Vendredi 17 janvier 2014 5 17 /01 /Jan /2014 09:53

On se rhabille et on retourne dans le bar, sans trop d'appréhension, certaines qu'ils sont très contents de nous...

Hélas, on a oublié qu'ils pouvaient avoir le mauvais fond de la mère d'Hani...

On a passé plus d'une heure dans la chambre et quand on arrive dans le saloon, la belle rousse est rhabillée et a retrouvé toute son arrogance! Elle a les yeux un peu cernés, une heure dans le comptoir et le fouet, ça fatigue! Et puis, je crois qu'elle ne va pas s'asseoir ce soir!

Le gars qui l'a punie est toujours là, attablé avec deux hommes, une serveuse sur les genoux.

La rousse demande aux grands-parents, "Vous êtes satisfaits des filles?"

"Pas vraiment...", dit la grand-mère, "Il a fallu les menacer du fouet, pour qu'elles daignent mettre un peu de cœur à l'ouvrage..."

Quoi??? Quelle vieille garce!!!

Le grand-père approuve, "Elles ne sont pas encore bien dressées ces gamines...".

La rousse a un méchant sourire, "Je vais les mettre une heure dans le comptoir du fond et les faire fouetter, un peu avant."

"Très bonne idée.", dit la grand-mère, "mais leurs fesses sont déjà bien marquées, il faudrait les fouetter sur une autre partie du corps."

"Bien sûr...", dit la rousse. Elle nous désigne d'un geste méprisant, "On va faire danser ces petites connes...  en les fouettant sur les jambes."

Elle jette un coup d'œil au gars en costume, il approuve de la tête.

Tous les clients aussi... Nous faire danser : super bonne idée!!

Et merde!! J'en ai marre!! Sales vieux!! On aurait dû s'asseoir sur leurs visages jusqu'à ce qu'ils étouffent!! De toute façon ils auraient été incapables de nous mordre les fesses!

À quoi ça servirait d'implorer un peu de pitié... D'ailleurs, la "bonne" grand-mère a d'autres suggestions... "Vous pourriez aussi les faire fouetter sur la plante des pieds comme ça, elles penseront à nous en marchant!"

La rousse, ça lui plait bien, "Oui, on va faire ça."

Le vieux lui dit, "Nous dirons à notre fille à que vous avez êtes une excellente hôtesse."

La mère d'Hani a un sûrement poste important dans la "Société", car elle la rousse à l'air ravie...  Elle se tourne vers nous,  "Eh bien, remerciez ces gentilles personnes, de vous avoir choisies! Et avec tendresse!"

Pppppfff!! On remercie... Ils nous embrassent sur la bouche. Baisers de Judas!! De pire que Judas!!

 

Quand ils sont partis et comme, j'ai à nouveau la langue plus longue que la jugeote (!), je dis à la rousse, "Ils mentent, Maîtresse, ils étaient très contents."

Ouch!! Je prends une gifle magistrale sur la joue gauche. "Tends l'autre!", dit-elle. Paf!! J'en prends une autre sur la joue droite. Elle me dit, "On t'a demandé ton avis??"

Je pleurniche, "Non Maîtresse, pardon."

Quand apprendrai-je à la fermer????

Elle nous dit, "Déshabillez-vous!"

Les clients font cercle autour de nous...

La rousse va discuter avec le Black et ils reviennent avec des fouets qui se terminent par six ou sept lanières... C'est pas ce qui manque ici les instruments de correction, ici!

Elle nous dit, "Mettez-vous face à face, prenez vous par la main et ne vous lâchez pas!"

Il lève leurs fouets ensemble et on reçoit des coups de lanières sur les cuisses et les mollets! On pousse des cris... en levant les jambes l'une après l'autre, comme si on était sur une plaque brûlante. On danse, effectivement, accrochées l'une à l'autre!!!

Le gars en costume vient regarder.

La rousse dit au Black, "Tape plus fort!!" Et à nous, "Allez!! Plus haut, les jambes!!" Ouch!!! Ça fait un mal de chien, sur la peau sensible des cuisses! On a beau les lever les jambes et tourner sur nous-mêmes, les lanières nous brûlent chaque fois!!

"Ça leur fait du bien, un peu d'exercice!", dit un client. Rires!

Enfin, la rousse s'arrête, essoufflée!

On a les jambes couvertes de marques rouges...

Elle va chercher deux minces bâtons de bambou, un pour elle, un pour le Black. On doit plier la jambe, et présenter la plante de nos pieds... Dix coups sur chaque pied... Ça fait encore plus mal que le fouet sur les jambes... On crie, on pleure, on supplie... en vain... Après avoir dansé, on chante... comme des rossignols, qui souffrent!!

Quand on a reçu les dix coups, la rousse nous prend chacune par une oreille. On marche, courbées en deux jusqu'au comptoir du fond. Elle dit au Black, "Met les avec les suivantes."

Ah! Elle est loin la rousse, gémissant et suppliant...

On reste debout à côté de comptoir à pleurer et à changer de position sur nos pieds douloureux.

"Qu'est-ce que vous avez à gigoter comme ça?", demande la rousse.

Hani répond, "On a vraiment mal à la plante des pieds..."

Mauvaise idée...

"Accroupies, les mains derrière la nuque... et si vous bougez, je vous ferai faire un peu de jogging à coups de fouet!"

Elle vient appuyer sur nos épaules de tout son poids. "Comme ça, c'est mieux?"

Non, ça fait très mal, mais je réponds, "Oui, Maîtresse, merci, Maîtresse!"

Bonne réponse, elle se désintéresse de nous...

 

Quand l'heure est passée, on libère les dix filles et nous prenons leurs places avec huit autres...

Je me retrouve, comme Hani imbriquée dans le comptoir.

Merci, grand-père, merci grand-mère!!!

On me bande les yeux.

Je ne suis "dans le bar" que depuis 10 secondes que, je "sens" une bite sous mon nez et contre mes lèvres. J'ouvre la bouche... et un homme se met à aller et venir comme si j'étais... un vagin... Il doit être debout et il me baise! Son gland vient me cogner la luette et ses couilles le menton. Quand il jouit, il me tient bien par les oreilles jusqu'à ce que j'ai tout avalé, puis il me donne une tape amicale sur la tête.

 

img686.jpg

Il est immédiatement suivi d'un autre...

Une heure, c'est long... Et pendant cette heure, je suce... des bites... grandes et petites, dures et molles, propres et souvent sales... Et puis, j'avale... J'avale des quantités de sperme de goûts différents, de celui qui a un sale goût comme s'il avait mangé des asperges à celui qui est doux (je pense, "devrait surveiller son taux de sucre, le mec!").

Dès qu'un client fait une remarque, le Black vient donner quelques coups de fouet sur les fesses de la fille qui l'a sucé.

On se sent et on est particulièrement vulnérables, à genoux, les fesses tendues.

 

img687.jpg 

Enfin, après avoir... essoré, du moins deux dizaine de bites, c'est la relève! Enfin!

On nous libère de ce comptoir carcan! Une des filles n'a pu s'empêcher de faire pipi. Le black la fait mettre à quatre pattes, lui frotte le nez dans sa pisse, puis elle doit nettoyer avec un fonds d'eau et un vieux torchon.

 

Il est tard... C'est la fermeture du saloon. Dehors, il fait noir. Dans ce coin de la ville, il n'y a qu'un éclairage sommaire... Plus loin le quartier "blink blink" est éclairé de néons de toutes les couleurs...

La rousse demande à un client ami de nous ramener... "Fais les courir derrière la voiture!"

Sur nos pieds douloureux!! Dehors, il y a une voiture tirée par une seule fille. Elle a une vieille couverture sur le dos et grelotte.

Le gars ne nous attache pas les mains derrière le dos...

Dans le noir, sous nos pieds meurtris, j'imagine des vipères à cornes et des scorpions...

Quand on arrive, en faisant le moins de bruit possible, Fatima est avec sa nouvelle favorite... Dans la pénombre, je vois qu'elles sont couchées l'une contre l'autre. Le corps mince de la jolie brune collé à  Fatima, qui doit faire presque le double de poids.

"Vous dormez par terre..." dit Fatima "Onessa et moi on a envie d'être tranquille."

Hani et moi on se couche sur quelques couvertures...

 

Le lendemain, elles rigolent toutes les deux en voyant nos jambes et les plantes de nos pieds...

 

On explique un peu, mais elles s'en foutent!

Fatima a une nouvelle pour Hani, "Samedi, c'est ton dépucelage..."

Hani a une crise de larmes, je comprends ça... Ici tout est à craindre.

Elle a la connerie de dire entre deux sanglots, "Je vais m'enfuir!"

img688.jpg 

 

Oh, putain! On le fait ou on essaye de le faire, mais on ne le dit pas.

Fatima lui dit, "Si je te dis, comment on va faire ça, tu vas sûrement essayer de t'enfuir et tu vas te retrouver dans la mine!" Elle rit en voyant la tête d'Hani, "Je rigole! Quelques mecs vont te baiser, c'est pas grave... Regarde mia qui a fait des gangs bangs. Au cours d'un seul, elle s'est sûrement envoyé deux fois plus de mecs par tous les trous, que tu n'en auras!"

Elle me regarde, "Hein mia??"

"Oui, Maîtresse!"

 

Hani, fait un gros effort pour avaler la boule qu'elle a dans la gorge.

Elle sait qu'elle doit continuer à plaire à Fatima.

 

La journée, on va à l'atelier. Hani épluche des crevettes et moi je cours pour tout le monde... sur mes pieds douloureux!! Je grimace à chaque pas, ça amuse tout le monde!

Le soir, pendant, Fatima file le parfait amour avec sa nouvelle fiancée, Hani et moi on se fait toutes petites, pour pouvoir rester là. Onessa profite de son statut de favorite pour nous traiter comme ses servantes... mais, ça, j'en reparlerai.

Il y a d'abord le dépucelage... Après quelques jours, il n'y a plus de marques sur nos jambes et nos fesses.

Fatima nous dit, "C'est pour demain." C'est tout!

Hani passe une très mauvaise nuit!

 

Tôt le matin, un garde arrive et dit à Fatima, "Je viens chercher les filles." 

Aaah? Moi, aussi, on va me dépuceler??

Elle remercie et s'habille, Onessa aussi.

"Vous restez nues", nous dit-elle.

 

Le garde a amené une petite voiture tirée par deux filles. Économie de pétrole, pas de pollution, c'est écologique...

Il n'y a qu'une place à côté du conducteur.

"Qui va courir derrière la voiture???", demande Fatima en rigolant.

Je baisse la tête, "Ça va sûrement être nous, Maîtresse!"

"Non, ça va être toi! Hani a besoin d'être en forme.".

Elle ajoute, "Tu as besoin de faire un peu de sport, tu attrapes un cul de jument."

Alors là, c'est le camembert qui dit au roquefort "tu pues" ou l'inverse! Les compliments, qu'on me fait, c'est au sujet de mon cul! Qu'elle regarde un peu le sien!!

Et puis, c'est beau un beau cul. Justement, les deux filles qui tirent la voiture sont des Blacks qui ont des cuisses et des fesses de coureuse de 100 m. Leurs corps sont luisants de sueur. Le fouet a laissé des marques sur leurs dos, leurs fesses et leurs jambes.

Je souhaite à Fatima d'avoir un cul aussi beau que celui de ces Blacks!!

J'ai à nouveau les poignets attachés dans le dos et une corde qui va de mon cou à la voiture.

Je dis à Fatima, "Si on tombe avec les mains derrière le dos, on se casse le nez, Maîtresse."

Elle secoue la tête comme si j'avais dit une grosse bêtise, "Tu te casses le nez dans le sable, stupide?" 

Un coup de fouet et on démarre. Fatima passe les rênes et le fouet à Onessa. Je râle tout en courant, mais pas longtemps, je suis trop essoufflée... Les deux blacks filent comme le vent du désert. Je dois courir à la limite de mes possibilités pour arriver à suivre. Cest encore plus rapide que lorsque nous sommes allées au saloon.

J'essaye avec beaucoup de difficultés de respirer par le nez parce que j'ai peur d'avaler une guêpe. Si elle pique dans la gorge, il peut en résulter un œdème qui vous fait étouffer. Oui, je suis championne du monde pour les scénarios-catastrophes. Variante : je trébuche, tombe et comme j'ai les mains attachées dans le dos, je me casse le nez et les deux incisives supérieures.

On arrive, enfin... Je suis à bout de souffle, je halète comme une vieille locomotive... Mais... j'ai évité les guêpes et la chute!

On est devant des écuries. Des petites voitures vont et viennent, toutes tirées par des filles.  

On suit Fatima, dans le bâtiment.

Ça sent... l'écurie, la vraie, pas les filles en sueur. Il doit y avoir des chevaux pour ceux qui veulent faire des promenades.

Un homme vient à notre rencontre. Il est habillé comme un moniteur : pantalon d'équitation, bottes, malgré la chaleur et il a une cravache à la main, bien sûr!

Fatima et lui s'embrassent... discutent un peu. Puis, elle nous laisse là, sans un regard, pour Hani et encore moins pour moi.

Le moniteur appelle, "Bobby!", un jeune garçon accourt, "Oui, chef?"

C'est un gamin de 18 ans, certainement, mais il a l'air d'en avoir 14. Il a une tignasse blonde en broussaille et il doit s'occuper des chevaux parce qu'il sent le cheval plus fort que 36 Apelloozas.

Le moniteur lui dit, "Un cadeau, parce que tu as fait du très bon boulot, tu l'as pour une heure."

Le gamin est ravi, d'avoir à sa disposition, une jolie blonde... enfin... une blonde sexy. Il a un grand sourire, "Merci chef. J'ai jamais enculé d'blonde, je pourrai faire un vœu." Oui, ils sont familiers, ici!

Il me prend par le bras et m'entraîne, vers la partie des écuries où il y a effectivement des chevaux.

On va dans un box vide. Je suis toujours nue... Lui se déshabille... 

Il a un corps mince et imberbe, ce qui accentue encore une impression de jeunesse. Il a juste une touffe de poils blonds autour d'un sexe de belle dimension qui se balance déjà de haut en bas vers moi, comme pour dire, "Toi, je vais t'enculer!"

Il prend une cravache et s'assied sur un tabouret.

Je me mets à genoux devant lui, "Ne me frappez pas, Maître, je vous en prie..."

Il sourit... ma soumission lui plaît, "On verra... Si tu fais bien ce que je te demande, peut-être pas. Pour commencer, danse pour moi..."

Ok... Je danse pour lui... comme une kajira, c'est-à-dire une esclave qui est sur une planète inconnue et dont la survie dépend de son aptitude à plaire aux hommes. Une danse de séduction et de soumission. J'ondule pour ce gamin, je lui montre tout et le reste. Je suis très souple comme fille! Quelques cm de souplesse en plus et je pourrais me faire un cuni, j'adorerais ça...

Je tends mes fesses vers lui... Il a les yeux brillants... on dirait un petit garçon devant un magasin de jeux vidéo!

 

À suivre.

 

Un tut grand merci à Bruce Morgan, pour les supers dessins.

 

pub pur erog

   

Par miasansdessous - Publié dans : BDSM - Communauté : blog sexe des amis
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Septembre 2017
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  
<< < > >>
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés