suces pas. Tu laisses faire jusqu'à un certain point Si un client veut te baiser, il doit payer et monter dans une chambre à l'étage. Pour ceux qui n'ont pas d'argent, il y a les filles gratuites du fond. Tu as compris??"

"Oui, Madame."

Comme je fais ma tête, "Je dis que j'ai compris, mais j'ai rien compris". Elle  soupire et m'explique, "La clientèle, c'est des gardes et des ouvriers qui veulent boire pour pas cher et se faire sucer gratuitement. Il y a aussi des visiteurs ou des cadres de la société qui ont envie de s'encanailler... Je vais te montrer les filles."

On va au fond du saloon. Il y a un bar et une série de tabourets devant, normal... Sauf que... en face de chaque tabouret, il y a une ouverture et la tête d'une fille qui dépasse. Il y a 10 tabourets et 10 filles. Elles ont toutes les yeux bandés. Je reconnais Hani...  

Je demande le plus humblement possible (et je le fais bien, ça!), "Madame, s'il vous plait, pourquoi elles ont les yeux bandés?    

"Il y a des gens qui ne veulent pas être reconnu ou il s'agit de quelqu'un qu'elles connaissent." Ah ouais, je vois! Sa mère va envoyer quelqu'un à Hani. Je ne sais pas le différent qu'il y entre elles, mais elle n'est pas très gentille comme mère!  

 

img665

 

Madame me dit, "Va voir derrière le bar." Oooh!! II y a 10 paires de fesses qui dépassent. Je reconnais celles d'Hani, bien sûr, d'abord parce que je les connais et ensuite, c'est la seule qui a une ceinture de chasteté. Elle ajoute, "Si un client se plaint, leurs fesses sont prêtes pour le fouet."     

 

Les premiers clients arrivent... Je sers des verres et ils me caressent les fesses sous ma jupe courte. Serveuse, quoi.    

La clientèle est à l'image du saloon, donc loin d'être distinguée! Des gardes, des ouvriers, des paysans... Ils viennent prendre une cuite bon marché et se faire sucer gratuitement. Que demande le peuple? "Panem et circenses", comme disaient les Romains, ce qui veut dire (grosso modo!) : un coup de gnole et la bouche d'une pute pour y mettre sa bite.

Comme je circule, je vois mieux comment fonctionne le bar du fond, quand un client est assis sur son tabouret, la fille, qui est devant lui, a le nez dans sa braguette et l'instant d'après la bouche pleine. Ils boivent, elles sucent... Ils avalent leur cognac Grec et les filles avalent leur décharge. Bèrke! Pour l'un et pour l'autre. Et puis, hop, au suivant. Chaque client a droit à une fellation gratuite. Il reçoit un bon  à l'entrée, qu'il doit remettre à un grand Black baraqué, qui surveille les filles. Si, un client n'est pas satisfait, il le lui dit et la fille reçoit aussitôt cinq coups de fouet sur les fesses. Ça piaille ferme dans le fond et ça amuse tout le monde.  

Le Black sait y faire, comme tous ici. Il frappe juste assez fort pour leur faire mal et les faire crier, mais sans les abîmer. De cette façon, on peut continuer à les punir.  

Après une heure, on change les filles. Celles qui ont fini ont l'estomac plein de sperme et les fesses pleines de marques...  

Les clients sont de plus en plus bourrés... et ils ont les mains de plus en plus baladeuses!     

Il y a peu de jeunes, ce sont plutôt des gens dans la soixantaine. Il y peu de femmes aussi, je veux dire de femmes libres.    

Exception faite, pour un vieux couple. Ils ont au moins... Je dirais, 75 ans, ce qui n'est pas très âgé pour des gens qui s'entretiennent, mais eux, ce sont manifestement des picoleurs. Lui, a une perruque noire qui est un peu de travers sur son crâne, le nez rouge et un sourire éclatant, mais ce ne sont sûrement pas ses dents. La femme est grande et maigre. Son visage est très ridé, ses cheveux sont teints au henné et elle a une petite verrue poilue sur le menton, ça fait beaucoup!     

Ils discutent d'abord avec la patronne.  J'essaye de me tenir éloignée d'eux.    

L'âge ne me dérange pas, au contraire, j'aime mieux trop vieux que trop jeune, mais ceux-là, ils sont vraiment moches et ils ont un air... cruel. Ils me rappellent vaguement quelqu'un, mais qui...

Madame fait régner l'ordre, tout son personnel file doux, moi, la première. Bien sûr, elle, c'est une femme libre... ça se voit et mon instinct me trompe rarement.  

Je me débrouille bien avec les clients. J'ai déjà fait ça... et aussi,  serveuse et vendeuse...

*** ***   

 *** C'est tout?? Tu n'oublierais pas : masseuse, tapineuse, arnaqueuse...  

- Oui, c'est vrai, la Voix, "nécessité ne connaît pas de loi", mais depuis j'ai changé, je suis devenue "sérieuse".  

*** Tu te fous de moi, là??

- Oooh, c'est pas bien mon genre!!  

*** ***       

Bon, je continue. Serveuse, je suis bonne. Surtout quand il s'agit de faire la chatte avec les clients et de me laisser peloter en disant, "Oh mon Dieu, qu'est-ce que vous faites??"   

Par contre... je suis maladroite. C'est pas ma faute... Je suis nerveuse et stressée. Normalement, c'est pas grave, je renverse, je nettoie! Oui, mais pas ici. Je renverse un verre... Ouch!! Madame l'a vu. Alors, j'ai droit à :

1 - une engueulade : "Espèce d'idiote, tu n'es pas capable de servir un verre sans renverser, je vais t'apprendre moi!"    

2 -  elle me dit, "Penche-toi et met tes mains sur cette chaise." Je dis, "Pardon, pardon, Madame, j'ai trébuché", tout en me mettant comme elle dit. Penchée en avant les avant-bras sur la chaise. Elle relève ma jupe... Là je regrette de ne pas avoir une grosse culotte.    

Elle lève sa cravache et me frappe en travers des fesses. Pas de toute sa force, mais la cravache, ça fait tout de suite vraiment mal! Ce n'est pas fait pour les humains (pour les animaux, non plus d'ailleurs.).  

Elle frappe tout en me grondant,  

"ffwwiii" "aïïïïe" "tiens! souillon!"      

"ffwwiii" " aïïïïe" "conasse de blonde!"    

"ffwwiii" "aïïïïe" "je vais t'apprendre, moi"    

"ffwwiii" "aïïïïe" "encore une maladresse..."    

"ffwwiii" "aïïïïe" "et tu vas dans le comptoir du fond!"    

"ffwwiii" "aïïïïe" "sucer des bites..."    

"ffwwiii" "aïïïïe"  "ça, tu sais le faire???"    

"ffwwiii" "aïïïïe!!!!" "tu as compris, la leçon?"    

"Ooooouuuuuiiiiiii!!!!!"    

Elle rabat ma jupe, "Allez au travail et à la prochaine connerie, je serai moins gentille!!!"  

Les gens sont ravis bien sûr... J'ai les yeux pleins de larmes et les fesses brûlantes, mais ici, ça amuse tout le monde!    

Chaque client, à qui j'apporte un verre,  y va de son petit commentaire en passant la main sous ma jupe. J'évite un croche-pied d'un gars qui a sans doute envie de me voir dans le comptoir du fond.    

Après moi, c'est une autre fille qui renverse. Elle a beau supplier, dire qu'on l'a  poussée, elle a droit au même traitement : penchée sur la chaise, les fesses en l'air et la cravache.    

Je regarde Madame tandis qu'elle frappe la coupable, tout en la grondant. Elle a les narines pincées et un méchant sourire, visiblement, elle adore faire ça! Et ça plaît aux clients, bien sûr. Avec le comptoir du fond, c'est une des attractions du saloon!    

Le vieux couple m'appelle. Ils veulent voir et tâter mes fesses. Bon, le client est roi... Ils suivent les marques du doigt. "Jolies fesses", me dit la femme en me pinçant. Je pousse un petit cri et je dis, "Merci Madame."    

Le vieil homme me demande, "Tu t'appelles, mia?"    

"Euh... oui Monsieur!" Je suis surprise qu'il connaisse mon nom.    

Il continue, "Je viens de me faire sucer par ta copine Hani."    

Il n'est pas le seul, il y a sans arrêt un mec qui a sa bite dans la bouche d'Hani.    

Il continue, "Je vais te faire une confidence... On est ses grands-parents."     

Oohh!!!    

"Ferme la bouche", dit la femme en riant!

Bof! Pourquoi pas, après tout.    

Je leur demande, "Vous êtes les parents de Mrs Mc V.?"    

"Oui, c'est ça."    

Aaah d'accord... elle a envoyé ses parents...    

Le vieux m'explique, "On aime le sexe et se faire sucer par sa petite fille, c'est gag, non?"    

Gag, c'est le mot que je cherchais!    

"Dès qu'elle a fini son heure, on va dans une chambre avec elle et toi, si tu as envie..."    

Je pense, Nooooooonnn! Mais, je dis, "Oui, Monsieur, avec plaisir." De toute façon, je dois faire ce qu'ils veulent.    

C'est la fin de l'heure pour Hani, on remplace les filles.    

Elles vont se laver et Hani revient habillé en serveuses...    

Quand elle nous voit, elle s'arrête... stupéfaite!!    

Son grand-père lui fait signe de venir, "Tu ne viens pas nous dire bonjour?"    

Hani s'approche et les embrasse, sans aucun enthousiasme. On dirait qu'elle ne les aime pas beaucoup.    

Son grand près lui dit, "Je tenais à te féliciter."    

"Pourquoi, grand-père???    

Il lui fait un grand sourire, "Tu suces bien!"    

Là, elle devient toute rouge. Les gens de la table d'à côté se marrent et un garde demande, "C'est vrai, c'est votre petite fille??"    

"Tout ce qu'il y a vrai... D'ailleurs on finit notre verre et on va aller dans une chambre pour s'amuser encore."    

La grand-mère ajoute, "Avec ta copine, il paraît que c'est la reine de la minette. Je vais vous essayer toutes les deux."    

Beuh... mais, bon, je lui souris.    


img666

 

 

À ce moment on entend des éclats de voix. Près du comptoir un homme est occupé à engueuler la belle patronne, mais bien! Je ne sais pas ce qu'il lui reproche, mais ça se termine par une paire de gifles qu'elle n'essaye pas de parer. Mon instinct m'a trompé - le rat - c'est une prisonnière comme nous, simplement,  avec des responsabilités.      

L'homme est grand et bien habillé. Un look mi-homme d'affaires, mi-maffioso.    

Il gueule, "Je vais te montrer qu'elle est ta vraie place, pouffiasse!"    

Elle pleurniche, "Je ne savais pas Maître, pardon".    

Il lui dit, "Déshabille-toi!!"    

Tout le monde regarde. Cette belle rousse si fière et si arrogante, qui prend tant de plaisir à fouetter et à humilier son personnel, c'est à son tour d'y passer. Elle enlève sa robe à toute vitesse comme un vulgaire mia!    

Elle est belle : des seins en poires, une taille mince et des fesses rondes. Sa peau est très blanche, ce qui la fait paraître encore plus nue et plus vulnérable. Elle tremble en attendant la décision de son maître.    

 

A suivre.

 

Un tout grand merci à Bruce Morgan pour les super dessins. 

 

pub pur erog  

     

Par miasansdessous - Publié dans : fellation - Communauté : blog sexe des amis
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Septembre 2017
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  
<< < > >>
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés