51 - Marquée!

DSC_6949.jpg

 

Je me retrouve dans une pièce du même genre… sauf qu'à la place du fauteuil de dentiste, il y a une table gynéco. Je préfère… quoique ici… il y a souvent de mauvaises surprises!

Un homme est au téléphone, il me fait un signe de la main vers la table.

Je me couche sur le dos, les pieds dans les étiers.

 

J'attends. C'est loooonng. Je sens bien le fond de la bouche où un boucher (!) m'a enlevé une dent. Mes seins sont douloureux aussi.

Quelqu'un entre, je tourne la tête, c'est un jeune homme, il n'a pas l'air surpris de me voir les jambes écartées sur la table, c'est la routine!

Il vient me regarder, "Tu en dans quelle catégorie?? "

"2ème, Monsieur."

"Trop petite?"

"Oui Monsieur et pas assez de poitrine."

Il prends le bout de mon sein entre deux doigt, "C'est l'assistante du dentiste qui t'a fait ça?"

"Oui Monsieur et le dentiste m'a enlevé une dent."

Le jeune homme rit, "Oui c'est sa marotte, il les collectionne."

Il joue un peu avec le bout de mon sein, je geins, "ça fait mal, Monsieur!"

Il arrêtte et se désintéresse de moi car l'homme au bureau a raccroché son téléphone.

Ils discutent, je comprends que le plus âgé met le jeune au courant.

Ils viennent tous les deux près de moi.

"mia, 2ème catégorie, c'est ça?"

"Oui Monsieur."

Il attache mes poignets, bras tendus au dessus du fauteuil, puis mes anneaux de chevilles aux étriers de la table et les écartent au maximum, Je fais la grimace! Ma chatte aussi doit faire la moue!

J'ai les jambes complètement écartées et  j'ai jamais eu la chatte aussi exposée chez le gyneco. Elle est carrément ouverte… à tous vents, enfin c'est une image!

Il explique au jeune, "Tu fais d'abord un frottis."

Il met un bâtonnet dans mon vagin, le ressort et le mets dans un tube.

"Puis tu examines.". Il enfonce un spéculum dans mon vagin, je fais un petit bond.

Il continue, "Ensuite, tu mets ton doigt dans l'anus, comme ça."

Il enfonce son doigt! Je dirais bien "Eh faut pas vous gêner", mais, bon quand on est attachée les cuisses écartées, il vaut mieux la fermer.

Il me dit, "Serre mon doigt." Ça, je le fais bien, que ce soit mon cul ou ma chatte, je peux casser une noix… enfin, c'est encore une image.

img921

 

Il apprécie…"Bien. Maintenant on va voir tes réactions", il dit au jeune, "Mets tes doigts dans sa chatte et branle là."

Oooops, il m'enfonce trois doigts dans la chatte, puis un quatrième.

"Toi tu as déjà vu le loup!" me dit-il, "et même toute la meute!" Ils se marrent!

Le plus âgé commence à me tripoter le clito… sans même m'en rendre compte je me cambre.

"Elle jouit en moins de quatre minutes.", dit-il.

Il est fou. D'ailleurs avec tout ce qu'on m'a fait, je ne jouirai pas. Enfin, je vais essayer! Ce n'est pas parce qu'on me fait un doigt de cour… ni même quatre… et qu'on me caresse et qu'on… me pinnnce le euh… oooooohhhhh…

Je me tortille autant qua mes liens le pertmettent.

Et puis c'esst trop… c'est trop foooortt! Un orgasme vint me cueillir par surprise.

Je tire sur mes liens et je fais, "oooohhhh ooooouuuiiiiii!!!"

"Trois minutes!", dit le plus âgé, "T'as le feu au cul, toi!"

Ils rigolent à nouveau.

Je suis un peu honteuse, d'être si… rapide. Cependant, l'orgasme a envoyé un super message chimique à mon cerveau : "libérez les endorphines, schnell!!"... pfff ça fait du bien!

 

Le jeune me fait une prise de sang…

Puis le plus âgé lui explique tout ce qu'il faut écrire sur ma fiche.

Quand ils ont fini, il me dit, "Tu es le n° B 36495, retiens ça."

"Oui, Monsieur." Je repète le numéro… je suis sûre que je vais l'oublier!

Il vient écrire le n° au-dessus de mes seins au marqueur noir, décidément!!

Il attache la fiche glissée dans une pochette en plastique au collier que j'ai au cou.

Il me détache et dit au plus jeune, "Conduis là au marquage".

Au marquage????

Je risque de prendre une claque, mais je m'en fous, je dis, "Au marquage, Monsieur???"

"Oui. Tu as sûrement vu dans les westerns, comment les cow boys marquent les veaux au fer rouge?

D'une voix tremblante, je dis, "On va me faire ça?"

Il rit de la tête que je fais.

Il me détache et le plus jeune me conduit dans une autre pièce sur laquelle il est écrit "BRANDING".

Il ouvre, un homme attend. C'est un Arabe en djellaba.

"Elle est nerveuse, cette pouliche, Ali!" dit le jeune.

Ils discutent un moment. Je n'écoute pas, je suis hypnotisée par une espèce de brasero qui contient des braises sur lesquelles se trouvent des fers à marquer, je suppose!.

"Je vais t'aider.", dit le jeune. Ali m'atrappe par le bras.

Là je crie, "Non!! Je ne veux pas!!", et je me mets à pleurer.

Ils me forcent à me coucher sur un banc, les fesses en l'air.

Rapidement, ils clippent les anneaux que j'ai aux chevilles et aux poignets.

Puis Ali me met une large bande de tape collant sur la bouche. Je crie mais ça fait, "mmmmmdffffff"

"Elles crient comme des putois en général, surtout celle qui sont nerveuses comme celle-ci."

Puis il vient me mettre sous le nez le fer qu'il a retiré du braséro, "Regarde!" Il me montre le dessin chauffé au rouge au bout de la tige. C'est un ovale d'environ 3 cm sur 2. Le dessin est fin, le trait sur la peau le sera aussi… heureusement!.

"C'est ce que tu vas avoir sur la fesse, c'est joli, non? C'est l'emblème de notre société."

img920.jpg

 

Le dessin représente une esclave à genoux attachée à un palmier. En dessous le nom "Whip Corp." Et de chaque côté du palmier une lettre et un chiffre. Il m'explique, "Le P, c'est pour polyvalente, car on peut t'employer pour le sexe ou le travail et le 2 pour ta catégorie."

Je fais non avec la tête, je ne veux pas être brûlée au fer rouge!!

Il le replace sur les braises, puis me met un produit très froid sur la fesse.

On attend!!! Enfin, il prend la tige et me préviens en souriant, "ça fait un peu mal." Puis il applique fermement, la marque de fer rouge en plein milieu de ma fesse gauche.

Je pousse un hurlement mais ça fait, "mmmmmmffffff!!" La douleur est extrême, mais brève. Après ça me fait mal comme si Fidel Castro avait écrasé un gros cigare au milieu de ma fesse!

Ensuite, il met, ensuite, une crème sur la brûlure, puis un pansement collé avec du sparadrap.

"Interdiction de toucher à ce pansement, compris?"

Je fais, "iiiii". J'ai toujours le tape collant sur la bouche. Il l'arrache. Je sanglote nerveusement.

Il me détache et me remet debout. Je tremble sur mes jambes.

Il ouvre la porte et appelle un garde, "Remet la en cage."

Le garde me tient sous le bras jusqu'à la cage où il me fait entrer. Quatre filles sont déjà là couchées sur le côté droit, un pansement sur la fesse gauche comme moi!

 

À suivre

Présentation

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Septembre 2017
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  
<< < > >>
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés